( 14 janvier, 2016 )

Le tourbillon de la vie

Ma vie a fini par se confondre avec les livres que j’ai écrits. Il y a eu quelques amours qui ont compté plus que tout. Il y a eu, sur terre et sur mer, sur la neige, dans l’imagination et en songe, un tourbillon de plaisirs. Il y a eu les livres. Et puis, rien. Aime et fais ce que tu veux. Écris des mots : c’est tout.

Jean d’Ormesson – C’était bien.

 
J’ai beaucoup d’admiration pour ce monsieur qui sait faire danser les mots. Un peu fatiguée par une sale sinusite, je n’ai pas la tête à réfléchir aujourd’hui, juste à souligner la dernière phrase avec ma plume trempée dans le sang. Écris des mots, c’est tout.
Tout est dit …

( 13 janvier, 2016 )

Ce que l’on ne dit pas nous tue.

 » Ce que l’on ne dit pas ne meurt pas mais nous tue ». J’ai lu cette jolie citation résonnante de vérité. Que de mots notre éducation nous a souvent interdit de prononcer, que d’actes nous avons réprimés engendrant un sentiment de frustration, d’impuissance voire de tristesse.

 

J’en sais quelque chose n’ayant pas laissé mes mots sortir lors d’un violent conflit, ayant laissé des collègues, des relations dire, interpréter, rapporter, déformer ce qui n’était pas jusqu’à divulguer des absurdités, des mensonges pire jusqu’à créer de fausses informations. Je n’avais qu’une envie hurler la vérité mais les mots étaient bloqués et m’ont tuée. Ma thyroide est fichue aujourdd’hui mon système immunitaire défaillant et j’attrape tous les microbes qui passent. Je me suis jurée de ne plus jamais me taire même si cela déclenche un tsunami.

 

Dire s’avère à double tranchant, c’est se dévoiler, se mettre en danger face à l’autre, donner la possibilité d’être jugé. En avons-nous envie ? Pire encore, parler avec sincérité ouvre une porte impossible à refermer ensuite. N’avez-vous jamais constaté le malaise que certaines personnes vont avoir après, un jour de blues, ouvert leur âme ? Certaines vont jusqu’à la fuite de peur de croiser le regard de l’autre. Et pourtant, il serait si simple de prendre les mots comme des notes de musique juste destinés à être entendus pour permettre à chacun de respirer plus librement. Les hommes ont mis un poids sur les mots, au cours des siècles. Un simple mot d’amour devient synonyme de chaîne, un geste d’amitié devient englobé d’un sens qui n’est pas toujours celui de départ, un cri de colère n’est pas toujours destiné à celui qui le reçoit. Alors peu importe ce que les mots veulent dire, si nous avons besoin de les hurler au monde entier ou juste à une personne, il faut le faire avant qu’il ne soit trop tard et qu’il n’y ait plus de retour en arrière, avant que les regrets ne nous tuent.

Parler est encore aujourd’hui  la seule liberté qui nous reste alors ne la laissons pas disparaitre.

( 12 janvier, 2016 )

Écrire, c’est savoir recommencer encore et encore …

Un auteur m’ayant contactée m’a juste dit j’ai écrit un manuscrit de 450 pages ( Wouah ) en deux semaines ( là mon Wouah a baissé d’un cran). Il voulait mon avis avant de passer par la maison d’édition. Prudente, je lui ai juste demandé son premier chapitre et …
Que dire ? L’idée est excellente mais … Cet auteur a devant lui un travail de Titan ! Des répétitions à chaque phrase, des grosses fautes de style que même mes élèves ne feraient pas ! Effacer pour mieux recommencer lui ai-je simplement conseillé. Il était bien déçu et je le comprends. Il se voyait déjà en tête de gondoles vendant des centaines de livres.
Est-il reparti travailler son manuscrit ? Aucune idée !
Mais que cette leçon serve aux jeunes auteurs bâclant leurs écrits en allant trop vite, en zappant le correcteur, en ne voulant pas se relire ou même recommencer.
Un livre met des mois à être achevé et il ne faut pas hésiter à oser prendre une gomme et enlever ce qui est en trop, parfois des morceaux entiers …
Un ménage nécessaire … Comme dans la vie …

( 11 janvier, 2016 )

L’art thérapie

Vous êtes nombreux à me demander ce qu’est ce loisir même si j’en ai déjà parlé. Totalement novice, je le découvre sur les réseaux sociaux des œuvres superbes faites par de nombreuses personnes ( curieusement plutôt des femmes ?).
Trouvé sur un site : Son principe ? Se servir de la création artistique (peinture, théâtre, danse, collage, modelage, photographie, marionnettes) pour pénétrer les problématiques inconscientes de l’individu et le conduire à une transformation positive de lui-même.
En ce qui me concerne, on m’a offert un album d’art thérapie avec une boîte de crayons de couleur Faber. Un peu septique, j’ai vite adhéré à ces moments de pur plaisir où mon esprit s’évade vers ces dégradés de couleur. Résultat, je l’ai instauré dans ma classe qui s’y adonne avec joie, même les garçons ( ça c’est pour les machos qui pensent que c’est un loisir de fifille.) Au final, des enfants plus calmes qui récupèrent une sérénité durant un temps court de quinze minutes, tout comme leur maîtresse qui s’autorise aussi rentrée chez elle à crayonner avec sérénité durant quelques minutes avant de se plonger dans les copies à corriger , l’écriture de son roman ou la lecture des manuscrits reçus.
Un plaisir simple peu coûteux que je conseille fortement.

Mon premier avec mes beaux crayons :) on est loin des créations sur le net !

image

( 10 janvier, 2016 )

2016 s’annonce riche en découvertes

Merveilleuse surprise de mon éditrice des Ateliers de Grandhoux vendredi soir avec cette annonce :
« Nous avons le plaisir de vous annoncer la nomination de Sylvie Grignon comme directrice de collection du département roman et nous vous confirmons notre présence au salon du livre de Paris.  »
Deux bonnes nouvelles ! Je serai donc à ce grand salon parisien le Samedi et Dimanche pour dédicacer mes quatre romans policiers, mon essai Hashimoto, mon amour et … le lancement de l’édition 2 de Carla et peut-être sa suite. Surtout me voilà chargée de mission, d’un rêve dont je parle régulièrement sur ce blog, la sélection de manuscrits. Comme toute maison d’édition, un comité de lecture fera une pré-sélection puis ensuite, je lirai la sélection choisie et je déciderai moi-même de la publication en numérique de l’ouvrage ( avec l’accord de Félicia bien sûr !) En clair, trouver la perle rare, le nouveau talent, faire sortir les Ateliers du milieu des petites éditions, un défi sympa pour 2016 ! Je suis donc ravie …
Il n’y a pas à dire, lorsque la communication est bonne, on trouve moins de gravats sur sa route.

N’hésitez pas à envoyer vos manuscrits pour édition numérique exclusivement sur 2016.

 

manuscritgrandhoux@gmail.com

 

( 9 janvier, 2016 )

Quand on frôle l’absurde …

« Le privilège de toute absurdité est réservé à la seule créature humaine. » Thomas Hobbes.
Tout est dit. L’homme est absurde par nature. Mon interrogation est de savoir pourquoi j’assiste à de tels comportements ? Le dernier en date, la résurrection « d’un ami » ( remarquez les guillemets !) soit disant décédé depuis bientôt un an refaisant surface comme par magie ( et oui ! Lazare est de retour !) sans une once de regrets pire jouissant de la satisfaction de m’avoir peinée et d’avoir eu un bel hommage posthume dans mon essai. J’ai rarement des envies de meurtres étant totalement non violente et cherchant toujours à créer un climat de paix. Mais cette fois, il n’y aura pas de pardon pour cet individu que je renvoie dans ses limbes d’où il s’était fourré.
L’absurdité des agissements masculins me sidèrent de plus en plus. Je pensais avoir tout vu, fait le tour et bien non ! Bon sang, ce n’est tout de même pas si difficile de communiquer ! Chaque individu a toujours le choix de prendre une autre route mais pas de faire de la peine en annonçant une mort brutale. Encore un pervers narcissique caché sous un costume de papy sympathique !

RIP JC et sans larme ni regret aujourd’hui ! C’est mon dernier mot :) mais au moins moi, je communique.

image

 

 

( 8 janvier, 2016 )

Empathie et narcissisme.

Article à lire en bas du post ! Merci à l’auteur de cette étude.

Je me suis souvent posée la question pourquoi j’attirais tant les manipulateurs et les narcissiques. Cela fait du bien d’avoir une réponse dans un article vraiment bien réfléchi. J’ai consciente d’être trop emphatique et de devoir changer ce comportement, ce à quoi je travaille de pieds fermes mais j’ai beaucoup de mal à ne pas tenter d’aider une personne en détresse. Et comme cet article l’explicite, c’est du pain béni pour ces narcissiques se cachant derrière le rôle de victime alors que ce ne sont que de fiefs manipulateurs. La difficulté restant d’être assez lucide pour percevoir à quel moment le narcissique va sombrer dans la perversion. On en a tous rencontrés. L’ami voulant à tout prix nous aider pour de mauvais prétextes, celui qui attend quelque chose de nous et n’offre pas sans recevoir, celui qui n’hésitera pas à pleurer sur son sort pour rebondir plus fermement en nous écrasant de son talon, ceux qui aiment simplement avoir la couverture sur eux …

La liste est longue. L’article ne donne pas de solutions pour échapper à ces manipulations et c’est bien dommage. Je n’en ai pas non plus …
Une chose est certaine, quand je lis qu’un emphatique peut devenir un manipulateur par réaction, cela me fait froid dans le dos.
Comme quoi, en restant emphatique et loin du monde, j’arrive à limiter un tout petit peu les dégâts.

http://www.espritsciencemetaphysiques.com/empathe-et-un-narcissique.html

( 7 janvier, 2016 )

Les soldes, bénédiction ou cauchemar …

Ah, jour béni du premier jour de soldes que je ne peux plus faire avec le merveilleux nouveau rythme scolaire nous imposant le mercredi matin, cadeau de notre ministre vénérée, mais je me rappelle le baume au coeur des jours d’euphorie où la carte bleue à la main, je fonçais pour dénicher la bonne occasion, la paire de chaussures ( que j’avais déjà en cinq exemplaires mais qui était si peu chère que je me devais de l’acheter ), le petit sac trop mignon ( qui a fini dans un placard car inutile ) et j’en passe des meilleurs ! Certes, il faut faire fonctionner l’économie française alors dépensez durant ces quelques jours, craquez sur le dernier leggings à la mode ou le manteau en laine mais cette année, c’est décidé, ce sera sans moi. Je n’ai ni l’énergie ni l’envie de me transformer en sardine et entre nous, si on sait bien regarder, les bonnes affaires, on peut en dénicher toute l’année ! Bonnes soldes à tous les accros du shopping !

 

image

( 6 janvier, 2016 )

Les pensées négatives.

Suis-je en passe de devenir un peu redondante dans mes posts ? Possible car je ne supporte plus ce négativisme qui inonde notre société. Fondons une secte de personnes positives ( secte étant dit à l’humour bien sûr ). J’en ai assez de ne lire que des plaintes continuelles sur les réseaux sociaux, de croiser des personnes dans la rue avec des têtes tristes, de lire des litanies larmoyantes sur les attentats passés ou pire à venir. Mais bon sang, on ne peut éviter le futur alors plongez un peu dans la vraie vie au lieu de tout examiner à la loupe. La plupart de ces porteurs de pensées noires ne travaillent pas ou sont dans des bureaux où ils s’ennuient et n’ont rien d’autres à faire de leur journée qu’à se lamenter sur le net. Venez faire un tour dans ma classe, vous y verrez des rires d’enfants, des blagues racontées, la vie telle qu’elle est vraiment. Et c’est vrai que c’est peut-être immature de contourner le mal de notre siècle ( on me l’a dit !) , mais au moins cela me permet de conserver mon sourire, mon optimisme et de ne pas sombrer dans cette humeur morose qui colle à la peau de nombreuses personnes en ce début de XXIe siècle. Pour être en bonne santé, essayez de repousser toutes les pensées négatives qui peuvent vous phagocyter, cela ne vous garantira pas l’immortalité mais juste quelques rides au coin des yeux d’avoir tant souri. Le prix en vaut la peine car le positivisme attire le positif alors je compte sur vous et bon mercredi à tous …

( 5 janvier, 2016 )

La tentation et les kilos

Ah qu’elles sont grandes les tentations de toutes sortes livrées par un petit diablotin coquin en ces jours d’après les fêtes où nous avons grassement festoyé, remarquons que dans ce mot il y a déjà la racine « grasse », bref, où je devrais impérativement songer  » pour ma santé  » à perdre quelques kilos rondement installés et qui ne sont pas motivés à déloger de mes hanches.
Hier, je suis donc partie le pied ferme dans l’optique d’une petite semaine basses calories à la clé et voilà que surgit sous les traits d’un de mes adorables petits élèves, la tentation, une boîte de gâteaux marocains tout frais, tout bons, tout tentants.
Bien sûr que j’aurais dû résister ! Bien sûr que j’aurais dû laisser ces friandises à mes proches au lieu de me les goinfrer avec délice. Mais Je n’allais tout de même pas faire de peine à ce gamin n’est-ce pas ?
Et voilà ! Ma chère Balance fidèle à elle-même qui couine ce matin. Celle-là, soit elle m’en veut, soit elle ne marche pas ! Toute l’histoire de ma vie en fait qui m’a valu cette insulte suprême qui me reste un peu, beaucoup, coincée en travers de la gorge depuis cinq longues années  » Amitié finie car trop boulote donc inintéressante « .
Qu’est-ce que venaient faire un peu de graisse dans une histoire sincère ? Et bien non ! J’aurais pu être tentée de devenir svelte mais j’aurai dû résister à la tentation de piocher dans cette boîte de Ferereo ou dans ces gâteaux divins. Cela m’aurait engendré une frustration redoutable. Depuis j’ai banni la frustration de mon vocabulaire alors tans pis, je ne peux plaire à tout le monde. J’aurais bien voulu comprendre pourquoi une histoire de grammes ( de kilos ?) ont pu amorcer un cataclysme de 8 sur l’échelle de Richter mais bon, entre nous, ces petits gâteaux, avouez qu’ils vous tentent bien aussi et qu’ils vous font de l’œil ?

1...201202203204205...281
« Page Précédente  Page Suivante »
|