( 9 mai, 2014 )

Numérique ou livre broché ?

La guerre est lancée depuis quelques temps entre le bon vieux livre que nous pouvons tenir dans nos mains et le livre numérique appelé communément Ebook.
Il y a quelques années, j’aurai hurlé haut et fort qu’il fallait interdire le livre numérique, que c’était une aberration et puis, il faut vivre avec son temps et j’ai découvert sur mon IPad, ces livres … Au début, j’ai eu du mal. Il me manquait le toucher, la possibilité de faire bouger les pages, de sentir l’odeur du livre imprimer. Puis je m’y suis habituée.
L’avantage des ebooks ;
Pratique ! Je pars en vacances avec plus de cinq cents livres juste dans ma tablette !
Je ne risque pas de manquer de lecture ! Je peux ainsi lire une BD tout comme un livre érotique comme « cinquante nuances de Grey » sans avoir dix personnes qui me fusillent du regard !
Les ebooks sont moins chers donc je découvre des dizaines de jeunes auteurs ! C’est sympa !
L’IPad n’est pas lourd, je peux faire des réglages, avoir le dictionnaire direct si je trouve un mot compliqué ( et oui ! C’est pas parce que je suis instit que je sais tout !)
L’inconvénient
Le sable ! L’été … Pas question d’emmener mes ebooks sur la plage donc je retourne à mes bons vieux livres papier !
Les dédicaces ! Je ne peux avoir de dédicaces de mes amis auteurs sur du numérique donc je m’empresse de leur prendre un livre broché !

 

En résume … Lisez les deux ! Votre coup de cœur sur livre broché, vos découvertes en Ebooks …
L’important n’est pas cette guerre, mais le fait que les gens ne lisent plus alors surtout, lisez ! Commentez vos livres, échangez vos idées !
( 8 mai, 2014 )

Second post du 8 Mai

Rare que j’écrive deux posts mais …

Votre enthousiasme pour BLANC et pour les chroniques de CARLA me va droit au cœur !
Vous êtes mon moteur !
J’ai souri en lisant le commentaire d’une lectrice américaine ! Ça fait plaisir de voir que ROUGE traverse l’océan ! Grâce à vos adresses IP, je peux avoir des statistiques intéressantes et si majoritairement vous êtes de France, j’ai quelques personnes venant de pays anglophones, beaucoup de canadiens également …
Preuve qu’écrire n’a pas de frontière ….

Pour revenir à la question piège qui fut posée : comment lutter contre les pervers narcissiques qui nous bouffent notre vie, pire notre avenir ?
Ne sachant comment répondre, je suis allée chercher la définition du pervers narcissique. Qui est-il ? Que cherche-t-il ?
Le pervers narcissique est un individu souffrant d’une psychopathologie complexe le conduisant à prendre du plaisir à dévaloriser l’autre pour se revaloriser lui-même. Ce mécanisme s’explique par deux tendances : le trouble narcissique (le pervers narcissique ressent un besoin irrépressible d’être admiré et se trouve sujet à une quête excessive de reconnaissance) et la perversion (il développe une capacité à vouloir satisfaire ses désirs systématiquement aux dépens des autres).
La lectrice a qualifié mon héros Matt de pervers narcissique. Ce n’était pas mon objectif. Je crois que la dérive est très facile. On a tendance à juger aujourd’hui n’importe quel acte égoïste comme étant un début de perversion narcissique. Matt, mon personnage, je l’ai voulu usé par la vie, pathétique. Un homme seul, n’ayant pas été capable de se construire avec les autres, ne vivant que pour sa réussite sociale et professionnelle, un pauvre type en fait. Mais peut-être qu’effectivement la relation d’Adelyse -Matt ou Hortense-Matt l’est ? J’attends vos avis. Je ne l’ai pas écrit dans ce sens mais c’est intéressant …
Dans la vie, le PN est pour moi un chasseur, un prédateur qui séduit ses proies en les flattant, pour pouvoir ensuite au moment où on s’y attend le moins la contrôler, la déstabiliser afin d’affirmer sa supériorité. La vie m’a fait rencontrer ce type de personnage , au travers de vos multiples témoignages, que je trouve méprisable. Souvent ces individus incitent à l’isolement, manquent d’estime d’eux-mêmes, même si à les écouter, ils sont au-dessus des autres, ils ont LA réponse, LA connaissance, ils savent ce que vous ne savez pas … Ce sont souvent des hommes complexés par soit une petite taille, un petit  » appendice  » ou une impuissance due à l’alcool, les drogues …
Il faut fuir ces individus néfastes ! Ils cherchent à exister dans votre douleur ! Le PN attaque la confiance de soi et l’auto-estime d’autrui pour créer un lien de dépendance envers lui. Une fois ce lien créé, il n’hésitera pas à le détruire allant jusqu’à pousser l’autre à commettre des actes insensés. Pour moi, un PN est un grand manipulateur, qui le sait mais qui s’octroiera toujours le rôle de victime pour sauver la face. Le genre d’individu qui n’hésitera pas à retourner une situation, à s’enliser des mois, des décennies même dans des mensonges afin de garder son pouvoir.
Pourquoi ? À mon avis comme toute pathologie, il faut remonter à l’enfance. Le petit garçon dont maman est très occupée, très intelligente et qui ne vit que pour sa reconnaissance.
C’est une éventualité. Il y en a d’autres … Les PN que j’ai pu  » croiser » dans vos témoignages ont tous un point commun, ils sont dépourvus d’empathie puisque « le sentiment de l’autre » leur est totalement étranger. La seule chose à la rigueur qu’ils vont aimer sont leurs enfants puisqu’ils vont par leur réussite les valoriser.
Que faire contre eux ?
Si je le savais, je vous donnerai la clé et on pourrait toutes les éviter ! Mais voilà …
Le PN est un froussard, il fuit toutes situations qui lui posent problème. Il saura toujours retourner une situation en votre défaveur, menaçant de révéler vos secrets ou pire votre vrai visage. Son but est de dominer et pourtant il criera haut et fort que jamais ce genre d’idées ne peut traverser son esprit ..
Fuir … Ça me semble une bonne solution … Le plus loin possible mais un PN ne supporte pas l’échec donc attention à vous … Ils sauront à vie vous culpabiliser et vous dévaloriser.
Dès que vous aurez lâché prise, des mois plus tard, il reviendra planter une nouvelle graine se faisant passer pour une pauvre victime qu’il n’est pas. Ils sont comme des virus ré pendant leur poison. Vous êtes leur femme, il vous détruira à vie, vous êtes leur amie, ce sera pareil… En société le PN sera un homme charmant … Et dans votre réalité, vous rencontrerez un individu au visage fermé, avec des silences pesants, pouvant passer d’un dédain volontaire à un comportant hors norme. Beaucoup de femmes témoignent d’une sexualité débridée, sans limite, où le PN sera  » hors norme », n’hésitant pas à réveiller sa compagne la nuit, n’hésitant pas à imposer ses désirs à lui.
Si vous refusez leur jeu, ils rentreront dans des colères terribles ou des bouderies sans fin dont le seul but sera de vous culpabiliser. Car le souci de ces PN est qu’ils peuvent être adorables, drôles, cultivés pour mieux vous manipuler.
Mon conseil : Fuyez ! N’essayez pas de les sauver. Ils ne veulent pas l’être ! N’essayez pas de leur tenir tête, cela les rendra méchant !
Ne perdez ni votre santé, ni votre identité pour ce genre de personnages ! Restez vous !
Courage à toutes ! Vous êtes nombreuses, je sais à vivre ou avoir vécu avec ce genre d’individus !
Ne renoncez pas à vous ! Nul n’a le droit de vous détruire !

 

 

( 8 mai, 2014 )

8 Mai …

Pourquoi avons-nous un jour férié le 8 Mai ?
Beaucoup d’adultes interrogés ne le savent pas ! J’en reste sans voix ! Alors que l’on s’évertue à en expliquer l’importance aux enfants !
Donc ce sera aujourd’hui un petit cours d’histoire …
Le 8 mai, les Français commémorent la fin des combats en Europe contre l’Allemagne nazie. Commémorer ce jour, c’est se souvenir que ce genre d’abomination ne doit jamais recommencer …
Ce qui me frappe, c’est que nous sommes le seul pays à fêter cette fin si importante, comme si un génocide tel que celui de 1940/1944 n’avait plus aucune importance dans les autres pays !
Une chose est sûre, dans notre pays, ce fut très controversé ..
Pour l’histoire …
En France, une loi de 1946 dispose que la victoire sur l’Allemagne nazie sera commémorée « le 8 mai de chaque année si ce jour est un dimanche et, dans le cas contraire, le premier dimanche qui suivra cette date », mais cette décision pose rapidement ds problèmes : la célébration se trouve concurrencée, voire occultée, par la fête de Jeanne d’Arc, qui tombe au même moment.
A la demande des anciens déportés et résistants, une nouvelle loi est votée en 1953, qui fait du 8 mai le jour fixe de la commémoration et un jour férié… mais seulement pour quelques années, car on revient à une date variable (le deuxième dimanche de mai) dès 1959. En 1968, nouveau changement : la commémoration est à nouveau fixée au 8 mai, mais ce jour reste travaillé.
En 1975, le président Valéry Giscard d’Estaing décide de supprimer la commémoration officielle de la victoire sur l’Allemagne nazie et de la remplacer par une « journée de l’Europe », pour marquer la réconciliation franco-allemande. Il souhaite transformer le 11 novembre en une journée nationale du souvenir mais suscite ainsi l’indignation des associations d’anciens combattants.
Prenant son contre-pied, François Mitterrand fait en 1981 du 8 mai un jour férié. Depuis cette date, la commémoration revêt à nouveau un caractère officiel à l’échelle nationale. Son rituel est en grande partie emprunté à celui du 11 novembre : le président passe en revue les troupes sur la place de l’Étoile, dépose une gerbe, ravive la flamme du tombeau du soldat inconnu.
( infos trouvées sur le net)
Bon jour férié à tous …
( 7 mai, 2014 )

La gloire … Rions-en …

Suite à mon petit message sur FB annonçant que la mise en page de BLA NC est lancée, je tenais à vous remercier pour vos nombreux MP. Cela fait chaud au cœur ! J’ai trouvé parmi vous mes lecteurs et jeunes auteurs comme moi une nouvelle  » famille d’amis », un univers où règnent solidarité et entraide.
Mais comme me l’a dit une fidèle : Gare à la jalousie des anciens …
J’en ai conscience ! Jusqu’en Avril, j’étais tranquille. Peu de gens savait que j’avais une double casquette. Depuis que j’ai fait une apparition dans le journal de la ville, je sens un léger retour d’hostilités, habilement mené. Je les ignore !
Ce que les autres pensent, je n’en ai jamais rien eu à faire dans ma vie ! La seule chose que je ne supporte pas, ce sont les fausses rumeurs, celles qui vous frappent en plein cœur alors que vous n’avez aucun argument pour vous défendre, celles qui sont là dans le but de vous nuire. J’en ai fait les frais puisqu’elles ont tenté, ces rumeurs, de bousiller mon boulot sans succès … Aujourd’hui, je m’attends à la même chose avec mes livres ..
J’ai déjà eu une remarque, dite soit-disant amicale, sur Rouge d’une personne que je côtoie, écrivain frustré de ne pas réussir : Rouge a marché, c’est un coup de chance ! Tu verras que Blanc sera un échec !
Échec me diriez-vous ? Sérieux ?
Et bien, moi, je continue de croire en mes rêves et je me moque de ce que ces langues de vipère pensent ! La seule chose qui m’importe, c’est VOUS  !
Avez-vous envie de continuer à me lire ?
BLANC est en marche … Le contrat est signé … La mise en page est lancée …
Et ma fille  Emeline Louap a réalisé une page de couverture de toute beauté ! Je ne pouvais rêver mieux !
Honnêtement, ça vaut bien les livres qui sont rangés dans vos bibliothèques, non ?
Je ne dirais rien de plus aujourd’hui sauf ….
Admirez ..
Couv_BLANC_V2
( 6 mai, 2014 )

Pardonner ou se pardonner …

1070094_757284830948817_80204469_n
Voilà une charmante discussion que j’ai eu avec une amie ces derniers jours, une amie qui n’arrivait pas à pardonner, pour qui le souvenir même était un enfer, pour qui avoir survécu l’était aussi. Elle a fini par reconnaître que pardonner est facile, c’est oublier qui ne l’est pas.
Pardonner, c’est avancer la tête haute, c’est se dire que l’on est en fait meilleur que celui ou celle qui nous a fait souffrir. C’est aussi sortir des images que nos parents nous ont véhiculées à savoir que le mal que l’on fait un jour nous revient toujours ou bien que celui qui nous a tant fait souffrir va à son tour en prendre plein la tête …
Si c’était si facile ! On a tous en mémoire des nazis retrouvés en Amérique du Sud, ayant vécu paisiblement caché jusqu’à leur mort ! Aucune justice pour les crimes contre l’humanité qu’ils ont commis … Je suis persuadée qu’ils n’ont même eu aucun regret… Leur padonner ? Si ça nous aide à mieux vivre mais OUBLIER, non !
Pardonner n’est donc pas si difficile, semble-t-il. Il suffit de se dire que l’on a plus en perde en transportant sur nos épaules une rancune mal digérée … Comme disait un médecin sur un forum, combien de maux d’estomac sont dus à une rancœur qui ne passe pas ?
Une chose me semble beaucoup plus compliqué :  » SE pardonner « !
 Se pardonner d’avoir cru en une amie ou un ami, se pardonner d’avoir baissé sa garde et d’avoir offert son vrai visage, ses secrets, se pardonner de n’avoir pas vu ou compris que l’autre était prêt à tout pour nous détruire … Se pardonner notre ignorance, se pardonner notre naïveté, se pardonner d’être stupide et de retomber à chaque fois dans le panneau … La clé pour avancer, c’est au final être capable de se pardonner à soi-même le seul fait d’y avoir cru …
Et cette clé- là, elle est bien difficile à trouver !
( 5 mai, 2014 )

L’espoir …

Pourquoi l’humain est-il fasciné par les supers héros ?
Étant allée ce week-end voir Spiderman avec mon fils, je suis toujours étonnée par la popularité des Marvels … Passant des Xmen à Superman, on se retrouve toujours avec la notion de supers héros.
Notre société ne va pas trop bien, il faut le reconnaître. Chacun vit pour soi, sans trop regarder ou écouter ce qui se passe autour. Le négativisme envahit nos écrans : agressions. Guerre en Ukraine, actes raciaux … Nos politiques nous font de beaux discours auxquels nous ne croyons plus … Alors un super héros prêt à sauver l’humanité, qui au fond dans ses rêves d’enfants n’en a pas rêvé ? Tout comme du prince charmant des contes de fées, tout comme d’un pouvoir magique qui détruirait le mal, tout comme une potion qui nous ferait oublier la souffrance …
Dommage qu’un homme, un vrai, de chair et de sang ne puisse remplacer ces héros de cinéma juste pour nous apporter ce qui manque à notre avenir : l’espoir d’un monde meilleur …
( 4 mai, 2014 )

Il y aura …

Il faut bien le dire, on a tous eu un jour un événement de notre vie qui nous a laissé à penser que tout était fini, que le monde, notre monde s’était stoppé à l’instant T …
Et puis par magie, car nul besoin de baguette pour redonner des couleurs à la vie, il nous a juste suffi de prononcer ces trois petits mots : il y aura …pour que tout change.
Il y aura des lendemains où nous nous lèverons le sourire aux lèvres,
Des jours sans fin où nos mots glisseront sur le papier,
Des minutes magiques où nous sentirons notre cœur simplement cogner, prouvant simplement que nous existons …
Des couchers de soleil que nous pourrons admirer,
Des poèmes qui nous feront pleurer,
Des musiques qui nous feront danser,
Il y aura des amis qui nous écouteront, que nous allons aimer ou détester, ou importe mais qui nous aiderons à évoluer,
Des enfants dont les yeux brilleront lorsque nous les câlinerons, et pour qui nous serons prêt à tout sacrifier,
Des villes que nous découvrirons, des rencontres qui nous changeront,
Il y aura finalement tant de jolis matins que nous finirons par croire un instant que la mort est encore bien loin …
( 3 mai, 2014 )

Pause …

J’écris pour vous aujourd’hui … Je suis lancée tel un TGV dans l’écriture des chroniques de Carla; votre enthousiasme me va droit au cœur ! C’est motivant et les mots coulent de ma plume sans s’arrêter.

De plus, je suis en mode correction finale de BLANC pour valider mon contrat. Un petit passage dans ANTIDOTE. Mes deux amis correcteurs, Martine et Jean-Claude ont fait du bon travail ! Il ne reste que quelques tirets oubliés ou virgules à certains endroits … Mais c’est un travail de reprise un peu pénible ! Maintenant j’espère que l’éditeur ne me passera pas le manuscrit dans un correcteur pour la mise en page car là, je hurlerai !!!!

Bonne journée chers amis lecteurs

( 2 mai, 2014 )

Votre avis …. et scoop !!!!

Je rajoute à mon post l’info du jour : Contrat reçu pour BLANC !!! Y’a plus qu’à signer et c’est parti !!! Toujours aussi contente de voir mon bébé sélectionné !!!!
Alors là, je vais faire dans l’inédit !!! Une lectrice m’a suggéré d’écrire un petit roman du style
Demain j’arrête ou Cendrillon me perdra sur la vie d’une copine de mon héroïne Adelyse. Bref un livre de 200 pages maniant humour et suspense … L’idée m’a plu !
Je vous livre le début … Ce n’est qu’un brouillon !
Les  chapitres seront sur les thèmes que peuvent rencontrer les jeunes femmes de cet âge.
Qu’en pensez-vous ?
Mon prologue 
Il n’est guère poli de débuter par « je » pourtant c’est ce que je vais faire aujourd’hui … Vous aurez déjà ainsi un premier à priori sur ma petite personne ! Je m’appelle Carla. Voilà, c’est dit ! J’imagine votre tête en lisant ces quelques lignes, vous demandant pourquoi je vous interpelle ! Ce n’est pas faux … Je suis culottée ! Mais si je ne l’avais pas fait, vous seriez vous arrêter sur une parfaite inconnue croisée dans la rue ? Non, non, ne vous fatiguez pas à me fournir des excuses bidons ! Je connais la réponse ! Allez, je vais vous appâter ! Je ne suis pas une parfaite inconnue ! Carla, cela ne vous dit rien. Normal, elle n’a jamais écrit mon nom dans son journal ! Mais si je vous parle d’elle, vous allez tout de suite pousser des grands  » ohhhh  » ou des  » Wouah  » je vais voir apparaître un grand sourire sur le visage de certains, une ombre de transpiration sur le front d’autres … 
Je suis Carla, la meilleure amie d’Adelyse !
Ah ! Étonnant ! J’ai maintenant toute votre attention ! Je sais ! Je suis loin d’être une blonde pulpeuse et sexy comme ma copine. Vous avez devant vous une nana de vingt-sept ans bien tassées, rousse , les cheveux courts, bouclés, coupés au ras des épaule. Pas le genre sur qui vous allez vous retourner en passant ! Mais bon, si vous mettiez vos lunettes et bien vous verriez que j’ai de très jolis yeux bleu-violet, couleur très rare ! Je suis d’allure sportive, musclée et d’un poids correcte. On me dit jolie, mais lorsque je sors en compagnie d’Adelyse, je semble insignifiante. Je pourrais en être jalouse ! Même pas ! 
Je suis juste moi, Carla.
J’ai plein de qualités que vous découvriez si vous vous asseyez à mes côtés pour m’écouter. 
Mais j’ai un défaut, un gros ! Celui d’enregistrer tout ce qui se passe. Pas avec un Dictaphone, je vous vois venir, non avec ma tête ! Je suis un vrai ordinateur ambulant. Je n’oublie jamais un nom, ni un visage. C’était pratique lorsque je faisais mes études à la fac mais dans la vie courante, croyez-moi, il vaut mieux parfois oublier ! On s’évite bien dans ennuis ! Car ça, c’est tout à fait moi, il y a une embrouille quelque part, et vous pouvez être sûre que je m’y retrouve ! 
Justement ma vie est un roman à elle toute seule alors j’ai envie de vous raconter certaines de mes anecdotes ! Ne vous inquiétez pas, il m’arrivera de vous confier certaines choses sur Adelyse … Mais cela restera entre vous et moi, bien sûr !
L’aventure vous tente ? Tournez vite la page !
Si vous avez des idées de thèmes … Je suis preneuse !!! Merci à celle (qui va se reconnaître) qui a eu cette lumineuse idée ! Je me suis bien amusée hier à écrire plusieurs chapitres de la vie de Carla !!!
( 1 mai, 2014 )

1er Mai

mai14

Nous voici le 1 er Mai alors je vous offre à tous ce brin de muguet virtuel et avec beaucoup de bonheur ..
Mais savez-vous pourquoi du muguet et non une rose ou du lilas ?
Ce n’est pas une surprise mais comme de nombreuses fleurs, le muguet fleurit au printemps aux alentours du 1er mai. Originaire du Japon, le muguet serait arrivé en France au Moyen-âge. Cette plante, appelée aussi « lys des vallées », symbolise le printemps  et elle est réputée pour être un porte-bonheur. D’ailleurs, plus il y a de clochettes sur le brin de muguet, plus la chance sourit à son bénéficiaire. Les plus superstitieux diront même que seuls les brins de muguet qui possèdent treize fleurs portent véritablement bonheur !Selon la tradition « offrir du muguet le 1er mai » remonterait au XVIème siècle. A la Renaissance, Charles IX aurait lancé cette mode après avoir reçu de la part du chevalier Louis de Girard, un brin lors d’un premier mai. Par ailleurs au XVème siècle, le premier mai était une fête de l’amour. Seigneurs et princes  fabriquaient des couronnes de feuillages et de fleurs pour les porter et les offrir à la personne aimée. Ce n’est cependant qu’au début du XXème siècle, que le fait d’offrir du muguet pour porter bonheur se popularise. C’est également à cette période que cela aurait été associé à la fête du travail.
Le 1er mai est donc une journée comprenant trois fêtes. Celle du bonheur et celle du muguet, que nous venons d’évoquer et aussi, celle du travail et des travailleurs, bien qu’il n’y ait pas particulièrement de lien entre les clochettes printanières et les revendications ouvrières, ni même entre la fleur et le bonheur. C’est le 1er mai 1941, sous l’Occupation, que le maréchal Pétain déclara le 1er mai « Fête du travail et jour de la concorde sociale » pour rallier les ouvriers au gouvernement de Vichy. Le jour devint férié, chômé et payé en 1947. Et le muguet dans tout ça ? Les revendications des travailleurs étaient jusqu’alors incarnées par le port d’une fleur d’églantine rouge, symbole du socialisme. Peu à peu le muguet l’a remplacée.
( trouvé sur internet )
Alors je ne rajouterai rien de plus sauf …
Offrez un brin de muguet à ceux que vous aimez …
Et que le bonheur puisse enfin illuminer cette Terre !
Bon 1er Mai à tous …
1...222223224225226...237
« Page Précédente  Page Suivante »
|