( 3 février, 2014 )

Un petit cadeau ….

Ce week-end, j’ai peaufiné mes vingt premiers chapitres de Blanc …

Face à votre enthousiasme toujours croissant (de nombreux achats ce we ! Merci à vous nouveaux lecteurs), je vous offre un extrait du premier chapitre de mon second bébé ….

 

                   Cassis

 

Marseille. Tout le monde connaît son célèbre club de football mais combien peuvent prétendre savoir qu’un jour cette ville s’est appelée Massalia, nom plein de poésie évoquant le soleil de Provence, les senteurs de Lavande et les orangers.

Marseille, sa mer caressant ses contours, reconnaissable entre toutes avec ses petites rues pentues emplies de charme, ses quartiers populaires. Tout au sud, aux confins de la ville se trouve un lieu unique : les Calanques. Endroit magique, hors du temps où les roches entassées au fil des siècles ont formé des falaises s’étendant sur plus de vingt kilomètres. Face à tant de beauté, Marseille se heurte à la violence des cités, à ses règlements de compte incessants. Depuis quelques années, la ville se retrouve la capitale du crime. En 2014, Marseille est en sang. Les gangs règnent en maître. Le gouvernement impuissant, ne sait que faire pour enrayer le processus. Il décide de créer une section réunissant les meilleurs flics de France pour lutter contre la criminalité.

Depuis l’arrestation du Tueur au Caducée, l’inspecteur Antoine Bourgnon, promu commissaire divisionnaire, croule sous les tâches administratives liées à son nouveau statut. Il sature des heures passées à remplir de la paperasse derrière un bureau ou perdues lors de réunions assommantes avec des hauts dignitaires.

( …)

Le suite dans quelques mois lorsque BLANC verra le jour !

Votre avis m’intéresse toujours!

Bonne soirée

( 1 février, 2014 )

Coup de gueule du jour

Hier j’étais connectée sur FB lorsque je reçois un msg de monsieur X me demandant de promouvoir son livre sur ce blog. Pourquoi pas ? Je crois en la lecture ! J’ai déjà dit, je n’écris pas pour l’argent mais pour être lue, pour pouvoir ensuite partager des moments de vie parfois éphémères avec de nouvelles personnes. C’est ce que je fais depuis plusieurs semaines et c’est un vrai plaisir, je dois bien l’avouer !

Bref, cet auteur me propose de m’envoyer son livre.. Pourquoi pas ? Je deviens à moi toute seule une vraie banque littéraire en ce moment ! Mon Ipad éclate de Ebooks ( Kindle) que beaucoup de jeunes auteurs proposent à l’achat gratuit ! Jolie initiative …

Là, ce monsieur X commence à me prendre de haut me disant que LUI est un VRAI auteur !

C’est quoi un vrai auteur ? Qui a la prétention de se dire vrai auteur ? Celui qui a mis son âme dans un texte ou celui qui pour avoir pactisé peut accéder au podium, tout en reléguant « les nouveaux », « les petits » au fin fond d’une caisse !!!

Alors monsieur X, je lance mon cri du cœur ! Il n’y a pas de faux auteurs ! Chaque personne qui a un jour pris la plume ou le clavier pour noircir des pages, est un VRAI auteur !

Et «  petits auteurs » que nous sommes : Soyez fiers de vous ! On n’a pas la grosse tête, on a encore un cœur et au moins nos chevilles peuvent rentrer dans nos bottes !

Bonne journée les amis

( 31 janvier, 2014 )

Le Pouvoir des Mots …

 

La rencontre avec la page blanche …

Concours Edilvre 48 heures pour une nouvelle le 13 Novembre 2013.
Je me suis lancée ! C’est court juste 48 h pour écrire 10 000 mots mais ce fut faisable ! J’ai mis deux heures, sans trop y croire !
Le thème était LE POUVOIR !
Et je n’ai pas voulu traiter le pouvoir politique ou autres..
Juste le Pouvoir de ceux qui nous font du mal en amour ou en amitié en nous brisant …
Je l’ai appelé «  Le Pouvoir des Mots »

Ma conclusion..
On parle trop souvent du pouvoir de l’argent ou de celui de nos chers présidents, mais qui va penser juste un instant à ces personnes qui auront eu un pouvoir bien plus grand, celui de tenir dans leurs mains une bulle contenant notre destin. En amour, en amitié, ne sont-ce pas ces hommes nous ayant manipulés, nous ayant brisés qui ont triomphé, réussissant à nous arracher un morceau de nous-mêmes que nous ne récupérerons jamais.
Pourquoi alors tomber en amitié ou en amour, allez-vous me demander ? Vous l’aurez compris ! Pour exister. Car même si l’autre a un immense pouvoir, la possibilité de nous détruire, toi qui me lis, tu possèdes au fond de toi un pouvoir encore plus grand. Celui de ne pas renoncer et de tout recommencer. Celui de pardonner et de faire couler l’encrier. Chaque coup porté gravera des lignes sur le papier.
Tomber en amitié laissera donc des traces indélébiles sur ta destiné mais n’essaie pas de les effacer car une fois les plaies cicatrisées, plein de jolies choses vont s’y trouver relier, un peu comme une fleur ayant poussé des années plus tard sur un sol irradié. Le plus grand des pouvoirs ne se conjugue qu’avec le verbe Aimer.

 

Résultat hier : 61 sur 1414 nouvelles reçues !!!!

Pas mal non ???

 

Encore une nouvelle que je dois à la Rencontre, celle qui a marqué mon existence, celle qui m’a permis de rencontrer les Mots et qui m’a aussi fragilisée … Celle qui n’est plus …

Je finirais juste par une citation de Jacques Salomé.

Il est des rencontres magiques qui surgissent dans notre vie sans prévenir. Il est des rencontres qui ont un caractère magique par la qualité de ce qu’elles révèlent, en nous, ou chez l’autre.
Il est des rencontres qui nous appellent au plus profond de notre être, du plus lointain de notre histoire.
Il est des rencontres qui éclaireront notre parcours de vie, d’une lumière plus vive, plus féconde…

Je souhaite à chacun de pouvoir accueillir l’une de ces rencontres si elle fait irruption dans sa vie, et de s’y abandonner de tout son cœur…
Jacques Salomé

 

Ne jamais rien regretter ….

( 30 janvier, 2014 )

Ecrire …

ecriture

Ecrire est toujours un art plein de rencontres. La lettre la plus simple suppose un choix entre des milliers de mots, dont la plupart sont étrangers à ce que vous voulez dire.

Je voulais parler du pouvoir des mots. Le pouvoir de l’écrit. Ce que l’on laisse sur une feuille de papier à destination de l’autre n’est jamais reçu tel que nous l’avons écrit. Les mots ont un sens différent pour chacun de nous, les mots résonnent à leur manière. Nous allons mettre beaucoup de soutien dans une phrase, beaucoup d’amour, elle sera prise pour du dédain ou de la pitié. Nous allons y mettre nos questions, nos doutes, elle sera interprétée comme une inquisition. Le drame avec les écrits, c’est qu’ils restent. Et souvent seront relus différemment à chaque fois. Il faut veiller à ses écrits. On a chacun un style très identifiable. Une personne mal attentionnée peut sans souci le reproduire et vous faire ainsi beaucoup de mal. La seule différence sera l’âme que vous mettrez dans vos mots, l’amour, la passion, le rêve que nul autre que vous ne peut mettre …

field-flowers-pink-Favim.com-488518

Ecrivez … à vos amis, à vous-même … Ne laissez pas traîner vos rêves … Certains chercheront à vous en déposséder … Evadez vous dans les livres … Lisez Rouge … !!!!

Bonne journée

 

 

( 29 janvier, 2014 )

les avis sur ROUGE

Vous êtes nombreux à me demander des avis de lecteurs.. Sachant que c’est contraignant d’aller voir sur chaque commentaire de ce blog, j’en ai sélectionné quelques uns …

Lisez les autres !

Merci à tous les acheteurs de venir donner votre avis ! C’est important pour avancer !

Je sais que dans BLANC …. il me faudra veiller à ne pas laisser d’erreurs dans la BAT refaite par l’éditeur, et garder cette légèreté d’écriture.

Pour répondre à certaines questions, BLANC ne sera pas dans le monde médical . Les thèmes seront liés à l’univers des gens du voyage et des peuples juifs.… Mais c’est une suite tout de même donc ….  Attendez-vous à des revirements !!!

 

Avis sur ROUGE

 

Mickael

Génial
J’adore votre style
Je me retrouve dans votre héros Matt excellentissimo bien décrit
Très douée jeune fille bravo je vis une histoire similaire marié depuis trente ans et amoureux d’une nymphe de 33
Merci de montrer que c’est beau

 

Francine

Galère pour accéder au blog !
Et bien moi, j’ai lu deux fois Rouge reçu hier … D’un trait, toute la nuit et j’adore ! Je suis tombée amoureuse d’Antoine, de Matt et de son œuvre …
Quelle imagination
C’est un roman sublime
Achetez le, téléchargez le
Mais faut le lire car vous en ressortez meilleure
Merci Sylvie

 

Simmonette

Excellent ! J’ai lu votre livre ce we Excellent
J’adore Vos personnages sont vrais ! Félicitations ! J’attends aussi le tome 2
Mon personnage préféré est Antoine pour les hommes et Hortense pour les femmes
Je suis une Hortense … Et merci de nous rendre hommage

 

Michel

Sublimissime livre ! Je suis sous le charme. Sylvie, puis-je me permettre cette familiarité et vous appelez ainsi ? Je suis écrivain moi-même, de livres connus. Je suis tombé par le plus grand des hasards sur votre blog, jusqu’à votre livre que j’ai lu et relu …
Bien sûr il y a les erreurs d’une jeune auteure mais vous allez vite vous parfaire. Votre style est unique ! je suis totalement dans votre magie des mots. J’ai l’impression qu’au lieu d’écrire, vous peigniez …
Continuez, surtout ! Il est regrettable que les grands éditeurs ne s’attardent jamais sur les petits nouveaux … Je suis amoureux d’Adelyse, de Marie …Je suis un vieil auteur de 65 ans … un Matt désabusé … diaboliquement bien écrit ! Merci

 

Jean François

Ma nièce a qui vous avez envoyé votre ebook (critique littéraire sur des blogs) me l’a envoyé. J’ai un peu honte de ne pas l’avoir acheté donc je vous glisse un commentaire. J’ai beaucoup apprécié votre livre. Je m’attendais à un polar classique ou fleur bleue et vous avez un style bien à vous. Bien sûr, on sent les faiblesses du premier roman. Peu importe. C’est ce qui fait son charme. Je me retrouve totalement dans votre livre. je suis chercheur dans un centre « parisien » va-t-on dire, et je me retrouve totalement dans Matt. Je n’ai pas encore cinquante mais je suis déjà dégarni comme lui, petit et totalement obsédé par mes recherches. j’ai une Hortense à la maison et votre livre m’a montré à quel point je la néglige. non que je ne le savais pas. Mais se faire pointer ses failles ne fait pas de mal. Je n’ai pas d’Adelyse. Malheureusement, quoique j’eusse préféré une Marie dans ma vie. Blague à part, votre polar est un délice. Il est léger, captivant … Félicitations Sylvie … Je vous souhaite que vivent vos rêves. Vous le méritez.

 

Monique

Quel joli livre ! Quelle jolie couverture ! Je ne pensais pas que les petits éditeurs faisaient de si jolies choses. Bravo au graphiste !
Quant au livre reçu vendredi j’aime, j’adore
C’est joli, c’est beau, c’est doux, c’est sensuel, c’est inédit
Super sympa à lire
On espère une suite … Bientôt ?

 

Camille

Trop génial votre livre acheté la semaine dernière. J’ai adoré l’histoire, les personnages. Je kiffe le flic ! Et les descriptions. Superbe histoire d’amitié et d’amour. J’ai vécu des passions comme vos héroïnes ont vécu.
Seule critique le livre est cher et j’ai hésité a l’acheter mais pas de regret . Il est très beau ! Quel jolie couverture ! Top pour un premier roman ! Dommage qu’un grand éditeur ne vous ait pas prise car votre livre est digne d’un best seller ! Bien meilleur que certain que l’on vend en ce moment !

 

Jean François V

Jean- François, auteur de cinq livres moyennement connus. Un lien FB m’a conduit à votre roman. J’ai craqué sur la couverture ! J’ai lu que c’était une mademoiselle Emeline qui vous l’a faite alors bravo à cette graphiste ! un indéniable talent ! Elle devrait prospecter dans les maisons d’édition où les couvertures sont souvent bâclées. Je suis quotidiennement votre blog qui m’amuse beaucoup. Vous êtes pleine d’esprit et pleine de fantaisie même si on sent chez vous le lourd poids d’une vie. C’est peut-être ce qui fait de vous ce petit côté bien attachant.
On va arriver à votre livre. C’est du bon travail. C’est simple, attachant, presque gracile.
J’ai été surpris au début de la transition entre les premiers chapitres et le chapitre 7 où Antoine apparaît. Il y a une coupure de style, fort agréable. Comme si vous aviez mis en place vos personnages puis subitement vous les avez animés. Rien à redire ! Ils sont tous très caricaturés et cela les rend vrais. Tout comme les commentaires que je lisais, j’ai rencontré des Matt, des Hortense, des Marie ans ma vie et vous les avez fait revivre. Un grand bravo ! On en oublie presque que c’est un livre policier. Je fus ému par votre passage sur Chris … J’ai personnellement un enfant autiste. Rien à voir mais la force que vous mettez dans vos mots est impressionnante ! Vous parlez peu par contre de votre trahison d’amitié ou du divorce.. Dommage … C’est un thème qui me passionnerait. Dans le second roman, peut-être ? Une chose est sure, ne stoppez pas là votre plume ! Elle peut nous faire encore rêver . Au plaisir de vous relire ou de vous croiser

 

Bernard Pluvinaget

Un ami m’a prêté votre roman. jeune auteur : Bravo ! qualités indéniables, sens moral, du cœur … A quand un salon dédicaces que je puisse discuter avec vous? Vous avez un style que je n’avais jamais lu, et pourtant je suis dévoreur de polars. Vous avez un charme inouï refléter dans vos écrits.La souffrance semble être pour vous tellement facile à accepter. Divorcé, aigri comme votre héro, je n’arrive pas à avoir cette légèreté. Vous devez être un rayon de lumière pour vos amis. Normal que certains vous jalousent, ou ne vous comprennent pas.N’y prêtez oreille? Le son de vos mots, parfois maladroits, suffisent à faire sourire un homme déprimé comme moi. Félicitations pour ROUGE

 

Cécilia

Merci a toi,tu sais que je suis ta première fan ,ton premier livre rouge est excellent et je suis vraiment ravie de voir que je ne suis pas la seule à le penser , pour ceux qui doutent acheté le vous serez agréablement surpris ….. Bonne lecture à tous.

 

Bernard Mercier

Vous sollicitez cher auteur notre avis sur votre livre
1) j’aime beaucoup J’ai été au début sceptique mais je me suis laissé porter

2) mes personnages préfères Tous
Une préférence pour Marie
Personnage tendre fantasque rêveur Une femme qui reste dans l’ombre une femme qui aime d’amour ou d’amitié un homme qui ne sait pas lui dire qu’il l’aime lui Une femme que j’aimerais voir sortir du livre pour venir dans mes bras le temps d’un cadeau d’amitié

3) l’intrigue : simple gentille prenante
Très bon roman que je ne qualifierai pas de polar mais de roman de vie
A lire messieurs mesdames
Et que Rouge écrase les compteurs

 

Bertrand

Rouge, j’adore ! Un petit bijou ! Il y avait longtemps que je n’avais lu un livre si savoureux.
J’adore sa volupté , ses scènes érotiques sont superbes, l’intrigue est captivante !
Je suis médecin en Dordogne et je me retrouve dans ce brave Matt encombré d’une femme potiche !
C’est le lot de tout homme qui travaille trop.
Je suis fan de votre style Sylvie . Vos personnages sont fabuleux . Quand je lis des commentaires sur le côté réaliste ! Non c’est ce qui est très bien écrit ! On peut sentir que c’est de la fiction avec une Hortense tellement caricaturée une Adelyse tellement sexy et fantasque ..
C’est savoureux je le redis
Pour moi le seul personnage vrai est Marie
Fort joli personnage comme vous devez l’être Sylvie dans la vie
J’espère comme vous le dites que nos routes se croiseront
Vous m’inspirez une grande admiration et j’aimerais être un Matt que vous puissiez admirer
Avec tout mon respect ne cessez de remplir des pages pour le plaisir de tous

 

Berger Daniel

Je ne suis pas un écrivain ,mais un simple lecteur…..Dans  » Rouge  » au fil des pages ,j’ai découvert des personnages ,avec leur vie , leur caractère ,leur passé ,leur mystère….des personnages comme vous et moi ou comme chacun peut en croiser dans la rue…..un polar réel ,dans lequel chaque chapitre nous dévoile une petite partie des secrets….
Un chapitre me donnait un assassin ,le suivant l’innocentait….une énigme sans fin !….
Un peu d’érotisme ,du charme ,de l’amour …
Pour moi ,fan de polar ,c’est une réussite ,un grand bravo à Sylvie !!!!

 

Pierre Alexandre

Reçu votre livre samedi acheté a la Fnac
J’ai lu d’une traite
Roman d’une finesse, facile a lire, captivant
Nombreux personnages nécessitant un retour en arrière fréquent mais constructif
Quelle imagination ! Quelle femme vous êtes ! On sent votre force et votre fragilité !
Divine vous êtes divine !
Au passage je suis cardiologue … Bravo pour la recherche sur ce sujet ! On s’y croirait !
Merci pour ce pur moment de détente
Sans vous connaître je vous embrasse

 

Robert C

» On ne se connaît pas et pourtant, je me présente Matt, époux d’Hortense. J’habite à XXXX petit village de province dans une jolie villa. Je ne suis pas chercheur mais médecin de campagne. Votre livre fut un vrai moment de plaisir. J’ai tant ri à me voir, moi, petit homme peu séduisant, chauve, pas beau, fan de littérature, je me suis vu dans le miroir de votre roman. Je me suis mis à rêver qu’un jour, qui sait, je rencontrerais une vraie amie comme Marie, qui ne rêve pas d’une telle amie admirant un bonhomme comme moi ? ou une coquinette comme Adelyse. J’ai retenu: me méfier d’Hortense Un peu de rêve. Que c’est bon. Merci de m’en avoir donné .

 

Agnès

Sylvie, votre livre, sublime. Comment faîtes-vous pour décrire aussi bien les émotions et les gens ? Roman fictif, oui, mais si connaissiez les dessous des laboratoires de recherche, vous seriez surprise. Je suis technicienne de recherche dans un labo parisien et j’ai ri, mais ri lorsque j’ai lu vos les passages entre Hortense et Matt. Vous êtes dans le vrai ! Des chercheurs comme Matt, y’en a plein notre centre ! Tous obsédés par la réussite, par le fric ! N’hésitant pas à nous mettre la main aux fesses au passage (faute de temps pour s’occuper de leur femme) . Des hommes qui n’ont pas le temps de vivre, des hommes qui ne sont pas heureux.
J’ai adoré la fin de votre livre, j’ai adoré votre vision « pure » de la recherche … Quel bon moment j’ai passé en votre compagnie ! Merci Sylvie ! Et j’attends la suite ! Toujours dans le milieu médical ?

 

 

( 28 janvier, 2014 )

La route est peuplée d’obstacles mais ….

En mode recherche de salons ou de librairie pour des dédicaces … Est-ce que je vais finir par y arriver ? J’ai l’impression de marcher sans cesse sur des sables mouvants, cherchant un appui qui ne vient pas. Le plus dur étant de concilier mon univers professionnel d’un côté, inviolable, intouchable et cette passion pour l’écriture …

C’est très dur de ne pouvoir en parler sur mon lieu de travail mais c’est nécessaire. Les adultes ne sont pas toujours tous bienveillants et les remarques acides risqueraient de fuser.

La vie m’a appris la prudence … À une époque, récente, je ne l’étais pas du tout. Je surfais sur la vie, m’ouvrant avec enthousiasme à tout nouveau contact, à toute nouvelle idée. Et puis, le poignard de la trahison m’a transpercée. Le souvenir est une arme contre l’oubli.

J’ai lu dernièrement cette magnifique phrase :

La punition de l’homme, c’est de posséder le souvenir.

Elle m’a tournée dans la tête en boucle. Pourquoi est-ce une punition et non un cadeau ?

Je suis une idéaliste. Je l’ai déjà souvent dit. J’ai un coffre plein à craquer de souvenirs, un livre de vie énorme dont toutes les pages sont noircies, parfois grisées par les larmes versées mais en aucun cas l’une d’elle n’est déchirée. Pour moi, renoncer à ses souvenirs, c’est renoncer à ce que l’on fut, à ce que l’on est …

Les gens à tendance dépressive détestent leurs souvenirs, cela les ramènent à ce qu’ils furent, à leurs erreurs. Moi, j’adore mes souvenirs, qu’ils soient bons ou mauvais. Ils sont la trace indélébile de ma vie, les mots qui font qu’il existe un début à toute chose et une fin.

Les souvenirs sont les larmes que nous avons versés, immortelles, vivantes, toujours en nous, les larmes qui nous font nous sentir exister.

À certaines périodes de notre vie, on a tous eu les yeux trop secs pour pleurer. À force de traverser dans le désert de la vie, on devient spectateur plus qu’acteur et puis un jour, au moment où on s’y attend le moins, un mot, une chanson fait renaître ces sensations oubliées. Le monde se teint de couleurs. On revit.

On redevient donc ainsi vulnérable. Notre cœur qui s’était asséché se remet à vibrer ouvrant ainsi la porte aux larmes déjà prêtes à couler. Les souvenirs sont comme les larmes.

« Il est possible de traverser un océan sans se mouiller les jambes, mais il est impossible de traverser la vie sans se mouiller les yeux. »

J’espère pouvoir venir au contact de mes lecteurs pour retrouver cette émotion, cette vibration, celle de la découverte …

 

 

 

 

( 27 janvier, 2014 )

Mon parcours

Je l’ai déjà expliqué ici mais c’est vrai que retourner en arrière sur un blog n’est pas toujours agréable. Je vais donc essayer de répondre à Dominique qui rêve de publier un livre..

Pourquoi ai- je décidé de me lancer dans l’édition d’un manuscrit ? En fait, je n’avais pas cette idée en tête. J’ai écrit Rouge parce que j’avais ce besoin d’écrire pour casser avec le milieu scolaire où j’exerçais et qui s’avérait difficile. Écrire me permettait de mettre de la lumière dans mes pensées, de faire danser un peu les soucis qui traversaient mon existence à cette période. C’était une soupape qui m’a permis de garder le sourire et de continuer à travailler sans lâcher la main de mes élèves. Je n’ai jamais songé un seul instant à être lue … C’est un collègue qui m’a suggéré d’aller plus loin … J’ai hésité … Je n’y croyais pas du tout et puis je me suis dit que je n’avais rien à perdre. J’ai donc expédié mes trapucrits à une dizaine de maisons d’édition à droits d’éditeurs et d’auteurs. Je n’ai reçu aucune réponse négative. J’ai éliminé les éditions à droits d’auteurs car je devais investir et n’ayant qu’un salaire d’enseignante … C’était illusoire … Deux grosses maisons d’édition célèbres m’ont proposé leur service mais le délai était très long ( parution en janvier 2015 et l’autre Avril 2015) Vu que je n’avais pas trop confiance dans mes qualités littéraires, je n’ai pas voulu attendre ( la patience n’étant pas ma principale qualité !) . J’ai donc préféré me lancer avec Edilivre dont le comité de lecture avait accepté très enthousiaste mon manuscrit.

Pourquoi cette édition ? Parce que l’esprit y était convivial, le contrat etait clair, il n’y a pas de frais, ni d’argent à verser. Je n’étais pas à la recherche de gains mais de lecteurs ! Edilivre était l’éditeur idéal pour cela.

Pas de regret … J’aime beaucoup le rendu du livre qui met en évidence la page de couverture faite par ma fille dont je suis très fière. Très important une couverture attractive ! Elle a juste mis la barre très haute et va devoir se surpasser pour Blanc !!!!

Le seul reproche reste le prix qui est plus cher que la moyenne et pour favoriser les ventes, je suis obligée d’en acheter moi même et de les revendre moins chers … Mais l’important est que Rouge vive !!!!

En tant que petit éditeur, Edilivre ne fait pas la promotiondu livre. J’ai des retours d’auteurs édités dans des grosses maisons qui n’ont pas une publicité si grande que ça faite  par l’éditeur. Je crois que c’est un peu notre société qui veut cela ! Chacun pour soi !

Autre petite critique : il reste des fautes d’orthographe. J’ai fait confiance .. Le prochain livre sera passé au peigne fin !

 

Pourquoi pas l’auto édition ?

J’avoue qu’en dehors d’Elisabeth Leroy dont j’ai beaucoup aimé le livre, certains des livres que j’ai lus en auto édition m’avaient vraiment déçue ! La typologie était parfois atypique faisant mal aux yeux, les fautes de syntaxes non corrigées, des erreurs de pagination etc

En plus le livre avait un rendu beau. j’en ai découvert depuis quelques uns très performants. Je pense que beaucoup de jeunes auteurs ne prennent pas le temps de mettre en forme leur roman, tellement dans l’attente de publier ce livre dont ils rêvent ! C’est dommage !

Je suis fière de Rouge … Je trouve que c’est un bel ouvrage ! Après ce que j’ai écrit dedans peut ne pas plaire mais c’est un très beau livre question rendu et je remercie encore mon Éditeur pour ce travail.

 

Revenons à Dominique. Pour publier un petit ou gros livre, il importe de bien respecter le typographie qui doit être lisible. Je conseille Times New Roman en taille 12 avec un double interligne. Ensuite, bien corriger ses fautes. Se faire relire par une autre personne. (Merci à Jean Claude !!!) Veillez à ne pas oublier la pagination, les remerciements..

Ensuite penser à la page de quatrième de couverture, très importante et bien sûr la couverture.

Sinon un roman standard doit faire 75 000 mots en moyenne.

Et chaque chapitre autour de 2500 mots.

Bon courage à vous Dominique et à tous les futurs auteurs … Lancez-vous …

On n’a rien à perdre à essayer ! Au pire, on vous conseillera de recommencer …

Mais l’important est de tenter !

J’avoue que je me rends compte que je suis privilégiée de n’avoir subi aucun refus !

N’ayant pas confiance en moi, j’aurai été découragée et j’aurai sûrement renoncé !

Pourtant des copines me prédisaient un échec : 30 livres vendus … J’en suis à 120 …. Situation qu’Edilivre qualifie de « ventes exceptionnelles » …

J’ai eu simplement de la chance ! Croyez en la votre ! Je reste prudente ! Je sais que lorsque la nouvelle se saura, les méchants des contes de fée ressortiront pour briser ce rêve alors … je lance un peu de poudre magique pour conjurer le mauvais sort !

Afin que vivent nos rêves à tous …

 

 

 

( 26 janvier, 2014 )

La vengeance

 

Chers lecteurs,

Je constate de plus en plus de nouveaux lecteurs venant de blogs divers et variés et j’en remercie de tout cœur les administrateurs … Je le redis : promouvoir un livre n’est pas chose aisée surtout lorsque l’on travaille. J’ai heureusement un mari très actif dans cette démarche, des amis qui se démènent pour distribuer des flyers … Merci à vous tous …

Mais la machine est lourde ! Chacun se retrouve coincé par ce fameux Temps dont je parlais hier. On se dit : Ce sera pour Demain, et on oublie de regarder le site, voir de commander le livre alors il faut solliciter de nouveau, téléphoner, écrire … Cela prend un temps fou ! Hier fut une journée consacrée à mon travail, mes corrections. Aujourd’hui, ce sera une matinée pour mon livre … Ecrire aux librairies, aux services de presse … Pire qu’une recherche d’empli car on ne reçoit jamais aucune réponse en retour ! Mais ne jamais se décourager !

Les petites ventes journalières ont un tel parfum de pur bonheur !

Je ne lis vos commentaires que chaque matin, faute de temps, et c’est toujours un vrai plaisir de vous découvrir chaque jour plus nombreux, et appréciant toujours mon roman …

Je vais rebondir sur le commentaire de Pauline …Encore une Hortense, mais cette fois rongée par la jalousie, par l’esprit de vengeance. Je suis ravie si ce blog vous aide, chère Pauline, à mieux comprendre l’amitié qui unit votre mari à votre voisine. La vie m’a appris une chose, on ne peut pas tout comprendre et surtout l’Amour au sens le plus large se partage. Vous ne pourrez vivre heureuse en détruisant une autre personne, tout comme votre couple n’y survivra pas. Il se fissurera de partout, légèrement, puis de plus en plus jusqu’à se briser. Cessez de porter un masque, de faire semblant. Soyez juste vous-mêmes.  Vous avez le droit d’être jalouse de votre voisine, bien sûr mais vous dîtes que c’est votre amie alors pourquoi essayer de la détruire, elle aussi. Vous allez perdre une amie, une confidente et un mari …

Vous m’avez fait un long texte (non publié) sur votre solitude, sur les soirées où votre époux est plongé dans sa paperasse et que vous regardez seule vos films à la télé. Avant vous discutiez au téléphone avec cette amie. Maintenant, vous n’osez plus …

Osez … Appelez là ! Dites lui ce que vous ressentez … Votre époux a besoin de cette amitié qui est vraisemblablement un interlude le sortant de son métier difficile. Ce n’est pas pour cela qu’il ne vous aime pas. Il vous aime à sa façon.  L’amitié-amoureuse dont vous parler ne représente aucun danger … Vous avez une famille. Il ne la quittera pas pour un coup de cœur mais il en a besoin pour exister. La preuve, depuis que vous êtes intervenue plutôt « anonymement » si j’ai bien compris, il s’est renfermé, il ne parle plus, il est agressif … Qu’avez-vous gagné ?

Votre amie souffre sûrement et  a sûrement une autre vision des choses …

On pense toujours que ce que nous vivons, que ce que nous ressentons, les autres peuvent le comprendre et le ressentir aussi. Des évènements vécus m’ont appris qu’il n’en est rien. On reste chacun sur ses positions, sur SA vérité et on refuse, par orgueil, de voir qu’il y en a peut-être une autre, dérangeante, car occultée.  Le seul moyen de remédier à cela : en parler …

La rancune ne sert qu’à se détruire et la vengeance est bien pire …  Ne vous laissez pas engloutir, chers lecteurs, par cette marée rouge qui parfois voudra vous prendre à la gorge …

Hissez toujours le drapeau blanc, même si on vous tire dans le dos. La paix que vous trouverez en vous, n’a pas de prix …. Et le monde est ainsi fait. Il suffit d’un souffle pour que vos ennemis deviennent vos amis ….

L’impossible est un mot négatif que l’on doit retirer de notre vocabulaire de vie.

Croyez donc que tout est possible ….

Croyez en vos rêves …

 

Bonne journée à vous

Encore de la pub sur le blog d’un auteur .. N’hésitez pas à le visiter

http://melodymarine.over-blog.com/pages/AUTEURS_A_DECOUVRIR-8812251.html

( 25 janvier, 2014 )

Le Temps

ts1wzge4

Aujourd’hui, je vais laisser quelques traces sur le temps …

Beaucoup me disent : Où prenez vous le temps d’écrire ?

Je voulais rétablir une vérité : je cours moi aussi, tout comme vous tous, après le Temps …

J’écris durant les vacances principalement. Chacun sait que les enseignants ont trop de vacances ! C’est de l’humour ! Beaucoup oublient qu’une journée avec des enfants demandent une telle énergie que l’on arrive souvent en loque à ces satanées vacances qui sont de plus en plus indispensables avec les années qui passent …

Ecrire est pour moi, une vraie pause, une vraie coupure que je m’octroie … Je range mes copies durant ce temps. je ne suis plus la prof.. Je suis l’écrivaine. Je m’amuse avec les mots, avec les sonorités diverses et variées. Autant je déteste tout ce qui est jeu, autant créer une intrigue afin d’y faire évoluer des personnages imaginaires : j’adore ! Je fais hurler mes amis écrivains car j’écris sans réfléchir, je laisse l’encre couler. je ne fais ni synopsis, ni planning … J’écris comme je vis sans me projeter vers un Demain. Je vis le Temps au Présent.

J’ai vécu comme beaucoup d’entre vous en imaginant ce que je serai dans un an ou deux …

J’ai flotté sur des rêves, j’ai vogué sur des mers houleuses. Lorsque j’ai posé les pieds sur la terre ferme, je me suis aperçue que la vie  nous réservait ses propres surprises.

Le temps n’est pas vécu de la même manière pour chacun de nous.

Certains ont sûrement vécu une minute qui a semblé une heure, et à l’inverse des semaines qui ont semblé un jour …

Le fil rouge dont je parle souvent, celui qui unit les hommes, celui qui fait battre nos cœurs, partager, n’a pas d’impératif temps. L’impatience est souvent vectrice d’erreurs. On voudrait que l’autre (ami, amant..) réagisse comme nous le souhaitons. On oublie que lui aussi à son propre Temps, qui n’est peut-être pas le nôtre.

Trouvons juste du Temps pour dire je t’aime à ceux qui comptent pour nous, notre famille, nos amis … Et à un moment ces Temps se mélangeront pour un meilleur Présent.

Bonne journée à tous !

( 24 janvier, 2014 )

Aujourd’hui est Demain …

1625672_640592176001548_619979094_n

Écrire, c’est être libre. On sait tous que la liberté d’expression est un des premiers signes de répression dans les pays totalitaires. Écrire, c’est coucher sur le papier des mots qui prennent vie à chaque instant, c’est faire tourner en boucle des idées pour construire petit à petit un texte, une histoire qui pourra peut être émouvoir …

Parfois, on pense s’être évadé très loin de la réalité, avoir tracé des mots puis les avoir regardés s’effacer … Parfois, on pense que l’on s’est fourvoyé alors on efface doucement avec un peu de regret puis on reprend la plume et l’encre commence à sécher, sur la feuille de papier.

Parfois on touche juste d’un doigt la réalité …

 

Je n’ai pu retenir un sourire en lisant le commentaire de Robert ce matin …  Encore un Matt ! Mon dieu ! Je ne pensais pas que cette espèce existait à foison … Très heureuse, cher Robert, de vous avoir offert un peu de rêve … Ne passez pas à côté de jolies amitiés sous prétexte qu’une Hortense vous tient en laisse, ne renoncez pas à vous battre pour elles, faites de chaque instant un rayon de soleil … La vie est trop courte pour vivre de regrets …

Écrivez votre histoire avec chaque battement de votre cœur afin que votre existence ne soit pas une éternelle routine mais ait un sens … Qui se nomme simplement le bonheur …

Pour votre gouverne, j’ai coupé le commentaire très privé de Robert, qui faisait presque deux pages, où il racontait sa vie en tant que médecin de campagne. Vu qu’il donnait des détails trop personnels, pouvant être reconnu par des patients, je n’ai gardé que le principal.  Mais je voulais juste dire que Robert est un homme effectivement comme mon héros, très occupé par sa profession, dévoué à ses malades, à ses enfants, mais un homme qui rentre le soir, tard, et qui au fond se retrouve très seul face à lui, face à ses souvenirs, face à ses erreurs passées. Robert a raconté son coup de cœur pour une voisine, un besoin d’amitié très fort qu’il n’a pu s’offrir, faute de temps, par peur aussi … Je vous livre ses pensées car c’est un peu un appel au secours qu’il nous lance … Ne croyez pas que les gens qui vivent à cent à l’heure, qui côtoient des dizaines de personnes chaque jour, ne sont pas seuls. On peut se retrouver seul au milieu d’une foule, on peut être seul parce qu’une personne nous manque, on peut connaître simplement la solitude parce que l’on n’ose pas avancer vers son rêve !

Ne tournez pas le dos à un sourire, à une main tendue …

Certaines personnes s’interdisent d’être heureux ! Autorisez vous à l’être, à aimer, à partager …

Croyez, comme moi, en vos rêves !

 

1...125126127128129...131
« Page Précédente  Page Suivante »
|