( 31 janvier, 2021 )

Mordue de lecture

Depuis toujours, je suis une mordue de lecture. J’aime autant un livre qu’un gâteau au chocolat ( et pourtant !). Quand certaines se pavanent devant des fringues hors de prix, priant pour pouvoir se payer des chaussures Louboutin ou des sacs Saint Laurent,  moi j’avoue que mes coups de coeur vont plutôt vers des livres ou des accessoires de peinture. Après tout, il faut de tout pour faire un monde, non ?

Je suis une mordue de lecture, ce qui veut dire que je ne passe pas une journée sans avoir lu plusieurs pages, voire parfois presque un livre lorsque l’inspiration me manque dans d’autres domaines. Ayant retrouvé l’envie, vive le Covid, de retourner à la médiathèque, je me délecte d’un coté des livres papier ( nous avons un choix de nouveautés) et de l’autre numérique ( en particulier pour découvrir de nouveaux auteurs). J’alterne selon mes envies, selon « mes yeux », selon également mes coups de coeur. Ce qui me désespère, c’est que je n’aurais jamais assez de temps pour lire tous les romans qui me font de l’oeil, devant me contenter de ceux qui vont par magie se trouver en haut de la pile. C’est ainsi que parfois je me retrouve avec un ancien livre que je voulais à tout prix lire, mais que j’avais complètement oublié. Ce dernier point s’apparente surtout au numérique. Peut-être un de ses inconvénients ?

En tous les cas, je suis une mordue de lecture, peut-être est-ce pour cette raison que je n’ai que rarement le blues, car la lecture permet de tout oublier …

09BD5951-FE24-43AD-A89A-5D943A1629EE

( 30 janvier, 2021 )

La guerre n’est pas une fatalité

La guerre n’est pas une fatalité. Depuis la nuit des temps, les hommes ne pensent qu’à une seule chose, régler leurs différents avec leurs poings au risque de tout détruire.

Et pourtant ! Mettez ces hommes sur une île déserte, rien de mal n’arrivera. Ils apprendront à partager, à s’aimer. Mais il suffira juste d’une personne venue simplement pour mettre la pagaille pour que les uns se retournent contre les autres.

Nous vivons au quotidien la même chose. Nous sommes un pays libres et pourtant, nous ne cessons de voir les uns se monter contre les autres. À l’époque du métissage, certains groupes montent les blancs contre les noirs par de petites phrases perfides, ponctuées de «  surtout, je ne suis pas raciste ! » ( ben, voyons !)

Doit-on citer d’autres oppositions violentes, religion contre athéisme, les riches contre les chômeurs, les travailleurs contre les retraités ? Cela n’arrête pas mais au final ne faut-il pas s’interroger si le seul responsable n’est pas celui qui au départ est venue mettre son grain de sel là où personne ne l’avait invité !

52C77FA6-46E0-4FDB-BFC2-039288641C7D

( 29 janvier, 2021 )

Écrire, c’est se réinventer

Écrire, c’est un peu un médicament que l’on va prendre pour alléger son sac de pierres.  Les mots que l’on noircit sur une feuille permettent à l’auteur de se réconcilier avec lui-même en se réinventant voire en se réalisant. Ce qui ne veut pas dire que l’on n’existait pas « avant ».  Je pense, à l’inverse que c’est justement parce que l’on « est », que l’on « a été », que l’on peut totalement se réaliser.

Écrire, c’est surtout se faire plaisir. Sans désir, sans l’envie de sortir des mots ou des histoires qui sont en nous, il ne peut y avoir de bonnes histoires et le lecteur en aura immédiatement conscience. Il faut donc laisser le temps poser les phrases, un peu comme un artiste qui va poser des touches de peinture. Les laisser ensuite dormir doucement, sans les brusquer, sans les effacer, en évitant juste de les mélanger.

Mais écrire est une merveilleuse façon de réinventer un monde qui a bien du mal à tenir debout, une magie qui va faire s’envoler les idées, une caresse sur le coeur des autres.

AC3BDD18-4BCA-4F9D-955C-DF86AF9B2A0F

( 28 janvier, 2021 )

N’écoute pas les autres, tu as des capacités !

L’humain a la fâcheuse tendance à dénigrer plutôt qu’à complimenter. C’est triste, mais bien véridique. Que d’enseignants j’ai pu croisés dans ma vie qui choisissaient de toujours pointer les erreurs au lieu de cracher un seul petit mot gentil pour motiver.

Je me souviens en particulier d’un élève qui était réputé depuis son plus jeune âge comme ingérable. Il était doué, très doué en dessin. J’ai passé l’année à valoriser ce don, à faire de ce gosse un pilier de nos projets.

Comme tout un chacun, il m’est arrivé d’écouter les autres, de prendre de mauvaises décisions simplement parce que je doutais de ce que je faisais, mais j’ai réfléchi, j’ai appris, et depuis, je me sens totalement libre, complète. Je sais que j’ai des capacités, des dons, et que je vais continuer à les exploiter.

Alors faites comme moi, croyez en vos capacités, car si toi qui me lis, tu ne crois pas en toi qui va y croire ?

 

CFD2180B-1B63-4FFF-A932-FBD71C87DC54

( 27 janvier, 2021 )

Copier ou inventer en art ?

Dessin, peinture, photographie, sculpture, que faire ou ne pas faire ?

Il n’est pas interdit de copier des tableaux ou des oeuvres, cela se fait même depuis la nuit des temps quand on voit le nombre de fois où la Joconde fut reproduite, réinventée. Copier permet d’apprendre, de progresser, de s’améliorer, le tout est de ne jamais vendre une copie pour un original. Peut-on copier dans un musée ? Hormis que la Covid a fermé les musées, ceux que l’on voyait « avant », planté devant un tableau, le croquer, demandaient une autorisation, car on ne peut pas peindre n’importe où.

Ensuite, il faut savoir que le tableau doit avoir des dimensions différentes de l’original.

Si vous souhaitez vendre des copies, choisissez des peintures qui relève du domaine public, morts depuis plus de 70 ans. Ensuite appliquer des règles imposées, un format différent, la mention copie au dos du tableau, et surtout ne jamais signer le nom du véritable artiste.

S’inspirer d’un tableau ou d’une photo est possible si on propose son tableau gratuitement, dans ce cas, il s’agira juste de « copie » pour s’améliorer. Vendre est impossible, car on va alors nuire aux droits d’auteurs de l’artiste.

La reproduction d’après photo est beaucoup plus facile, mais il ne suffit pas de changer un ou deux détails. Une photo dans son intégralité nécessite une autorisation officielle au photographe. Sinon, c’est interdit.

Alors comment faire allez-vous me dire, quand on ne sait pas quoi peindre ? Car l’imagination n’est pas donnée à tous. Prendre simplement pour s’inspirer « des morceaux » de photos ou paysages, inventer ses propres couleurs, réinventer l’art.

Visez des sites où les images sont libres de droits comme Pixabay que vous pourrez réinventer sans copier à l’identique.

Attention aux images sur Pinterest où là, beaucoup de dessins, peintures ou photos sont protégés. Surtout pour ceux qui postent en public sur FB.  Certains artistes  ne vivent que des procès faits aux pauvres nouilles qui ont osé poster leurs photos ( prises sur Google. Ce procédé financier est honteux mais bien réel.

Par ailleurs, peindre ou photographier un monument ou autres est autorisé.

« « Il est licite de reproduire des œuvres se trouvant à demeure sur une voie ou une place accessible au public; les reproductions peuvent être proposées au public, aliénées, diffusées ou, de quelque autre manière, mises en circulation. »

 

https://pixabay.com/fr/

A5432ED8-C0F0-432B-8606-68CF90B9E5B7

( 26 janvier, 2021 )

L’espoir est une petite graine …

L’espoir est comme un papillon qui vole, s’envole et revient toujours. Un joli papillon aux multiples couleurs, parfois bien difficile à attraper dans un filet, un papillon que l’on voudrait garder dans ses mains, mais qui mourrait s’il y restait.

Notre monde est en marge de laisser s’envoler tous les papillons, de ne plus vouloir les rattraper, et c’est terriblement triste un monde sans papillon. Le monde a jeté l’éponge. Le monde a tourné le dos à l’espoir, simplement parce que les médias, les politiques nous assomment d’annonces négatives : le variant anglais, le variant sud africain, comme si ce monde avait eu une lobotomie. Il faut vraiment été stupide pour imaginer qu’un virus va se tenir bien sage, tranquillement, attendant qu’un vaccin l’anéantisse !

Et malgré cette triste perspective, il faut continuer à essayer d’attraper le plus de papillons possible simplement parce que jamais l’espoir ne doit disparaître !

Croyez en vous, chers amis, croyez en ces petites graines qui sont prêtes à pousser, croyez en la vie ! Et cessez d’écouter les bêtises humaines.

4ED0844E-E42F-43C2-957E-0B6083535198

( 25 janvier, 2021 )

Stop ! ça c’est la réalité !

Il y a des moments où il faut tout de même lever le poing ! Nos têtes bien pensantes sont entrain de réfléchir à un nouveau confinement. Je ne remets pas le Covid par lui-même en cause, juste je rappelle que c’est un virus et le propre d’un virus est de muter d’où les multiples variants. Confinement ou pas, ce virus continuera de se multiplier, parce que c’est ainsi ! Et ceux qui pensent que le vaccin sera efficace, qu’ils se posent la question : pourquoi le vaccin contre la grippe est-il réactualisé et changé chaque année ? Seulement, BigPharma a tellement investi !

Mon coup de g… ne concerne pas le confinement par lui-même, mais la bêtise humaine qui semble avoir oublié que l’on meurt chaque jour en France (et ailleurs) et pas que du Covid.

Alors, je vais certainement en choquer certains, mais je tiens à rappeler que nous sommes tous mortels, et je dis bien tous ! Que 90% des décès réels de cette pandémie en France sont des personnes de plus de quatre-vingt ans, et que c’est la moyenne d’âge « officielle » pour décéder. On semble avec horreur découvrir soudain que des gens meurent dans les maisons de retraite, sachez qu’ils partaient même avant le Covid, parce que c’est la vie !  Aujourd’hui, j’ai envie de hurler quand je vois cette société asphyxiée qui pleurniche car les Ehpad sont protégés, qu’ils ne peuvent pas aller rendre visite à leurs parents, alors que moi, ayant passé cinq ans à visiter maman plusieurs fois par semaine, je peux vous garantir que 80% des résidents ne voyaient JAMAIS leur famille ! Que beaucoup mourraient seuls et que la famille ne se dérangeait même pas pour les obsèques.

Ça, c’est la réalité !

Alors que l’on cesse de dire que l’on doit reconfiner pour protéger les vieux ! C’est de la manipulation psychologique ! Que l’on veuille confiner de nouveau pour protéger le système de santé qui n’aurait jamais dû se retrouver « en danger », c’est à dire en sous effectifs, oui !
Ça, c’est une réalité ! Mais que l’on ne dise pas que l’on stoppe une économie pour des personnes dont l’âge est de mourir. Combien d’années la jeunesse va-t-elle devoir payer les millards que l’on distribue ? Et les restaurant, les commerces qui s’écroulent pour 70 000 morts en un an ( je rappelle que plus de 500 000 personnes décèdent chaque année)

J’ai soixante ans et si demain, c’est mon heure, je l’accepterai avec philosophie.

Tout à l’heure, je me promenais dans le cimetière de ma ville, chose rare, je vais plutôt dans le cimetière parisien, et je suis tombée sur plusieurs jeunes que j’ai connus, en tant qu’élèves ou amis de mes fils : 16 ans, 20 ans, 17 ans … J’en suis encore bouleversée ! Des photos sur les tombes étaient celles de la vie !

Ça c’est une réalité. La mort n’épargne personne !

Alors confinement ou pas, peut-être serait-il temps de simplement accepter que nous ne sommes pas immortels !

36E5E9BF-BAD0-4E48-988C-8F49F7A8E2CC

( 25 janvier, 2021 )

Hashimoto un jour, Hashimoto toujours !

Les petits malins sur les réseaux sociaux ne cessent de clamer que les médecins nous mentent et qu’Hashimoto va disparaître par magie, un jour. On le voudrait tous ! Malheureusement, une maladie auto-immune comme Hashimoto est irréversible. Trop de médecins, c’est vrai, assimilent juste cette maladie à une hypothyroïdie, ce qui est totalement faux.

Qu’est-ce qu’une maladie auto-immune ?

« Une maladie auto-immune est une maladie inflammatoire chronique peut toucher différents organes (ou système), comme la peau, les articulations, le rein, le cœur, le cerveau…

On distingue :

les maladies auto-immunes dites « spécifiques d’organe » qui vont se définir par l’atteinte d’un seul organe.

les maladies auto-immunes dites « non spécifiques d’organe », qui vont se définir par une atteinte de différents organes.

Les manifestations cliniques seront variables d’un individu à l’autre, dans leurs localisations, leur intensité et/ou leur apparition au cours du temps. »

Dans le cas de la maladie d’Hashimoto, les anticorps ne vont attaquer qu’un seul organe la thyroïde jusqu’à la détruire au fur et à mesure jusqu’au bout.

La cause de ces MAI reste incertaine, on parle beaucoup de pesticides, de dysfonctionnement hormonal ou génétique, de réactions à des médicaments, des infections ou psychologiques. Par contre, contrairement à l’idée reçue, ce ne sont pas des maladies héréditaires ( à bien différencier de génétiques)

Dans 30 % des cas, on constate que la maladie auto immune s’est déclenchée après un événement marquant, « stressant » tel qu’un traumatisme physique ou psychique (deuil, séparation, accouchement, intervention chirurgicale, harcèlement etc.).

 

Cette maladie n’est pas reconnue, elle est ignorée et pourtant elle reste handicapante et surtout fréquente. Il faut donc ne pas la négliger surtout que notre société vit dans un stress de plus en plus grand.

Comme l’indique une récente recherche suédoise :

« Réalisée sur une vaste cohorte de 100 000 personnes, elle établit un lien entre problèmes psychiatriques liés au stress et développement de maladies auto-immunes. « Les patients souffrant de réactions émotionnelles graves après un traumatisme ou d’autres facteurs de stress de la vie devraient consulter un médecin en raison du risque de chronicité de ces symptômes et, par conséquent, d’une détérioration de leur état de santé, comme le risque accru de maladie auto-immune », explique le Dr Huan Song de l’Université d’Islande à Reykjavík et l’Institut Karolinska de Stockholm en Suède. »

 

Beaucoup de malades préconisent l’arrêt du gluten, ce qui n’est pas à généraliser, mais qui va fonctionner lorsqu’une autre maladie auto-immune comme la maladie cœliaque ( qui nécessite le sans gluten) se pointe.

On ne peut nier que souvent avec Hashimoto, avec l’âge, d’autres maladies vont se lier, comme la polyarthrite rhumatoïde que plus de 60% des malades vont voir apparaître ( tendinites, cervicalites, lombalgies etc)

 

Il faut également que les idées fausses cessent comme celles que la maladie d’Hashimoto est exclusivement féminine et ne touche que les femmes ménopausées. On apprenait cela au siècle dernier en médecine, mais tout a évolué. De nos jours, on découvre des enfants, des hommes malades, même des bébés.

La maladie d’Hashimoto sans dysfonctionnement thyroïdien est possible. Une TSH peut-être dans « la norme » alors que le malade voit ses anticorps exploser. On verra alors des thyroïdites survenir par phase ( fatigue en général). Beaucoup de médecins ne vont pas y prêter attention, faire doser le taux de fer ( qui sera souvent bas) et relancera l’organisme avec un petit traitement de fer. Ce ne sera que lorsque le corps « n’en pourra plus » que le médecin découvrira cette maladie associée à une hypothyroïdie.

Depuis 2014, notre association se bat pour que cette prescription de la recherche d’une maladie auto-immune soit effectuée lorsque des signes se dessinent : fatigue, troubles de la mémoire, prise de poids, problème cardiaque etc

 

Vivre avec une maladie thyroïdienne n’est pas facile. L’apprendre est souvent un vrai choc, car le commun des mortels ne parle jamais de sa thyroïde. Il faut être sur les groupes Facebook pour être inondés de témoignages. On doit donc l’accepter, puis apprendre à la comprendre, et surtout vivre avec. C’est possible. Cela ne se fera pas grâce à un traitement ( qui aidera, certes, mais qui ne guérira pas)

Il fut surtout redessiner la vie autrement.

Hashimoto un jour, Hashimoto toujours, c’est ainsi … alors quand on doit vivre avec un tel ennemi de notre corps, mieux vaut faire en sorte de l’accepter et s’en faire un ami.

 

https://evidence-boutique.com/samsara/maladies-thyroidiennes-devoreuses-de-vie?1=samsara&rewrite=maladies-thyroidiennes-devoreuses-de-vie&2=maladies-thyroidiennes-devoreuses-de-vie

D40253F6-9E8F-4F37-BCF4-9DCC2397DD61

( 25 janvier, 2021 )

Les beaux-papas

Une fois encore, je vais écrire en musique. J’ai volontairement cette superbe chanson de Vianney. Un magnifique hommage aux familles recomposées. La critique est souvent facile, mais personnellement j’ai une admiration profonde pour mon homme qui fut un beau-papa extra. Ce n’est pas donné à tout le monde d’élever trois enfants qui ne sont pas les siens, qui ne furent pas toujours faciles, qui avaient reçu une éducation différente de la sienne, une culture différente aussi. Et pourtant, comme dans cette magnifique chanson, il ne leur a jamais lâché la main.

Et simplement parce que l’on s’aime. C’est tout simple. Ça s’appelle le respect.

Cela ne veut pas dire que l’on accepte tout de ceux que l’on aime, que l’on cautionne leurs actes ou leurs sautes d’humeur, mais que l’on serre bien leurs mains.

Et j’espère que si je pars la première, ils seront là pour lui, jusqu’à la fin, parce que c’est cela la famille …

 

https://youtu.be/8yOuNrT0dOw

 

 

( 24 janvier, 2021 )

Quand la vie …

Il y a des jours où la paresse m’envahit. Alors, je plonge dans la musique, et voilà que je tombe sur une chanson dont les paroles me frappent comme une évidence, non que je ne savais pas, juste que j’avais besoin de réentendre cette vérité, parce que cela fait du bien que d’autres disent que nous ne sommes pas toujours parfaits, que nous avons le droit d’avoir peur …

« Je peux seulement te dire

Qu’il m’a fallu la peur

Pour être rassuré

Que j’ai connu la douleur

Avant d’être consolé

Qu’il m’a fallu les pleurs

Pour ne plus rien cacher

Que j’ai connu la rancœur

Bien avant d’être apaisé. »

Beau Malheur Emmanuel Moire

 

Que serions-nous sans son inverse ?  Pourrions-nous apprécier le bonheur sans avoir connu la peine ? La sérénité sans avoir côtoyé le bruit, la violence ?

Je n’ai pas envie d’en dire plus aujourd’hui, juste, apprenons simplement à voir les choses autrement en profondeur …

Bon dimanche !

0D469B68-659A-4908-A416-35FE4AF20052

1234
Page Suivante »
|