( 31 octobre, 2016 )

L’arrêt d’internet

Durant mes vacances, je suis tombée sur un livre « @Code l’arrêt d’Internet » de Bruno Bastero, auteur que je découvre avec plaisir aux éditions Persée. On critique souvent cette édition, mais un très bon cru. Je pense qu’il s’agit d’un premier roman, car il subsiste des erreurs de typographie, non gênantes, quelques petites invraissemblances, quoique … mais un livre à lire en vacanves.
L’histoire : Attention la Fin est proche. Nous sommes tous concernés. Comment cela arrivera-t-il et par quels moyens ? Grâce à un code diabolique, des terroristes menacent d anéantir le réseau internet. S ils tapent le @Code, le monde s écroule.
Imaginez les conséquences : destruction de tous les réseaux de communication électronique, tablettes, téléphones portables, ordinateurs et cartes bancaires, tous sont hors service. L électricité est coupée, plus de transport en commun, de métro, de trafic aérien. Les magasins ne sont plus approvisionnés, impossible d acheter du carburant, un effondrement en cascade de l économie mondiale : toutes les bourses s écroulent.
La civilisation dépend de la Toile. Pas une ville, pas une entreprise, pas une administration ne peut lui échapper. Si le réseau explose, les médias sont aphones. Bientôt, la bougie va remplacer l ampoule.
Le président des États-Unis sait que la menace est la plus effrayante que la planète ait jamais connue.
Il reste une semaine avant l Apocalypse. Renseignez-vous.

Un livre que je conseille fortement, qui entraine vers un questionnement, et si une grande panne arrivait ? Quel bordel, cela ferait ! Est-ce possible ? Je pense, entre autre à un passage du livre où Paris est plongée dans le noir sans électricité. Quelle horreur ! Égoïstement, je pense à mon traitement quotidien qui serait vite sans efficacité, je pense aussi à tous ces malades dans les hôpitaux, à tous les enfants en attente de greffes. Notre société a tout misé sur cet outil qu’est Internet, mais avons-nous une roue de secours ? Avons-nous pensé à tout ?
Ce roman a le mérite de nous inciter à la réflexion.

( 30 octobre, 2016 )

La discrétion sur les réseaux sociaux

Qui dit réseau, dit monde, qui dit monde, dit publique, qui dit publique dit diffusion, qui dit diffusion dit indiscrétion. Pourquoi alors, sachant cette vérité, tant de personnes vont casser les foules en criant au loup que ce soit pour détruire les autres, inconnus, ou par pure vengeance.
Une fois encore, les gens me font rire, et heureusement que le ridicule ne tue pzs.
Un réseau social est intéressant lorsqu’il y a des échanges vrais, des liens qui se façonnent, de l’aide apportée, mais ragots, rumeurs, cancans ou opinions politiques galvaudés n’y ont pas leur place. Je constate une fois encore que certaines personnes n’ont vraiment rien à faire de leur vie, que d’autres, pour se faire bien voir voire valoir, sautent à pieds joints dans la surenchère, quitte à taper où cela fait mal.
Et bien, une fois encore, ce sera sans moi ! J’ai pris depuis longtemps une sage décision, l’invisibilité, restant le plus possible cachée, non par peur, juste pour éviter les malades que drainent ces endroits malfamés. J’y ai des amis, réels ou virtuels, mais des vrais, quant aux autres, ne cherchez pas, vous ne me trouverez pas. Plume, je suis, plume je reste, mais rien de plus que de l’encre. Quant à ceux qui aiment tant cette lumière, qu’ils ne s’étonnent pas trop d’être aveuglés. Le devant de la scène n’est qu’une illusion destinée aux imbéciles. Le vrai pouvoir reste celui de l’ombre.

( 29 octobre, 2016 )

Toutes ces choses qui font si mal.

Selon les personnes à qui vous parlerez, on vous dira que la solitude est une des pires souffrances, d’autres que l’amour est à fuir car rien de pire que la fin d’une histoire. Certains clameront qu’une rupture est plus douloureuse qu’une maladie, d’autres qu’une trahison peut tuer. Au fond, ce n’est que manière d’appréhender la réalité, tout fait souffrir, parce que l’on est fait de chair et de sang, parce que nous sommes dotés d’émotions. Seules les personnes n’ayant aucune empathie, et c’est une pathologie, ne souffrent pas. Après, il y a ceux qui, inconsciemment, prolongent leur vie dans la marmite de la douleur, ne voulant pas vraiment en sortir, parce qu’au final, être la victime, cela a un petit côté rassurant. Rentrer dans la normalité impliquerait inéluctablement un retour à l’abandon, celui de la compassion d’autrui. Pourtant, une seule chose peut enlever la douleur, peut éviter à chacun de sombrer, l’Amour, celui du coeur, celui que l’on offre sans rien attendre en retour juste parce qu’il nous permet de nous sentir bien. Alors, vous qui continuez à migrer dans des eaux troubles, raccrochez-vous à des valeurs réelles, non teintées d’égoïsme. L’amour n’est pas ce que l’on veut pour soi, l’amour est le bonheur que l’on désire pour l’autre, même si parfois c’est vivre sans lui. Aimer ne veut pas dire nécessairement vivre ensemble, juste partager l’énergie positive que l’on a lorsque l’autre en a besoin.
Il faut surtout cesser de penser que tant de choses font mal. La douleur, c’est comme le reste, cela s’apprivoise, simplement, et ne dure que le temps qu’on lui autorise à durer.

( 14 août, 2016 )

La dernière ligne

L’écriture d’un roman se termine seulement lorsque la phase fastidieuse de réécriture est accomplie. Hier, j’ai terminé celle de mon prochain roman policier, INDIGO, travail m’ayant demandé plus de cinq heures par jour depuis mon retour de vacances.
Quand sait-on que c’est la bonne version ? Jamais dirais-je, tout comme en amour, on ne sait jamais que c’est le bon, on espère juste et c’est le temps ensuite qui livre ses secrets. Pleine de doutes, bien sûr, pas certaine d’être dans l’attente de mes lecteurs et en même temps, émotion ambivalente, heureuse de ma prose.
Les dés sont jetés, bientôt, il va partir dans les bras de plusieurs bêtas lecteurs qui vont me le décortiquer, trouver la faille pour qu’ensuite, comme dans la vie, je puisse effacer et recommencer ce qui ne va pas. Un roman ne se réalise pas juste en laissant les mots couler, il va prendre sa force et ses racines dans les échanges.
Je me sens vide en lisant et relisant ma dernière ligne, un peu comme si j’avais claqué une porte et étais partie sans me retourner, un peu comme si mon bébé allait s’envoler loin de moi. J’ai envie d’en rajouter, d’en écrire plus, mais comme pour tout, il faut un jour mettre le mot fin, pour recommencer encore et encore, pour façonner de nouvelles expériences.
Je pense que chaque auteure ressent ce manque, cette tristesse en quittant ses personnages. Je laisse pour de nombreux mois Antoine et ses acolytes, une impression de perdre des amis. Heureusement, débordant d’imagination, et vu qu’il me reste quinze jours avant la reprise, je vais titiller la marmite et plonger dans une nouvelle potion qui ne me mènera peut-être nul part ou qui m’emportera vers de nouvelles aventures. L’écriture, c’est comme la vie. Il faut avancer sans se retourner car on peut toujours faire mieux, on doit toujours faire mieux alors essayons ! Moi en tous les cas, je vais tenter …

( 31 juillet, 2016 )

Jeux de rôles jeux de vilains …

Surfant toujours sur des idées pour mes romans, mes heures de plage se passent divinement bien mais une fois encore, mon ouïe très fine se retrouve attirée par un groupe de vacanciers dans la trentaine occupé à élaborer une stratégie de jeux de rôle. Je l’ai déjà dit, les jeux et moi, ce n’est pas ma tasse de thé ( en dehors des jeux coquins) . J’ai pourtant essayé dans ma vie allant même jusqu’à accepter un projet scolaire avec un collègue addict et réaliser un jeu de société pour mes êleves, et n’y ayant trouvé aucun plaisir. Mais au moins, j’ai essayé ! Chacun son truc, moi j’aime juste les mots.

J’ai écrit plusieurs fois sur le thème du jeu et un chapitre dans un de mes Carlas lui est consacré. Je ne crois pas au vrai danger des jeux de rôle mais à leurs dérives. Je rappelle ce qu’est un jeu de rôle. C’est un jeu où les participants créent sur le papier des personnages imaginaires d’une histoire dirigée par le « maître de jeu » qui arbitre de ce jeu imaginaire et purement verbal. Seulement il existe des dérives lorsque le groupe sort « du papier. » J’en avais déjà entendu parler par une personne que je côtoie dans mon travail mais là, sur la plage, je me trouve face à de vrais joueurs. Ils sont six et j’assiste au départ du jeu, une semaine pour que M sorte avec T qui est pourtant sur le point de se marier avec J. Un grand gaillard qui semble-t-il être le Maitre du jeu explique en détails le rôle de chacun. J’avais l’impression d’être plongée dans un roman. Moi, l’écrivaine, je restais sans voix. Ce petit groupe, au demeurant qui semblait si sympathique, avait bel et bien décidé de détruire pour s’amuser le couple T-J.
Je sais, la vie des autres ne me regarde pas et nul ne doit juger les autres seulement mon coeur s’est serré en écoutant ces jeunes. Le monde serait-il devenu fou ou est-ce moi qui ne suis plus dans le coup ? Aucun d’eux ne se rendent-ils compte des dommages collatéraux ? De ce que leur jeu va provoquer ? Bien sûr que chacun est libre de ses choix mais a-t-on le droit d’interférer sur le choix des autres ?
Une personne m’a dit un jour en parlant de ce type d’activités que si l’issue du jeu aboutissait à des ruptures ou autres, c’était que la relation n’était pas vraie. Je ne suis toujours pas d’accord aujourd’hui. La vie est déjà un parcours semé d’embûches et rajouter un ver dans la pomme ne prouve rien, juste que quelqu’un rajoute un obstacle et que parfois, le temps manque pour tous les sauter.
Et vous ? Les jeux de rôle sont-ils un bienfait ou … ?

( 18 mars, 2016 )

Rester debout malgré tout avec Hashimoto.

La maladie d’Hashimoto est une plaie qui ré attaque par surprise quand on croit être enfin sur pied. Plus la destruction de notre papillon est rapide, plus la stabilisation est incertaine. Lorsque l’on pense ce jour béni arrivé, on repart à zéro. Ne jamais lâcher sa zone de confort ! Il y a cinq semaines, j’ai eu la surprise de voir une nette amélioration au niveau de ma TSH, incitant mon médecin à proposer une petite baisse de traitement, minime, une goutte, juste une ! Cinq semaines après, c’est l’enfer ! 90% de mes symptômes de base sont revenus au grand galop comme s’ils n’attendaient que ça ! Décourageant ? Un peu tout de même … Pas question pourtant de se focaliser sur mes douleurs nombreuses, cette fatigue énorme, hypertension, vertiges ou maux de tête et autres, sans parler de la baisse immunitaire qui fait que l’on choppe tout, même le charmant virus grippal en cours.
On reprend donc le combat en rajoutant juste cette petite goutte en plus en croisant les doigts que l’effet soit rapide, et surtout on serre les dents car pas question de s’apitoyer. Retour à la case départ. Il va donc falloir recommencer en parallèle les moments de visualisation positive, car je suis certaine qu’ils ne furent pas inutiles. J’ai vraiment cru pouvoir stopper cette destruction massive, redonner une seconde chance à ma thyroïde mais peut-être était-ce juste trop tôt ?
Une chose est sûre, cette maladie invisible nous oblige à faire bonne figure, à travailler en serrant les dents comme si rien n’était, nous force aussi à commettre cet acte que nous seuls savons possible : Rester debout malgré tout !

Sinon Rendez-vous demain au Stane 1-C17  pour parler Hashimoto. J’y serai ainsi que la présidente de l’association.

( 15 mars, 2016 )

Instant poétique

Quelques secondes poétiques

 

Je voudrais

Je voudrais arrêter le temps, laisser les minutes s’écouler sans que je ne sois touchée. Je voudrais toucher l’inaccessible, tout ce qui m’est aujourd’hui impossible pour pouvoir ensuite graver le mot liberté pour l’éternité. Je voudrais tout recommencer, prendre une plume du passé et réécrire tout ce qui n’a pas marché puis d’un coup d’éponge tout effacer simplement parce que nul ne peut rien changer.
Je voudrais faire saigner ton coeur qui n’a jamais voulu s’ouvrir, qui est resté glacé, qui ne m’a pas acceptée. Je voudrais attraper un nuage pour être plus proche du ciel et qui sait pouvoir y croiser l’âme de ceux que j’aime. Je voudrais pouvoir te parler, te dire des mots qui n’existent pas, te raconter tout ce que j’ai toujours voulu te dire et que le temps a emporté. Je voudrais tant que tu sois là, toi qui au fond n’existe pas, toi qui ne fus qu’une illusion, au pire un prénom.
Je voudrais,
Je voudrais parler à mon père disparu il y a vingt ans, trop jeune, trop vite, j’aurai tant de choses à lui dire, des choses que je n’ai pu lui murmurer avant de mourir, par lâcheté, par peur, par colère. Lui dire que je lui en ai voulu de ne pas s’être battu mais qu’aujourd’hui, je comprends et qu’au final, il a certainement eu raison.
Je voudrais arrêter le temps, juste un court instant.

 

Image de prévisualisation YouTube
( 14 mars, 2016 )

Le voyage de la vie

Un premier cri, un nouveau-né est né. Sa vie est-elle déjà tracée ou aléatoire ?
Que sera-t-il demain ? Un ouvrier ? Un médecin ou un politicien ? Portera-t-il un masque ou à l’inverse, sera-t-il sincère, ouvert ? Vivra-t-il heureux ou victime de son milieu familial ?
La vie est un merveilleux voyage dont l’issue n’est jamais certaine, déterminée par des choix, par des rencontres. Parfois pourtant des minuscules grains de sable viennent sillonner la route bien dessinée et la question qui s’écrit est toujours la même : « Pourquoi ? » Pourquoi le chemin ne fut-il pas linéaire ? Pourquoi une gamine adorable a-t-elle disparu un beau matin ? Pourquoi une mère aimante s’est-elle transformée en despote ? Pourquoi le mari fidèle fut-il retrouvé le pantalon aux chevilles ? Ce « Pourquoi » est une clé que personne n’arrive à façonner, question inutile engendrant frustration, déception voire haine.
Le voyage de la vie est un comme une traversée sur un bateau qui peut chavirer à tout instant. Il me semble important de toujours faire le bon choix, sans se presser, sans céder à la panique afin de ne pas le laisser prendre le mauvais chemin et tout simplement couler. Mais une chose est sûre, il est temps d’apprendre à nos enfants que la vie n’est pas une route sans obstacle et surtout leur donner la force de croire avant toute chose en eux. Le destin appartient à chacun et nul n’est en droit d’interagir sur celui d’autrui. Alors oui, embarquez vous, vivez à fond mais surtout croyez en l’impossible parce que les rêves n’ont aucune limite.

( 21 février, 2016 )

La créativité

 » Créer, ce n’est pas reproduire ce qui existe déjà ! » Toute la difficulté de la création littéraire à une époque où les livres fleurissent par milliers, et pourtant où seulement une poignée les lit. Que cela ne décourage personne ! Le tout est de trouver un sujet qui nous est propre, le sentir, puis laisser la plume écrire à notre place.
Comme lors de chaque période de vacances, j’ai la chance d’entendre ma créativité toquer à ma porte, comme si depuis plusieurs semaines, elle attendait sagement dans un coin que ce jour béni arrive.
NOIR s’est envolé tout comme ses ventes. Mon Antoine commençait à me manquer.
L’inspiration a fait surface pigmentant ma journée de plans, synopsis, recherches variés. C’est un des moments que j’adore dans l’écriture, l’instant où tout se façonne, où les possibilités immergent sans certitude, inventer du hasard là où il n’y en aurait peut être pas eu. Je ne vous en dis pas plus ! Mais une chose est certaine, laissez vous guider par vos intuitions. Elles trompent rarement.

( 20 décembre, 2015 )

Si ma vie rimait en chansons.

 

Parce que ce sont les vacances, que la vie est géniale, que je suis heureuse, j’accepte exceptionnellement de faire un post un peu différent today.
À la demande de Francine, ma vie en chansons. Je vous renvoie l’ascenseur afin que nos vies ne soient que musique et demain ce sera le test littérature de Nadine. Pas de jaloux ! Bon dimanche à tous.

 

La chanson qui représente le plus pour moi : Puisque tu pars, de JJGoldman ( en souvenir de mon fils Christophe )
La chanson la plus symbolique : La vie par procuration JJG ( 1988) que mon fils chantait lorsqu’il était en unité stérile.
La chanson que me chantait ma maman : Une chanson douce.
La chanson la plus drôle : La danse des canards qui a endiablé mon premier mariage.
Mes plus grands slows : Europa de Santana ( mon premier mari ) et  » Tu me manques « de Diboula ( mon second mari )
La chanson la plus symbolique de l’amitié : L’amitié de Françoise Hardy que j’ai appris à jouer à la guitare en 1977 :)
La plus belle chanson d’amour : incontestablement l’hymne à l’amour de Piaf
La plus belle chanson de rupture : un peu rétro mais j’aime particulièrement les paroles  » Bravo, tu as gagné  » de Mireille Matthieu.
La chanson de l’amour non partagé : « Pardonne moi si je t’aime » de Barzotti, très vraie et très symbolique.
La chanson la plus érotique : aucune idée. Je pencherai bien vers « c’est extra » de Léo mais un peu soft.
La chanson la plus dure émotionnellement : « J’ai quelque chose à te dire » de Pearl
La chanson dont le thème touche par sa différence : J’ai rencontré Marie de Linda Lemay ( sur l’homosexualité )
La plus belle musique d’un film : GHOST ( unchained mélodie ). Fan de GHOST
La plus belle chanson sur la mort : le paradis blanc de Michel Berger
La plus belle chanson sur la trahison : Ne me quitte pas de Brel
La plus belle chanson sur l’enfance : Mistral Gagnant de Renaud
La plus belle chanson sur le passé : j’ai choisi volontairement le passé avec un grand P  » le premier amour du monde » Reggiani

Voilà ! Bonne écoute dans YouTube et à vous maintenant !

123456
« Page Précédente  Page Suivante »
|