( 13 septembre, 2018 )

La mdecine et les maladies orphelines

 

Une bien jolie srie tu vivras ma fille qui pointe du doigt Image de prévisualisation YouTubetoutes ces maladies gntiques orphelines auxquelles personne ne sintresse simplement parce que mettre de largent pour sauver juste une poigne de personnes, ce nest pas intressant. Tout est une question dargent, de rentabilit, et non dhumanit. Et pourtant, comment ose-t-on dcider quune vie vaut plus quune autre ? Comment peut-on condamner ainsi un enfant ? Mme si cest une poigne de 4000 gosses, cela reste quatre mille vies. Ces maladies sont dlaisses par la mdecine, juges non rentables, donc sans intrt.

Cela me donne envie de vomir. Si cest toubibs pouvaient avoir un peu plus dhumanit ! Sils pouvaient tous se sentir un peu plus concerns ? Si les choses pouvaient avancer sans se heurter au lobbying financier, des guerres de pouvoir.

Comment peut-on au vingt-et-unime sicle chiffrer une vie ? La valeur dune vie ?

En tous cas une mini srie voir pour comprendre, pour lever aussi le poing !

 

( 13 septembre, 2018 )

Choisir permet de ne rien regretter.

 

Je lis trop souvent sur des commentaires dsappoints de certaines personnes qui pensent avoir gch leur vie pour avoir fait le mauvais choix.

Certes, un mauvais choix entrane ncessairement une grande frustration, pas toujours facile accepter, une culpabilit parfois ou simplement un regret. Seulement personne ne nous oblige accepter ce choix, personne ne nous force la main ( hormis dans les cas o il y a une menace omniprsente). Le choix nappartient qu nous.

Pourquoi est-ce si difficile de laccepter ?

Parce que nous savons au fond de nous que ce nest pas toujours le bon choix. Nous le savons car au moment de le faire nous avons hsit, souvent emport par notre motion, nos sentiments. Nous nous retrouvons alors face un choix terrible, le coeur ou la raison ? Combien de choix terribles avons-nous ainsi fait ? Combien de claques au destin avons-nous donn ?

Les jours de nostalgie nous allons regretter ces choix, nous dire que si …, tout en oubliant de regarder la route parcourue, tout ce trajet que nous avons effectu malgr tout, ces visages que nous avons rencontrs. Quelle tristesse de se dire que nous avons tout rat ! Bien sr que non ! Nous avons russi des milliers de petites choses, nous avons rpondu de nombreux sourires que nous naurions peut-tre pas donner avec un autre choix.

Ce choix, nous lavons fait parce que nous lavons voulu, pour nous, mais peut-tre simplement pour dautres. Parfois on peut aimer si fort que lon va choisir sa famille, ses enfants, quitte renoncer cet autre qui pourtant habille nos penses.

Trop souvent nous nous persuadons que nous navons pas eu le choix, mais nous avons toujours le choix. Celui de partir ou de rester, celui de continuer ou darrter, celui dtre goste ou altruiste. Toute notre vie est parseme de pierres par centaines, de petits choix qui parfois sont invisibles, et qui pourtant ne sont que nos choix.

Choisir de ne rien regretter pour avancer !

 

E6839CBF-5B6C-4DAD-859B-403747C7487A

 

( 12 septembre, 2018 )

Est-on oblig de croire ?

 

Comme chaque anne, je me retrouve avec les questions embarrassantes de mes lves. Est-on oblig de croire ? Stupidement, je rponds croire en quoi ?, En tout me rpondit le chrubin. En tout, comme cest vaste ! Croire en soi me semble une des tapes la plus importante qui passe bien avant les croyances religieuses ou spirituelles. Croire en ce que lon est, ce que lon a envie de faire, croire en la magie de ses rves, tous ces croire sont importants. Je nallais pas rpondre tout cela un enfant, mais il ne faut jamais sempcher de croire limpossible, mme si cest une manire de croire au Pre Nol. Quest-ce qui empche les hommes davancer ? Simplement leurs peurs et leurs penses. Trop souvent, ils pensent que la montagne franchir est trop haute, les obstacles trop dangereux, alors quil suffit de voir juste des dfis raliser pour dessiner un futur.

Celui qui baisse les bras est celui qui cesse de croire. Et cesser de croire, cest comme tenir des grains de sable qui glissent entre les doigts

Est-on oblig de croire ? Je pense que oui, que chacun doit croire en quelque chose que ce soit dans un projet, dans un rve, dans un amour, mais croire cest sautoriser se raliser pleinement, mme si on est bancal, mme si on est bris, mme si on a peur, croire, cest sinterdire de tomber dfinitivement.

 

D3AF8610-D1CA-4F4F-996D-404D27BE2BBC

( 11 septembre, 2018 )

Ces slections universitaires.

 

Langue de bois, je ne connais pas, et ces jours-ci, je sens que je vais finir par faire de lurticaire en lisant les gros titres des journaux. Entre universitaire, 50 000 inscrits avec le bac S avec mention pour une premire anne de mdecine, redoublement interdit. 7000 reus.

Il ny a que moi que cela choque ? On manque de mdecins dans les campagnes. On a des mois dattente dans toute la France pour des spcialistes, et ct de cela, on va prendre une loupe pour recruter nos futurs mcnes ! Bon sang, quand va-ton revenir une logique dantan ? Faut cesser cette course aux diplmes, aux superlatifs parce que machin a un bac S avec mention trs bien. Fera-t-il pour autant un bon mdecin de campagne ? Aura-t-il lempathie ncessaire pour consoler la veuve ou la jeune fille violente ? Saura-t-il simplement prendre le temps pour son malade ?

Ne nous leurrons pas, ce type de mdecin, il nen existe plus ou presque plus. En gnral, ils sont de lancienne gnration, celle o on soccupait autant de lme que du corps. Jai la chance den avoir une, mais je sais que cest extrmement rare.

La plupart sont dbords ( pour leur dcharge vu le nombre de mdecins qui se rduit, cest normal), la plupart nont pas appris tendre la main, beaucoup sont des grosses ttes pleines de pages du Vidal mais vides dmotions.

Jai crois un jeune toubib qui ma rtorqu Honntement, avec toutes mes annes dtudes, vous croyez que jai le temps de faire du sentiment ? Il me faut rembourser mes prts, donc je prescris ce que veulent les laboratoires.

Tout est dit. Pourquoi sintresser aux malades ? Largent est bien plus important !

Une fois encore, jouvre ma grande bouche et je dis non ! Il faut que cesse ce monopole des diplmes qui affirme quavec de nombreuses annes dtudes on est suprieur aux autres. Faisons un petit retour en arrire, un regard sur ces mdecins dantan qui nhsitaient pas passer prendre des nouvelles des anciens lorsquils ne les voyaient pas durant plusieurs jours, ceux qui allaient prendre un rouge avec la Germaine qui venait de perdre son fils, et la liste est longue. Quand regardera-t-on un peu lhumanit dans chaque personne ? Tant dindividus se retrouvent kin, osto ou thrapeute car ils ont rat leur premire anne de mdecine. Ils auraient fait pourtant de fabuleux mdecins emplis dempathie et de tolrance, encore respectueux, eux, de leur serment dHippocrate ! Pour faute de slection, on va se retrouver sans soignant. Est-ce normal ?

 

39F25B7E-47C5-4E28-AF5A-29FF289F3260

( 10 septembre, 2018 )

Lhonntet

 

Voil un sujet qui me tient coeur ayant toujours fait mon possible pour ne pas transgresser cette valeur. tre honnte, cest ne pas mentir me disait un enfant, seulement voil, tous les adultes mentent un jour ne serait-ce que par omission.

Une fois le pied dans ce cercle infernal, la drive est facile. Regardez nos chers politiques qui mentent tous comme ils respirent, tout comme les avocats lors des plaidoiries prts tout pour gagner quitte craser lautre sans vergogne. Cest le jeu, je sais, mme si je narrive pas accepter cette ralit. Pour moi, rien voir avec un impratif religieux ou un dogme, lhonntet est simplement le ciment de la confiance.

Lhonntet est un mode de vie, une faon dtre tout simplement. Cest agir aussi bien envers nous-mmes quenvers les autres, dire ce que lon pense sans vouloir faire du mal, ne pas tre hypocrite, et surtout faire ce que lon dit. Sengager et ne pas tenir son engagement savre trs malhonnte. On ne peut pas, on ne veut plus, il faut avoir lhonntet de le dire. Mentir est un leurre. La relation lautre est tout sauf simple. Il est donc important de rester soi. On a tous besoin doffrir sa confiance tout en sachant que lon peut nous faire confiance. Cest le fondement mme de toute relation saine. Lhonntet, cest ne jamais faire usage des confidences. Il mest arriv, comme tout le monde, de voir une confidence divulgue, et souvent pire, dforme, et ma confiance sest tiole. Sur un autre registre, rien nest pire lpoque des rseaux sociaux que ces captures de messages privs diffuss partout. Je trouve ce geste (que je vois rgulirement sur des posts) totalement malhonntes. Cest une faon de dshabiller une personne publiquement, de la mettre nue, pour lui prodiguer le coup de grce. Je ne parlerais mme pas de ceux qui pour se faire valoir, se tirer dune situation indlicate iront jusqu tenter de faire tomber la personne gnante, ou ces garons ou hommes qui vont jusqu faire lire les lettres damour reues des tiers. Outre que tous ces cas sont indignes de confiance, ce sont galement des personnes foncirement malhonntes, et je suis toujours immensment surprise de constater quel point lentourage plussoie aveuglement leurs actes.

Un mensonge selon moi, mme par omission, mme pour protger un tiers, reste un mensonge et peut dtruire une vie le jour o la vrit clate.

 

19064A61-4084-4E25-AE92-722369D7505C

( 9 septembre, 2018 )

Quand Hashimoto sinvite

 

Le recueil Maladies thyrodiennes, dvoreuses de vie est une compilation du recueil Hashimoto, mon amour publi en 2015 regroupant la synthse de 800 tmoignages sur cette maladie auquel se rajoute 400 nouveaux tmoignages sur le nouveau lvo, sur Basedow

Une synthse pouvant aider les malades se sentir moins seuls, car rien nest pire que la solitude.

Pour aborder ce sujet, prenons lhistoire de Lola extraite de ce recueil. Lola, cest vous, cest moi, cest nous, toutes celles et tous ceux qui se sont un jour trouvs confronts au verdict.

Elle sappelait Lola, et tait assise, l, quelque part, dans une salle dattente comme vous en connaissez tous. Lola, on ne pouvait que la remarquer avec sa jolie petite frimousse pleine de taches de rousseur et son piercing sur sa narine. Elle ne devait pas avoir plus de vingt ans. Ses cheveux fauves boucls flottaient sur ses paules. Elle ne souriait pas, compltement obnubile par son tlphone sur lequel elle tapotait nergtiquement des messages comme si sa vie en dpendait. Son charme lui venait de deux adorables fossettes. Aujourdhui, elle ne riait pas, Lola. Elle nen avait vraiment pas envie. Il y a longtemps quelle navait plus envie de rien. Elle leva les yeux et grimaa. Il ny avait que des vieux dans ce service. Et puis, cette odeur. Les murs semblaient en tre imprgns. Pourquoi ne parfumait-on pas les hpitaux ? Pourquoi est-ce que lon ne couvrait pas les murs de tableaux de toutes les couleurs ou de BD humoristiques ? Tout tait triste pleurer. Lola plongea dans ses penses. Elle tait ne par un bel t, beau bb bien potel avec un fin duvet de cheveux, grandissant avec une sagesse additionne dune pointe despiglerie. Issue dun foyer aimant, sa vie jusquici stait droule de manire calme et heureuse. Elle se dcouvrit toute jeune une passion pour le mtier dinfirmire. Elle travailla avec acharnement afin de russir son concours dentre, quelle obtint sans problme. dix-neuf ans, elle entama sa premire anne, enchanant cours thoriques et pratique sansfatigue, toujours le sourire aux lvres. Lola tait la coqueluche de toute la promo. Sa bonne humeur tait trs apprcie. Studieuse, elle passait ses soires avec Jrmy, son petit copain, un jeune interne rencontr lors dun de ses stages. Ce fut au cours de la seconde anne que tout changea. tait-ce le fait davoir trop lzard au soleil durant les vacances dt ou le temps de transport qui stait rallong ? Une seule certitude, Lola rentrait puise. Il lui arrivait de plus en plus souvent de monter immdiatement se coucher, parfois sans mme manger. Le matin, ctait pire, elle narrivait plus se lever. On rencontre tous dans notre vie des moments o la forme est en berne, mais cette fois, ctait catastrophique. Plus les jours avanaient et plus son tat saggravait. Ds le lever, elle ressentait des vertiges. Au cours de la journe, ctait pire. Elle narrivait rien, manquant mme de sendormir pendant les cours. Et ces kilos ! Lola avait toujours t un peu gourmande, pourtant, ces derniers temps, elle ne faisait aucun excs. Laiguille de la balance continuait grimper. Elle se trouvait laide. Cette vrit fut confirme lorsquelle surprit Jrmy parlant de son surpoids voix basse avec sa meilleure amie. Elle se replia sur elle-mme non sans ignorer que lon mdisait derrire son dos. Les gens sont ainsi. Ils ne peuvent sempcher de dblatrer sur ce quils ne comprennent pas. Elle savait quen moins de six mois, elle avait chang. Mais comment trouver les mots pour lexpliquer ? La coupe dborda le jour o un de ses professeurs la traita de paresseuse aprs avoir chou deux partiels quelle avait pourtant normment travaills. Elle savait tout, mais navait pas russi coucher la moindre bonne rponse sur sa feuille. Le trou noir. Comment pouvait-elle convaincre son enseignant quelle avait, pourtant, tout appris ? Que ses mots staient simplement envols ? Elle ne fut pas prise au srieux.Sa mre lui conseilla daller voir le bon mdecin de famille, ce monsieur bedonnant quelle naimait pas, mais ctait un docteur, un vrai, et lui, il allait comprendre, lcouter. Seulement, ce ntait pas si simple. Comment expliquer un vieux monsieur qu presque vingt ans, chaque pas semblait peser des tonnes, quil y avait ces fichus kilos qui lui donnaient des joues toutes gonfles mme si elle gardait encore une jolie silhouette, ces maux de ventre qui ne cessaient de se rpter, ces crises dangoisse qui survenaient sans prvenir, ces crises de larmes ? Lola avait besoin dtre rassure, mais ctait sans compter sur ce toubib blas qui lobserva, remarquant lanxit fleur de peau, les cernes violacs entourant ses yeux, les lvres gerces qui saignaient, la tristesse. Lola vivait mal sa scolarit. Un burn-out de plus. Il diagnostiqua avec facilit une dpression nerveuse et Lola ressortit avec un bon cocktail dantidpresseurs du cabinet mdical. Dsabuse, elle prit son traitement durant plusieurs semaines, sans signe damlioration, et de nouveaux symptmes apparurent. Des crises de tachycardie de plus en plus frquentes, une vue qui par moments se voilait, des cheveux qui se mirent tomber par poignes. Quant son visage, il devenait de plus en plus bouffi. tait-ce lantidpresseur ? Elle continuait mcaniquement de prendre ses cachets, mais son moral continuait baisser. Elle en tait ne plus vouloir vivre. quoi bon continuer dans un tel tat ? Un matin, en se levant, ses jambes se drobrent sous elle, puis ce fut le trou noir.()

La suite sur le recueil

 

Juste pour dire, aujourdhui Lola va bien, elle a un bon travail, elle a mme eu en juin un joli petit garon. Seulement, si la maladie avait t mieux connue, elle en aurait moins bav ! Alors continuons ensemble

 

https://www.evidence-boutique.com/samsara/maladies-thyroidiennes-devoreuses-de-vie

( 9 septembre, 2018 )

La solitude

 

Que darticles jau lus dernirement sur la solitude, solitude des anciens, solitude des jeunes, solitude des gens qui notre poque, malgr les rseaux sociaux, malgr les applications la mode, sont seuls et bien seuls. Autant, avec lge qui avance, on peut apprcier, par moment, cette solitude, surtout lorsque lon a eu une vie trs remplie, autant voir une jeunesse se vautrer dedans mattriste. Parents responsables, ai-je lu. Hum, trop facile ! Comme tout parent jai toujours pouss mes enfants avoir une vie riche, nempche que chacun deux peroit la vie diffremment, cest aussi une question de caractre. Aprs, il y a effectivement les dsirs que les parents projettent sur leurs enfants. Je me souviens dune classe de dcouverte faite il y a vingt ans. Javais eu un mal fou convaincre une maman de me laisser emmener sa petite chrie. Elle a besoin de moments de calme. Elle ne veut pas partir.. Obtenant gain de cause, je sais tre persuasive, la gamine sest clate, et na jamais voulu de ces fameux instants de tranquillit, poire elle na jamais ouvert une seule lettre de sa mre ! Ce fut certainement la maman qui a le plus souffert de cette sparation, mais fait-on des enfants pour quils soient heureux ou pour combler nos vides ?

 

La solitude nest pas une fatalit. Il suffit de souvrir un peu aux autres, de tendre la main, de sourire, et les moments o on se retrouve effectivement face soi, sont simplement des douceurs apportes par le vent. Aprs, il existe bien sr, les vrais ours, nayant que peu damis, ne voulant pas en avoir, ressentant la solitude mme au milieu dune foule, ceux-l ont ce que je nomme, la solitude de lme et il y a tout de mme une petite blessure denfance dedans. Un peu de courage, lhomme a besoin des autres

 

( 8 septembre, 2018 )

Sortie littraire 2018

Mes deux dernires lectures (dont lavis nengage que moi) : un coup de coeur et un sans commentaire

 

Le Prince la petite tasse dmilie de Turckheim

 

Enfin une perle ! Enfin un livre qui sort de lordinaire ! Mon premier coup de coeur de la rentre littraire. Des mots qui touchent parce que si proches de nous, des phrases qui font que nos yeux se mouillent.

Lhistoire de Reza, un jeune Afghan, qui a d fuir son pays en guerre, et est accueilli avec bienveillance par milie et sa famille. Que dire face cette peinture que lauteur a dessin, limpression de toucher du bout des doigts une facette de la ralit que lon prfre souvent ignorer. Un roman bouleversant, qui parle notre moi profond, ce regard que lon a ou pas sur les autres, ceux qui sont diffrents, ceux qui viennent dailleurs, ceux que lon nomme les migrants. Un magnifique tmoignage lire de toute urgence qui changera peut-tre le coeur de pierre de certains.

CE8D702B-11E8-44A2-9F24-163220218050

 

son image de Jrme Ferrari

Actes Sud

 

Le roman dbute par la mort accidentel d’Antonia, jeune femme corse et photographe. L’office funbre est clbr par le prtre qui n’est autre que son oncle et parrain. Durant l’office il retrace la vie de sa nice et l’on ressent son norme tristesse. Le deuil, la photographie, le nationalisme y sont traits.

Cela commence bien, puis cela stiole Cest extrmement bien crit, mais je me suis ennuye mourir. La couverture tait pourtant attrayante comme le dbut de lhi

00DB4781-9B70-4BD8-9FB8-83C2D6B30EA2

 

( 8 septembre, 2018 )

Le courage

 

Le courage, nous en rvons tous, et pourtant trop souvent la peur nous cloue au sol. Apprendre dmystifier ces peurs ouvre la porte du courage. Pas facile de faire un pas, un choix, en oubliant cette boule au ventre qui cre nos certitudes. Pas facile doser affronter en face ces dites certitudes. Trop souvent, nous les contournons sans pour autant les enjamber, rsultat un moment, on les retrouve bien malgr nous et on se prend les pieds dedans. Le courage, cest un peu comme courir au bord dun prcipice en sachant quune bourrasque peut nous faire tomber, et pourtant on tient, on reste en quilibre, on a peur, mais on avance.

Le courage est une force incroyable qui sapprend, qui pour moi nest pas ncessairement inn, mais qui permet daller plus loin. Alors, on sencourage avoir un peu plus de courage ? :)

Et pour vous, le courage, cest quoi ?4EF56DB5-1408-4DE8-87E3-3E9134DEE9E3

( 7 septembre, 2018 )

Les gocentriques sont toxiques.

 

Ah ! Ces gocentriques ! Notre socit modle de plus en plus de personnes qui ne se soucient pas du tout des autres, centrs sur eux-mmes. Comment les reconnatre ?

Ce sont ces personnes qui ne parlent que delles tout le temps, qui prennent toujours lattention, pour qui vous ne serez jamais rien dautre quun moyen de se faire valoir. Vous en connaissez tous de ces individus, hommes ou femmes, qui vont prendre le pouvoir lors dune runion partant dans des explications sans fin dont on ne se souvient plus du dbut au bout dune heure, ceux qui vont vous couper la parole ou

Lgocentrique ne ressent que peu dempathie pour les autres. Ce quil dsire, cest cette attention quon lui donne. Il ne vit que pour cela, cest son carburant.

Les gocentriques sont des personnes nocives. Ce sont souvent des personnes trs intelligentes, narcissiques et vaniteuses. Elles ne peuvent se tromper et leur grande intelligence les persuade que leur jugement ne peut-tre fauss. Elles sont surtout convaincus que personne ne peut leur rsister.

Des gocentriques, vous en trouverez dans tous les milieux. Vous ne les reconnatrez pas toujours, ils peuvent se revtir dun voile dillusion lors dun premier contact.

Font-elles exprs dtre toxiques ? Cest une question laquelle je me suis pose des annes et je nai trouv aucune rponse.

Que ce soit dans le monde du travail, des loisirs ou priv, cest complexe de les stopper, surtout si on les aime , si on sentend bien avec.

Lorsque lon rencontre ce type dindividus dans le monde du travail, cela peut signer une descente aux enfers, le heurt avec des patrons parfois dvastateurs. Face ces personnes, mme si elles ont priori un sourire danges, restons sur nos gardes. Elles ne sont pas fiables. Un gocentrisme est incapable de garder un secret, peut avoir des sautes dhumeur imprvisibles, et se reconnat son ct hyper lunatique.

 

vitons de cder impulsivement au charme de ces personnes, leur fausse gentillesse. Gardons les yeux bien ouverts. Et surtout, toujours couter son instinct ! Il faut se faire confiance et quand on ne sent pas quelque chose ou quelquun, fuir tout simplement.

 

611F011C-4285-4FB8-AE08-E103600E446D

12345
« Page Précédente  Page Suivante »
|