( 29 juillet, 2014 )

Peut-on tout écrire ?

Sujet choisi pour aujourd’hui par une amie de plume. Réponse difficile. J’aurai envie de dire oui au nom de la liberté d’expression et pourtant … Écrire est une façon de communiquer et comme tout outil favorisant les liens, la première règle : ne pas blesser le lecteur, le toucher, le faire réfléchir, le faire pleurer mais ne pas lui faire de mal. Ensuite, il est important de pouvoir dire ce que l’on pense en choisissant des mots percutants, de faire vivre des personnages à travers des situations pouvant exister, de permettre à chacun de pousser sa pensée, toujours plus loin, toujours plus fort, toujours plus vraie …
Tout écrire pour faire un joli livre sur une trame fictive ! Tout écrire pour donner de l’espoir aux hommes ! Tout écrire pour permettre aux mots de vibrer à l’unisson ! Mais ne jamais écrire pour briser l’autre. Un livre c’est comme une lettre d’amour. On l’écrit avec son âme.
Lire ce cadeau reste un cadeau … Honte à celui qui va cracher sur ce cadeau ! On peut ne pas aimer le livre tout comme on peut ne pas pouvoir répondre aux sentiments amoureux mais en aucun cas on n’a le droit de détruire ce qui fut offert avec tant de ferveur …
L’écriture reste un lien indestructible que même une gomme ne peut pas toujours effacer …

( 28 juillet, 2014 )

Pensée du jour

Les premiers retours pour BLANC font chaud au cœur ! Patricia dans le groupe Passion-Lecture écrit :  » Je suis en train de le lire et j’adore. (…) lecture de BLANC terminé, je confirme. C’est encore mieux que ROUGE. Bravo Sylvie ! »

Ayant beaucoup travaillé toute cette année sur ce polar, cela me met plein des papillons dans les yeux. Du bonheur à l’état pur ! Le plaisir du travail abouti et la joie du partage avec les autres … J’ai eu, sur un groupe, une discussion avec un auteur qui me soutenait qu’écrire était un jeu, et nous, lecteurs des pions. Cela m’a agacée ! Je déteste les jeux ! Je l’ai déjà dit sur ce blog ! Je n’aime ni les jeux de société, ni les jeux vidéos et surtout pas comme beaucoup de jeunes adultes, les jeux de rôle. Je déteste ce qui n’est pas vrai ! Alors vous allez me dire, un roman n’est pas réel ? Effectivement ! C’est du fictif pur mais modelé pour avoir une vie possible, une réalité où chacun peut se trouver, où des larmes peuvent couler … À l’inverse d’un jeu de rôle, par exemple, où une personne s’octroie le droit, le temps du jeu, de se lancer le défi d’être ce qu’il n’est pas. J’ai justement fait un chapitre dans Carla sur ce thème. Certains y perdent ce qu’ils sont, jusqu’à leur humanité. Un ami m’avait dit que la vie n’était qu’un grand échiquier ( idée que j’ai reprise dans Blanc et Bleu) mais contrairement à lui, je suis convaincue que si nous nous battons pour le bien, pour maintenir la paix, il n’y aura ni gagnant, ni perdant … Juste de jolis instants de vie ! Par contre, hier, j’ai réalisé un autre de mes rêves : aller dans un Casino ! Mon aîné m’a fait découvrir ce milieu ! C’était super ! Non pour le jeu par lui-même mais pour ce monde particulier, l’analyse des comportements ! Une mine d’or pour un chapitre futur de Carla !

En attendant, continuez à faire remonter vos avis ! Entre deux plongeons dans la mer, je continue mon manuscrit … Mais j’ai besoin des critiques pour faire encore mieux !

( 27 juillet, 2014 )

Coup de cœur … À lire ..

image

Coup de cœur littéraire : Nous étions les Hommes de Gilles Legardinier.
Le résumé :

C’est l’une des plus fascinantes énigmes qui soient. Sur notre planète, il existe plus de 1800 espèces de bambous. Chaque fois que l’une d’elles fleurit, tous ses spécimens, où qu’ils se trouvent sur Terre, le font exactement au même moment. Ensuite, l’espèce meurt. Personne ne sait expliquer ce chant du cygne, ni l’empêcher. Aujourd’hui, l’homme va peut-être connaître le même sort. Arrivé lui aussi à son apogée, il risque de disparaître…
Dans le plus grand hôpital d’Edimbourg, le docteur Scott Kinross travaille sur la maladie d’Alzheimer. Associé à une jeune généticienne, Jenni Cooper, il a découvert une clé de cette maladie qui progresse de plus en plus vite, frappant des sujets toujours plus nombreux, toujours plus jeunes. Leurs conclusions sont aussi perturbantes qu’effrayantes. Si ce fléau l’emporte, tout ce qui fait de nous des êtres humains disparaîtra. Nous redeviendrons des animaux.
Kinross et Cooper ne sont pas les seuls à entrevoir les enjeux de cette guerre silencieuse. Partout sur la Terre, de la science la plus avancée aux plus anciennes philosophies, face à ceux qui contrôlent le monde et les vies, c’est l’ultime course contre la montre qui commence…
L’auteur à travers ce roman attire l’attention sur la maladie d’Alzheimer, qui n’en finit pas de progresser, ou du moins d’être diagnostiqué, ainsi que sur le marché des découvertes pharmaceutiques sur les maladies les plus « rentables ». Il nous rappelle, la main mise des grands groupes financiers, me faisant penser à EUGENIA dans ROUGE.
La santé serait-elle juste un enjeu économique ? Et l’homme dans tout cela ?

Un petit bijou que je n’ai pas réussi à lâcher ! Fascinante analyse de la vie, de ses limites et surtout thriller haletant ! J’ai adoré !

( 26 juillet, 2014 )

Ne jamais renoncer

Je suis allée au cinéma voir Sexy Dance V. Outre le scénario guère original, j’ai bien sûr adoré les Battles ! Mais surtout la philosophie que l’on y retrouve ! Croire en son rêve ! Ne pas renoncer même si le défi semble trop grand ! J’ai un peu tendance ces derniers jours à baisser les bras, lasse de devoir me battre contre la bêtise humaine ! Blessée dans mon orgueil de me voir si naïve, j’ai eu envie de jeter l’éponge ! Voir ce film m’a réconfortée ! Je venais juste de décider de ne plus faire confiance , de m’isoler dans mon terrier et ce film m’a montré qu’il faut croire en ce que l’on est ! Qu’il ne faut pas en avoir honte même si certains individus font tout pour tout bousiller. Peu importe au final ce que les autres pensent de nous ! L’important est de se sentir en accord avec soi ! J’ai toujours œuvré pour la franchise, l’honnêteté, la vérité ! Et si celle-ci dérange et bien tans pis ! Je suis prête à assumer jusqu’à la fin qui je suis, ce que je suis et pourquoi je suis ainsi ! Et quelqu’en soit le prix, je continuerais de croire en mes rêves à jamais …
En route pour BLEU .. Chapitre 14 ….

( 25 juillet, 2014 )

Croire ou ne pas croire …

image

 

Toujours mon addiction pour les citations, je suis tombée hier sur cette dernière qui m’a fait un bien fou ! Heureuse de constater que je ne suis pas la seule imbécile sur cette terre à avoir fait confiance aux mauvaises personnes ! Heureuse de constater que ma devise : aller de l’avant reste d’actualité ! Je sais qu’au fond, j’ai du mal à accepter que je me suis faite avoir, que je suis tombée dans un piège gros comme une maison et que j’ai sauté en toute confiance, les yeux fermés ! Toujours à cause de cette idéalisme qui me pousse à croire que les gens peuvent tous changer, qu’ils ne sont pas si mauvais et que si nos routes se sont croisées, ce n’est pas sans raison ! Sur le sable mouillé, je n’ai qu’une seule envie, dessiner à l’infini le mot PAIX. La guerre gronde entre Israël et Palestine, un avion s’écrase laissant des familles endeuillées, un minibus avec des enfants heurte un camion, des morts, des larmes. N’est-ce pas plus grave qu’un orgueil froissé ? Si Dieu pouvait exister, il serait temps qu’il sorte sa baguette magique et mette un peu d’ordre dans la vraie réalité de la vie.

( 24 juillet, 2014 )

La vie

J’ai arrêté de donner des explications car au final, les gens ne veulent comprendre que ce qu’ils veulent entendre

. Je suis tombée sur un dessin humoristique très significatif : deux files. Une marquée « une vérité qui dérange « , une autre avec  » un mensonge qui rassure » la première est vide, la seconde bondée !
La vie est ainsi … Notre société porte un masque derrière lequel chaque individu se cache pour ne pas montrer son vrai visage. Je ne suis pas ainsi ! Je n’ai pas besoin de masque pour exister, ni de fausse vérité ! Je dis franco ce qui est, au risque parfois de blesser ! J’énonce les vérités qui dérangent simplement pour rester vraie, pour rester moi.
Je me fais autant d’amis que d’ennemis ! Et bien tans pis ! Je continuerais jusqu’à la fin à lutter contre les hypocrites, contre les manipulateurs, contre ceux qui fabriquent de fausses vérités pour se protéger ! La vie n’est pas un tableau que l’on pourrait grâce à quelques coups de pinceau transformer à sa guise. La vie est faite de joies, de larmes, de rencontres qui font vibrer ou qui font mal. La vie n’est pas une illusion ! La vie doit rester ce qu’elle est, dans son manteau de réalité ! La première porte devrait être bondée car même si la vie est bougrement compliquée, se cacher derrière des mensonges ne peut qu’alterner la réalité ! Vivez votre vie ! Ne vous cachez pas de ce que vous êtes ! Votre bonheur vous appartient !

( 23 juillet, 2014 )

Pourquoi j’écris …

Vous êtes nombreux ces jours-ci à me demander comment l’envie d’écrire m’est venu … Je l’ai déjà expliqué dans ce blog mais je comprends la flemme des nouveaux, n’ayant aucune envie de retourner en arrière. Tout a débuté l’année de mes treize ans. J’ai découvert les citations en tous genres. J’ai retrouvé il y a quelques temps un gros cahier usagé rempli de poèmes et citations d’un temps passé. Je me suis mise à remplir des cahiers entiers de vers, de mots et d’histoires d’amour, et à tenir mon journal que je n’ai jamais stoppé …

J’ai lu dernièrement une citation qui disait qu’écrire était un besoin essentiel pour évacuer sa tourmente, ses angoisses, ses peurs, pour délier sa peur … Pour moi, c’est bien plus, écrire c’est être vivant ! Je me suis mise à écrire des contes pour enfants mais jamais satisfaite, je finissais par les jeter. Ma première nouvelle fut  » tu fus » en souvenir de Christophe. J’ai mis plus de vingt ans à écrire cette nouvelle, à lui donner vie par morceau, par phase. Au départ, elle faisait plus de cent pages mais était trop pointue, médicalement parlant, trop triste. Je l’ai remaniée durant l’été 2010 lorsque j’ai redécouvert le pouvoir de l’écrit.

Une clé fait démarrer une voiture et bien pour la vie, c’est la même chose ! On croise une route qui nous donne ce carburant. Pourquoi ? Seul le destin le sait ! Une chose est sûre, c’est cet été là que j’ai débuté Rouge … Ce n’était juste au départ qu’une jolie histoire d’amour et de vie, très poétique, en vers … L’histoire, vous la connaissez ! Mes fichiers sont partis, mes rêves aussi ! J’avais eu l’intelligence d´imprimer l’histoire de Christophe sur papier qui fut plus tard une trame chapitre Chris, mais pas mes sept chapitres … Trop quiche en informatique, trop confiante … Anéantie, je  fus découragée surtout que parallèlement la vie me donnait de grandes claques ! J’ai cessé d’écrire pour la première fois de ma vie durant des mois ! Je n’avais plus confiance ni en moi, ni dans la vie !

 

Et puis vient le jour où on sort de cet abîme, poussé par la vie, par des amis. On se remet à jongler doucement avec des mots ! On décide de braver ce destin qui nous a fait si mal ! On se lance un défi : un livre, un vrai ! Plus de roman d’amour ! On repart sur un autre style : le polar ! Au début, on efface, on gomme, on invente, on reprend tout … Parfois des circonstances font que l’on doit repartir à zéro, recommencer … Comme la vie ! Écrire est une épreuve et une vraie drogue ! On se décourage, on perd l’inspiration, on fait une pause puis un jour, notre héros est là, il nous appartient ! Il est tel que l’on en rêvait, il fait partie de nous ! Il ne nous quittera plus avant longtemps … Mon plus jeune fils me demandait récemment si Antoine Bourgnon pouvait disparaître … En tant qu’auteur, j’ai tout pouvoir sur mon personnage ! Mais que serais-je sans Antoine ? Mes lecteurs l’aiment, je l’aime, vous l’aimez …. Nous sommes liés … Pareil pour Carla qui va vous surprendre dans un tout autre style mais que je ne vais pas quitter comme ça … Aujourd’hui, je sais que j’étais prédestinée à écrire et même si j’y suis arrivée poussée par des forces négatives parfois, destructrices, l’important n’est plus ce passé mais cet avenir qui m’attend avec vous …

( 22 juillet, 2014 )

J’ai mis des mots …

Hier j’ai eu un coup de cœur pour une chanson de Grand Corps Malade … Comme d’habitude, ses mots frappent, remuent, résonnent …
J’aimerais en dire plus mais il a tout dit, tout ce que l’on aurait aimé avoir écrit …

J’ai mis des mots sur un cahier
J’ai mis des mots que j’ai triés
J’espérais bien me faire griller
J’ai mis des mots que j’ai criés
J’ai mis des mots dans vos oreilles
Ou des émotions c’est pareil
Dans vos théâtres et vos enceintes
J’ai mis des mots comme une empreinte
J’ai mis des mots un peu partout
Redistribués au coup par coup
Je sais même plus où je les ai mis
(…)

J’ai pas le destin qu’on pensait
Mais en passant sur le passé
On peut tracer sans effacer
J’ai mis des mots j’ai pas médit
Des mots sympas ou en colère
Des mots bien droits ou en galère
J’ai mis des mots c’est dérisoire
Parfois tranchants c’est des rasoirs
Mais bien placés c’est opportun
J’ai mis des mots c’est important
J’ai trouvé de l’inspiration
Pour inspirer mes directions
Pour continuer sans crispation
Je reprends ma respiration…

Tous ces mots ça fait des rencontres
Je m’en rends compte je suis pas contre
J’ai mis des mots à l’infini
J’ai pas failli c’est pas fini
J’ai mis des mots j’émeus des gens
J’émets des vœux jamais urgents
J’ai mis de moi j’ai mis de vous
Des émois de nos rendez-vous
Et quand la musique accompagne
Les mots pétillent comme du champagne
Et le meilleur ne le nie pas
C’est sur un air d’harmonica

Tout comme GCM, sur ce blog … J’ai mis des mots … Pour vous !
Les stats montrent que même en vacances vous êtes toujours fidèles ! Alors merci …
BLEU avance … Pour vous …

Je conclurai juste par cette magnifique citation :
Vous êtes maître de votre vie et qu’importe votre prison, vous en avez les clés.
Hervé Desbois

( 21 juillet, 2014 )

Le temps …

Lorsque l’on prend une année de plus, ce qui fut mon cas hier, on s’interroge automatiquement sur le temps qui reste ou le temps qui passe, ce qui au fond est la même chose, l’un étant lié à l’autre ..

On ne peut rattraper le temps perdu mais on peut éviter de perdre notre temps. Encore une citation lue sur un réseau ami et si vrai. Le temps, dans notre société civilisée ( qui n’en a que le nom) est compté ! On en manque Tous ! Trop de choses à faire, trop de plaisirs offerts … Même nos vacances passent à la vitesse du mur du son ! Vous vous êtes déjà trouvés à être sur le point de vous coucher en vous demandant comment la journée s’est déroulée si vite ? L’impression de n’avoir rien fait ? Je dresse des listes de tout ce que je dois faire et mes listes sont de plus en plus longues … Depuis un an que je me consacre prioritairement à l’écriture, mes minutes s’amenuisent de plus en plus ! Antoine Bourgnon et ses acolytes sont des comparses exigeants ! Ne tolérant aucun relâchement … En clair, je vis mon temps pleinement …

Il y a pourtant des individus qui n’ont rien d’autres à faire sur cette terre qu’à pourrir la vie des autres ! Vie insipide ? Solitude ? Volonté de nuire ?  Je n’épiloguerai plus sur ces cas, convaincue en mon fond intérieur que chacun a un diamant qui ne demande qu’à briller. Bon, certains, il est bien caché ! Et je me suis fatiguée à me battre pour le bien contre des moulins à vent ! Au final, c’est moi qui suis passée pour une idiote ! Pire une folle ! triste réalité …

Alors du temps, je n’en ai plus pour les âneries, pour les guérillas de cour de recréation, pour ces mecs voulant prouver  » qu’il a la plus grosse …  » . À tous ces ados attardés, je leur dis : fichez-moi la paix … Mon temps est compté ! Mon temps est précieux !
Vous, amis gribouilleurs, vous savez à quel point notre passion commune est prenante, pesante parfois. Ce besoin d’écrire qui ne nous quitte jamais, les mots qui parfois nous réveillent la nuit. Mes minutes sont sacrées, consacrées exclusivement à ceux que j’aime, qui en valent la peine, à mes amis qui partagent mes rêves, à ceux qui ne me jugent pas bêtement, à mon travail pour quelques années qui me restent avant la retraite ( le moins possible … Je croise les doigts) et surtout pour l’écriture des romans dont les mots dansent dans ma tête … J’ai en tête des dizaines de scénarios, d’idées, de rêves. Pas assez de temps pour les écrire et surtout pas une seconde pour les stupidités ! Je veux pouvoir chaque soir fermer les yeux en me disant : je n’ai pas perdu mon temps !

( 20 juillet, 2014 )

Un an de plus …

Vieillir, c’est accepter la vie en gardant un cœur jeune. C’est continuer de vivre en gardant l’enfant qui est en soi … Une amie m’a demandé quel bilan fait-on lorsque l’on a atteint un âge avancé comme le mien ? Et bien une certaine autosatisfaction d’avoir eu une vie joliment remplie autant professionnellement que sentimentalement, un réel bien être d’avoir pu voir mes rêves se réaliser : la publication de Rouge et son succès, la sortie de Blanc, et bientôt celle de Carla en édition numérique par un éditeur … Que vouloir de plus ? Mes enfants sont heureux, je ne vois pas le temps passer alternant entre création littéraire et correction de copies … J’ai des amis merveilleux sur qui je peux compter les yeux fermés, toujours là si mon moral flanche … Mon seul souci reste mon état physique qui se révèle par période très handicapant depuis l’automne limitant mes possibilités de projection dans le temps ! En clair, des bougies à souffler sans aucun regret … Vieillir et rester soi-même, c’est le plus important … Je n’ai qu’un seul vœu : Que la vie m’accorde encore un peu de temps … J’ai encore tant de choses à écrire …

1...143144145146147...167
« Page Précédente  Page Suivante »
|