( 7 septembre, 2014 )

La vérité

Vérité quand tu fais mal …

Sous le flot des messages reçus me demandant de réviser mon jugement, j’ai lu quelques passages du fameux livre qui fait rugir la France, les premières trentaine de pages car ensuite, c’est sans saveur. Je ne parlerai donc pas politique mais d’humanité. Ce début est celui d’une femme en souffrance et peu importante que son bourreau soit le président de la république, je comprends mieux l’engouement de certaines personnes qui suivent mon blog et qui ne sont pas des commères avides de cancans. Chaque femme peut se retrouver en cette femme meurtrie, humiliée, car qui peut la tête haute dire n’avoir jamais subi de trahison en amour ou en amitié ? Elle me fait penser à mon personnage Hortense, un masque qu’elle a du porter durant des années pour plaire à son homme. Cette douleur, chaque femme a pu la vivre un jour : l’incompréhension, la colère, le besoin de comprendre face à la pire trahison qui soit et en face, cette réaction typiquement masculine : le refus de s’expliquer, le choix de trouver des excuses pourries, les preuves falsifiées pour cacher la vérité et garder la tête haute, le rejet tout en continuant à dire aimer afin de maintenir ainsi un lien invisible, destructeur.
Je réagis face aux propos montrant la persistance des messages envoyés « après « . Pourquoi les hommes ne comprennent- ils pas la violence de tels actes ? Lorsqu’une relation amoureuse ou amicale s’arrête, le fil doit être rompu. Continuer à envoyer des messages, des cadeaux, à culpabiliser l’autre est pour moi un acte sadique et perfide, une façon très masculine de se venger.
Alors peu importe que ce livre ait vu sa notoriété se faire sur le dos d’une affaire politique, il reste un drame humain qui me fait réagir ! Vous les femmes bafouées, obligées de subir ces hommes qui reviennent régulièrement dans vos vies pour alléger leurs consciences, ne vous détruisez pas pour eux ! Ils s’en fichent complètement ! Soyez vous ! Restez vous ! Vous valez bien mieux !

( 6 septembre, 2014 )

Trahison …

Trahison …
Que de retours sur mon post d’hier. Il ressort une certitude : ce livre se lit, se lira simplement parce que de nombreuses femmes sont heureuses de voir que l’une des leurs a osé se venger de la trahison infligée par son conjoint. Je ne vais pas discourir sur le livre, ce serait lui donner une importance qu’il n’a pas, mais juste demander : cette vengeance permet-elle à son auteur de mieux dormir la nuit ? Se sent-elle  » mieux » dans sa tête ?
Ceux qui me lisent depuis la création de ce blog savent que je m’oppose à ce type de comportement : vengeance, rancœurs ne sont pour moi que des mots sans saveur.
Vouloir détruire l’autre parce qu’il nous a trahis, déçus, n’est qu’illusoire. La réalité montre que ces personnes ne savent pas s’arrêter et pire, peuvent passer à des comportements complètement incompréhensibles afin d’arriver à leur fin.
Face à ces caractériels, une seule attitude : maintenir la paix, même si cela semble irrationnel.
Je reste une utopiste, persuadée que si les hommes ne visaient que cet objectif, le monde finirait par être plus calme, plus serein …
Alors non à la trahison mais surtout non à la vengeance qui ne peut pas avoir de fin simplement parce que pour ce type d’individus, ce serait devoir accepter que l’erreur vienne d’eux et non des autres.

( 5 septembre, 2014 )

La sortie littéraire qui fait parler …

L’événement littéraire de ces derniers jours, le livre de Valérie Trierweiller  » Ma vie avec François  »
Les points de vue s’affrontent. Que penser
Côté littérature, quel dommage que ce type de livre bouscule la rentrée littéraire faisant de l’ombre aux chefs d’oeuvres pouvant exister. Pas de doute, ce livre se vendra car les gens aiment les ragots et le sensationnel. En tant qu’écrivain, que dire de son geste ? C’est une autobiographie, elle parle de notre président de la République, de sa trahison, de sa douleur de femme. Son livre fut certainement une excellente thérapie. Elle aurait pu en faire un roman de fiction mais je trouve que son geste face à un personnage public frise l’irrespect ( nous sommes déjà montrés du doigt par le monde entier ! Là, nous allons l’être pour déballage de linge sale !)

Mais si Valérie avait été madame tout le monde, qu’en aurait-on pensé ? On aurait lu l’autobiographie d’une femme ordinaire, trompée par un conjoint volage, une histoire d’amour qui s’est simplement arrêtée parce que monsieur, comme beaucoup d’hommes, s’est lassé de sa dulcinée, trop heureux de redécouvrir des moments de délires sexuels, des instants de folie avec une jeunette avide de nouveautés,
Est-il méprisable d’avoir trompé sa compagne ? Ne serait-ce pas plutôt l’humiliation publique qui est impardonnable ? D’un autre côté n’a-t-elle pas provoqué cette rupture, tuant la flamme, avec sa jalousie maladive ?
Et notre cher François, que penser de sa façon de continuer à la harceler depuis leur rupture ? On parle de 28 textos par jour, messages qu’il nie avoir envoyer comme tous les hommes, lorsqu’on lui demande publiquement. Lâcheté masculine, une fois de plus ! Comme si une femme rejetée pouvait avoir envie de voir le retour de l’enfant prodigue au bercail ? Ces hommes et leur ego démesuré ! Doit-on le plaindre de revêtir ainsi un costume où il se sent à l’étroit ? Ou doit-on applaudir de voir enfin un infidèle mis au bûcher ?

Beaucoup d’encre vont être versées simplement parce qu’au fond, le drame qui se joue dans ce livre, représente la vie secrète de nombreux français. N’est-on pas le pays où le pourcentage d’adultères est le plus important ? ( tout sexe confondu). Voir que les grands de ce monde souffrent comme des hommes ordinaires incitera le commun des mortels à acheter ce livre, même si le texte, pour en avoir lu des extraits sur internet reste insipide.
Entre nous, ce qui est regrettable, c’ est que tous ces lecteurs avides de croustillant devraient plutôt acheter Rouge ou Blanc ! Ils passeraient un bien meilleur moment !

( 4 septembre, 2014 )

Comment ça va ?

Une pensée aujourd’hui pour plusieurs de mes amies dont le poids de la vie est trop lourd.
Nous vivons dans un monde difficile où se véhicule beaucoup de souffrances souvent cachées derrière un masque parfait. Et puis, un jour, le masque se craquèle. Les personnes s’écroulent : dépression ou maladie. Le corps refuse d’avancer. Et il y a aussi les autres, ceux qui sont solides, dont la vie est un grand échiquier comme dans mon roman Blanc. Ceux-là vont s’attaquer à l’empathie des plus faibles, simplement parce qu’ils sont plus faciles à manipuler. J’ai le cœur serré en apprenant la dégringolade de certaines personnes auxquelles je tiens qui n’arrivent plus à supporter leur propre existence.
Je me suis trouvée particulièrement touchée par la chanson de Linda Lemay  » Comment ça va  »
Tellement vrai … On fait tous des choix que l’on pensait bons et justes et qui au final sont plus destructeurs qu’un coup de poignard, on se croit tous plus fort que les autres jusqu’à l’instant où la vie nous rattrape et notre santé nous échappe. Mais tout comme le chante cette québécoise, je reste convaincue que le soleil est là pour chacun de nous. Parfois il faut du temps pour se redresser, pour accepter d’avoir été trahie, pour supporter l’idée que le mal existe à l’état pur et sous des reflets trompeurs, mais quand on a réussi à faire ce pas, on avance et on peut enfin répondre avec le sourire à la question : »Comment ça va ? »
Et bien, oui, ça va !
Et vous, ça va ?
Linda Lemay  » Feutres et Pastels » 2013

Je fais des choix
Et je choisis l’erreur
Ca n’s'efface pas
C’est pas d’la bonne couleur
Je suis tachée
Par mille et un vieux drames
J’ai beau pleurer
Mais ça résiste aux larmes
Moi qui m’croyais
Plus forte que la moyenne
Moi qui passais
Le baume sur les peines
De tout un monde
Que je disais comprendre
J’me perds dans mon histoire
J’sais plus quoi faire …

Ça veut pas dire
Que dans un mois ou deux
J’vais pas courir
J’vous jure qu’on s’ra heureux
La vie c’est ça
C’est pas un conte de fée
Mais ça ira
Oui ça va bien aller

( 3 septembre, 2014 )

Esclave

image

Joli texte de Pablo Neruda que j’ai envie de vous faire partager. Je n’ai rien à ajouter sauf vivez mes amis … Lisez, écoutez des musiques que vous aimez, entourez-vous d’une bulle d’énergie positive et vous verrez la vie sous un meilleur jour. Lâchez prise à tout ce qui vous pourrit la vie ! La vie m’a appris que l’on ne peut ni croire tout le monde, ni faire confiance à tout le monde. Mais plutôt que d’essayer de tendre des mains dans le vide, entourez-vous juste des personnes qui en valent vraiment la peine ! Vous vivrez mieux et surtout plus sereinement. Bon mercredi à tous.

( 2 septembre, 2014 )

Bonne rentrée !

rentree_des_classes

La rentrée des classes.
J’adore le jour de la rentrée, une des meilleures journées dans l’année d’une enseignante avec le dernier jour ! On est frais, reposé, souriant. Les élèves sont en principe sages, heureux avec leur trousse dernier cri ou leur cartable tout neuf. J’ai envie de comparer la rentrée avec la première page de l’écrivain, même euphorie. Rien n’est encore fait et pourtant tout se joue ! C’est ce qui est fantastique ! Le livre n’est pas encore écrit tout comme pour l’instit, l’année n’est pas encore entamée. Tout est possible, tout peut arriver. Le pire mais surtout le meilleur …
Alors en ce jour de rentrée des classes, je souhaiterais juste à tous les enfants, tous les parents ( car la rentrée est une journée aussi stressante pour les parents) et surtout à toutes les collègues enseignantes : bonne rentrée 2014 !
( 1 septembre, 2014 )

Pensée de Septembre

On ne lit pas ni écrit de la poésie parce que c’est joli. On lit et écrit de la poésie car on fait partie de l’humanité. Et l’humanité est faite de passions. La médecine, le droit, le commerce sont nécessaires pour assurer la vie, mais la poésie, la beauté, la romance, l’amour, c’est pour ça qu’on vit.

[ Peter Weir - Le cercle des poètes disparus ]
En ce jour de pré-rentrée où je me trouve dans l’obligation d’abandonner mes écrits, je ne peux que saluer cette réflexion de Peter Weir.
Mon bilan de l’été.
Je suis très contente de mes vacances ! Le soleil a brillé dans mon cœur, j’ai fait de magnifiques rencontres, signé pour Carla, sué sang et eau à corriger le manuscrit ( comprenant mieux mes élèves à qui je fais parfois recommencer leurs textes).
Je savoure le présent en espérant que cette nouvelle année scolaire sera agréable, parsemée de ventes en parallèles …
Être heureux est un état d’esprit ! Entourez-vous de personnes positives, fuyez les situations qui vous détruisent et vous pourrez comme moi dire : Merci la vie …

( 31 août, 2014 )

Aimer ou être amoureux

Une fidèle lectrice de mon blog m’a envoyé cette question en m’écrivant :  » Vous qui parlez si bien des sentiments, dites moi tout : Quelle est la différence entre aimer et être amoureux ? »
Sujet difficile ! Je ne suis pas certaine de répondre correctement. Sur le coup, j’ai eu tendance à penser, c’est la même chose et pourtant …
Je dirai qu’être amoureux relève du sentiment, de l’émotion. On ne choisit pas de tomber amoureux. C’est une émotion unique qui nous transporte, qui nous fait espérer, qui nous fait battre le cœur. Être amoureux c’est penser que tout est possible.
Souvent, cela nous tombe dessus sans crier garde. On peut tomber amoureux de son beau-frère, de son meilleur ami, du voisin, sans que rien ne soit prémédité. On ne sait pas trop pourquoi cela arrive. On se met à idéaliser l’autre, à le désirer. On est prêt à tout pour que ce désir soit partagé. Si l’autre nous offre, inconsciemment, un signe, on fonce tête baissée quitte à le regretter ensuite.
Ce sentiment est magnifique. Heureux celui qui s’autorise à être amoureux, heureux celle qui sur un coup de cœur va laisser ses émotions s’épanouir pour une semaine, un mois. Heureux ceux qui n’ont pas peur d’oser aimer …

Par ailleurs, on peut aimer sans être amoureux. Subtilité. Dans Aimer, il y a la notion de choix.  » je t’aime, toi, parce que je veux te choisir, toi et pas une autre personne « ‘
Aimer, c’est accepter l’autre avec ses erreurs, ses faiblesses, avec le temps qui marque son visage, c’est partager autre chose que du sexe, se fondre dans un projet, des idées ..
Je pense surtout qu’aimer, c’est ne rien attendre en retour. Et pour y arriver, il faut s’aimer soi-même avant tout. Si on est resté bloqué sur un échec, une trahison, on ne peut s’épanouir dans une relation.

J’ai lu cette jolie phrase qui résume tout : L’état amoureux nous parle de nous, tandis que l’amour nous parle de l’autre. C’est si vrai.
Et pourtant que d’hommes sont durs en amour ! Je lis régulièrement des témoignages bouleversants de femmes rejetées avec violence simplement parce que le mot aimer fait peur. Alors, messieurs, soyez gentils, ne tournez pas le dos à ces femmes simplement parce qu’elles ont envie de vous aimer. L’amour n’est pas une pathologie mais le plus beau cadeau que chacun peut recevoir et comme le dit si bien un merveilleux auteur :

«L’amour est un fleuve où les eaux de deux rivières se mêlent sans se confondre»

En clair, il n’y a pas d’âge pour être amoureux. Heureux les papys, mamies dans leur maison de retraite qui redécouvrent à quatre-vingt ans un tel sentiment !

Oser parler d’amour, c’est mettre du soleil dans sa vie. Rendez-vous dans quelques mois avec CARLA qui vous transportera …

( 30 août, 2014 )

Écrire c’est colorier des mots.

image

Surfer sur le silence de nos nuits , quel écrivain ne l’a pas vécu. Se réveiller brusquement avec l’idée, celle que l’on attend depuis longtemps et ne pas oser se lever de peur de réveiller chéri à nos côtés. Perdre ainsi le passage unique qui aurait fait, nous en sommes tous convaincus, le bestseller de l’année …
La vie est semblable à l’écriture. Jeune adulte, on a le tête pleine de projets souvent très conventionnels : famille, travail, progénitures que nous réalisons avec bonheur sans pourtant atteindre nos limites. Adultes, nous devenons raisonnables, prudents, renonçants au moindre risque de peur de mettre en équilibre notre univers bien structuré, bien organisé.
Et puis, la vie, telle une vague sortant de l’ordinaire, va jaillir de nul part et emporter nos convictions stéréotypées et nous pousser à nous réaliser, à renverser l’image que les autres ont de nous, à refuser l’étiquette que l’on nous a collé.
Ainsi vont naître des coups de pinceaux sur une toile blanche, une musique sur un piano, des mots sur un carnet. Ainsi va naître l’artiste qui dort, ainsi va naître tout simplement l’homme dans toute sa vérité …

( 29 août, 2014 )

À chacun son grain de folie

 » Sans un grain de folie, il n’est pas d’homme raisonnable. » La Rochefoucault.
J’ai toujours trouvé la folie fascinante. Je ne parle pas de celle obligeant le malade à revêtir une camisole. Je pense juste à la folie des hommes. Vous savez, ce petit grain qui fait de vous une personne différente parce que vous êtes tout simplement libre dans votre tête, libre d’aimer passionnément de toute votre âme, libre d’oser écrire ce que tout le monde pense tout bas, libre d’envoyer valser les conventions … Libre simple d’exister … Alors mes amis, soyons tous fous ! La vie est bien trop courte pour s’entourer d’obligations, pour refouler ses idées … Vivez à fond votre folie et ne laissez personne vous la prendre ! C’est grâce à elle que vous serez vraiment VOUS.

 

1...248249250251252...277
« Page Précédente  Page Suivante »
|