( 5 avril, 2014 )

La folie

0208

Avant de débuter mon thème du jour, je remercie tous ceux qui déjà ont joué le jeu des couleurs … Intéressant ! Tout comme l’idée du concours que je garde en réserve pour fêter ma signature de contrat pour BLANC.
Suite à mon article sur les langues de vipère et sur le roman La Sentence, j’ai reçu des témoignages me parlant de la folie, celle des hommes qui par amour vont détruire des vies.
Je fus très touchée par la douleur d’une d’elle qui a fini avec l’utérus explosé par de violents coups de pied alors qu’elle attendait un bébé.
La folie humaine. Vaste sujet qui pose l’inexorable question : Est-on fou ou le devient-on ?
Tout est là … Un bébé nait-il avec ces gènes destructeurs ou c’est la vie qui le pousse à le devenir ? Je pense toujours à un couple adorable dont je m’étais prise d’amitié qui à cause de circonstances difficilement compréhensibles, est devenu fou …
La folie est pour moi l’incapacité à communiquer, à dire à l’autre les raisons de sa colère, avant qu’elle ne se transforme en haine, pire en volonté de détruire l’autre. La folie, c’est l’ouverture vers no Land. Plus de limite, plus de morale, plus de raison et surtout plus une once d’empathie. Une impossibilité à avoir le moindre sentiment, la moindre émotion.
La folie c’est le poison qui détruit chaque homme. On se trouve tous un jour ou l’autre sur cette ligne rouge sang. On y est en équilibre. La folie est ce qui va nous faire basculer vers des abîmes dont nul ne revient.
( 4 avril, 2014 )

Suite …

Merci pour tous les messages d’encouragement pour BLANC. Il est fini … En attente donc d’un contrat d’édition. Si vous avez aimé ROUGE, vous adorerez BLANC … Il est encore plus … fort … Jusqu’à la dernière ligne !

Il y aura un trois … J’hésite ! Quel titre lui donner ? Ne me dîtes pas BLEU ! Ce sera non !

Des idées ! Je compte sur vous !

( 3 avril, 2014 )

un peu de pub …

Vous avez été très nombreux à réagir en MP ou via les commentaires sur nos chères langues de vipère ! Nous sommes donc du même avis !

Aujourd’hui, un coup de coeur ( je sais, encore un !) pour un roman d’une auteure d’Edilivre : La Sentence.

C’est un roman très court, mais écrit de façon très intéressante et surtout j’ai beaucoup aimé la fin ! On ne peut s’empêcher de penser à tous ceux qui nous ont poignardés dans le dos pour une raison ou une autre, et ce genre de fin … J’adore !

N’hésitez pas à le commander sur le site Edilivre ou sur les sites partenaires. Bonne lecture et bonne chance à Nunzia

 

image_27569_1_20304_1_9323_1_38646_1_35897

( 2 avril, 2014 )

Les langues de vipère …

Ah ! Les langues de vipère ! Je reçois régulièrement vos messages m’en parlant alors j’ai décidé aujourd’hui de leur rendre un hommage à leur hauteur ! À leur grandeur …

les langues de vipère, on en connaît toutes une ! Elles sont là pire que de la glue …

Elles pullulent sur le trottoir des écoles, des collèges, des mairies, des grands magasins … On peut vite les reconnaître ! Elles se cachent quand elles parlent, font de grands gestes et observent à l’affut du moindre ragot ! On les rencontre au travail, chez le médecin ou dans nos rues … Elles parlent de la dernière rumeur du jour ! «  Savez-vous que …. » Et elles répandent une histoire sans queue ni tête mais qui grossit, grossit au fur à mesure que ce venin se délecte ! Elles rajoutent â chaque fois un peu plus de détails afin de rendre l’histoire crédible …

 » Mais si ! Je l’ai vue ! Je le jure ! »

Vous les avez croisées ? Tout comme moi, vous en trouverez bien une dans votre sillon qui jalousant votre travail ou votre vie va tenter de brosser un portrait le plus horrible possible de ce que vous êtes sans se soucier de qui vous êtes, de ce que vous êtes. Sans même chercher à savoir si vous allez en être blessée.

Pourquoi agissent-elles ainsi ? Que cherchent -elles ? capter une once d’attention ? Par peur de ne pas rentrer dans le moule et ne pas être appréciée à sa juste valeur (qui est quoi ? de cancaner ?) ? Par pure bêtise ? Pour sa faire  » mousser  » comme des gamines de douze ans ? Qui sont-elles sous leur masque hypocrite tout sourire dedans ?

Je sais que vous voulez mon avis pour me l’avoir souvent demandé.

Je vais vous confier un secret. Je les méprise … je les ignore … je les entends cracher le venin qui souvent m’est rapporté par des relations qui me veulent du bien …

Quand on fait un métier « public », on ne peut y échapper ! On ne m’aime pas ? Je m’en contre fiche … On m’adore ? Tans mieux.. En général les affinités sont partagées …

Les langues de vipère peuvent continuer à cracher leur venin, à propager des rumeurs infondées détruisant  des relations auxquelles on tient, on ne pourra jamais les stopper ! car elles détruisent tout tel un séisme  non par méchanceté, mais par pure bêtise. Elles sont pathétiques … mais elles peuvent faire mal, très mal alors …

Comme pour  tout serpent, méfiez-vous en ! Une fois leur venin craché, il vous faut un sacré antidote pour ne pas y laisser votre santé Et surtout un sacré courage pour voud  redresser … un seul moyen … Évitez de les écouter …

( 1 avril, 2014 )

pensée du 1er Avril (et ce n’est pas un poisson !)

Notre monde est en mutation.. Politique incertaine, remaniement ministériel, société en décadence … Cela laisse songeur ! Comment peut-on ensuite juste espérer que nos livres seront lus ? Le monde court après les aiguilles du temps, essaye de s’y accrocher, essayant de les ralentir, tentant même de les stopper ! Pour quelques minutes gagnées à ne rien faire de plus sauf souvent à râler ! Notre monde est dirigé par l’argent, par des sociétés sûrement comme EUGENIA qui dans l’ombre agissent, dévorent ce qui est bien en chacun de nous …

Quelques minutes gagnées pour lire, oui, quelques minutes gagnées pour aimer, oui, quelques minutes gagnées pour juste penser.. Mais surtout pas quelques minutes gagnées pour détruire le peu d’humanité qui reste …. Sauvez les livres ! Sauvez l’homme !

( 31 mars, 2014 )

Le temps

Ce week-end on a avancé nos montres.. C’est devenu une habitude et pourtant, je reste toujours perplexe … Une fois une heure en moins, une fois une heure en plus .. Et le temps dans tout ça ? Qui s’en soucie ? Pire .. Qui peut en donner une définition ! Une personne un jour m’a dit : Du temps, je n’en ai plus mais .. Que veut dire ne plus avoir de temps ! Est-ce mal choisir ses priorités ou mal organiser sa vie ? Alors reculons nos aiguilles, avançons nos minutes mais une chose est certaine, le temps, NOTRE temps, lui ne subira aucune variation car il fut, il est, il sera …

( 29 mars, 2014 )

En mémoire à ….

P1020356

A nos anciens qui se sont battus sur ces champs de bataille pour nous garder français …

Jolie journée à Verdun …

Pourquoi garder cette mémoire diront les plus jeune ?
Pour ne pas oublier ce qui fut …

C’est comme nos souvenirs. On sait tous qu’ils sont triés, mélangés, parfois même transformés par la vie et le temps. Devrions-nous pour autant tous devenir des Alzheimer de vie ? Est-il plus important de se souvenir ou d’oublier ? Qu’est-ce qui nous préserve de la souffrance ? L’oubli ou nos souvenirs ?

Je ne vous donnerai pas mon avis … Vous le connaissez si vous avez aimé ROUGE, si vous avez vécu ROUGE … Mais donnez moi le vôtre !

 

 

( 27 mars, 2014 )

Pensée du jour

Écrire pour donner un sens à sa vie m’écrit une lectrice. Oui, peut-être mais cela reste tout de même utopique de ne pas trouver d’autres sens ? Notre société est en pleine mutation, pas des plus positives. Les hommes préfèrent la solitude d’un forum ou d’un réseau social aux liens qu’ils peuvent créer, d’autres préfèrent vivre dans un monde qu’ils se sont inventés, où ils sont en sécurité, un monde où ils peuvent juger qui a une vie correcte ou qui ne l’a pas … J’aurai plutôt tendance à dire : écrire pour dire ce qui est vraiment, écrire ce qui existe, écrire ses joies, ses peines .. Écrire pour être entendu..
Un blogueur m’a interpellée récemment en me disant : A quoi sert vos écrits ? A quoi sert de parler dans le vide ? Qui vous entend ?
Peu importe qui m’entend .. C’est comme avec mes élèves .. J’offre un message. Certains ne l’écouteront pas, d’autres l’oublieront mais il suffit d’un seul qui ait entendu ce que j’avais à offrir et ma journée n’est pas perdue
C’est pareil pour ces mots .. Je n’écris pas pour donner un sens à ma vie car l’écriture n’en est qu’une minuscule facette. J’écris pour donner un sens à votre vie à vous lecteur ..
Une copine me faisait comprendre il y a quelques jours que je donnais trop et que je devais devenir Sylviecentrique
Et bien non ! Je resterai toujours juste Sylvie … Pour que mes mots tels un bol tibétain résonne d’une jolie mélodie, pour donner un souffle de béatitude sur vos vies …

( 26 mars, 2014 )

pour adoucir les âmes …

Étant très fatiguée en ce moment, je n’ai pas trop l’envie de remplir des pages ! Mon énergie est concentré sur mon travail et sur ma sortie de Vendredi à VERDUN …. Longue journée !!!

Quand je pense qu’il y en a encore qui ne cessent de dire que les instits sont des fumistes !

Pour se faire du bien, cette jolie chanson de Grégoire pour qui j’ai eu un joli coup de cœur

 

Image de prévisualisation YouTube

 

 

 

( 24 mars, 2014 )

A lire .. modification

J’ai eu un interview .. j’étais contente ! ce fut sympa …

Mais voilà je m’étais trompée de lien ! Alors je l’écris avec humour à un des responsables !

En retour je reçois ce message:

Je trouve assez désobligeant votre réflexion « Je suis blonde mais je crois que j’ai compris !!!! »

Je ne suis pas certains de laisser votre interview en ligne je vais en référer avec les membres du bureau.
pff C’est mal me connaître ! J’ai retiré les liens ! mais vu que l’interview m’appartient .. je vous mets les gros points ici !
Et évitez ce site … Il y a vraiment des gens coincés qui n’ont AUCUN humour !!!!!

 

1/ La première question qui me vient à l’esprit est : mais qui est  Sylvie Grignon ?

Enseignante depuis vingt ans et maman de quatre enfants, l’envie d’écrire a toujours fait partie de la vie de ma vie… Attachant une place importante à l’amitié, à la famille, par ce roman policier j’ai voulu rendre hommage aux grandes valeurs de notre société et surtout apprendre que même si on traverse des périodes comme le décès d’un enfant qui m’a frappée, la vie continue et est belle.

 

2/ Depuis quand écrivez-vous ?

J’écris depuis que j’ai 13 ans .. J’ai participé à des concours d’écriture de contes enfants … J’ai repris l’écriture durant l’été 2010 après des mois, voir des années d’arrêt .. Je me suis mise à écrire des nouvelles variées … Et un jour, ROUGE est né !

 

3/ Est ce la première fois que vous éditez un ouvrage ?

ROUGE est mon premier roman édité aux éditions EDILIVRE

 

4/ Quel est le conseil le plus important qu’on-vous-ai donné ?

Aucun !!! Je n’écrivais que pour moi depuis des années et l’an dernier, un ami m’a juste dit : Ton livre, c’est du Grange et du Coben mélangé ! Édite-le ! Je l’ai fait vraiment sans conviction … Je ne pensais en vendre que 30 .. j’en ai vendu tellement plus que je n’y crois toujours pas !

 

5/ Vous avez sûrement des habitudes, des rituels… Comment travaillez-vous ?           Je travaille que le we ou durant les vacances sur ma tablette … Je suis mère de famille et instit donc aucun temps libre sinon …

 

6/ D’où puisez-vous votre inspiration ?

Le thème principal de ROUGE est la médecine tout simplement parce que ma vie fut malencontreusement baignée dedans avec la perte d’un petit garçon de trois ans d’un cancer. Lors de ce combat, j’ai pu voir les limites de la médecine tout comme ses progrès. J’ai rencontré des médecins odieux, narcissiques et d’autres qui furent pour moi de véritables dieux. J’ai donc choisi le thème de la recherche parce que j’aimerais qu’un jour une personne vienne m’annoncer « On a trouvé un remède … ». Mes personnages, tous fictifs,  me furent inspirés de mes rencontres, de mes coups de cœur, des contacts humains qui ont jalonnés ma vie. ROUGE comme le sang qui coule dans nos veines, comme la passion qui inonde nos cœurs.

 

7/ Comment construisez-vous vos personnages ?

A partir des mes rencontres ! Je note tous les aspects physiques ou particuliers, puis je mets tout ça dans un shaker, je secoue bien et j’en sors un personnage mélange de plusieurs rencontres.

 

8/ Vous identifiez-vous à eux ?

Non ! Aucunement en dehors du chapitre « Chris » qui est celui de ma vie. En hommage à mon fils décédé d’un cancer …

 

9/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture ?       Travailler sur le pouvoir des mots.  Un mot peut avoir mille signification selon son contexte, il peut faire rire, faire rêver ou détruire. Les mots sont pires que le silence. Dans le silence, on peut encore espérer, deviner, mais lorsque les mots apparaissent sur une feuille, lorsqu’ils sont écrits, ils deviennent indélébiles dans notre mémoire. On a beau mettre des kilos de javel, le mot ne s’effacera pas, l’idée contenue dans ce mot ne disparaitra pas. Alors, réfléchissez avant d’écrire. Même si vous êtes en colère, ne cédez pas à la facilité. Dans ces cas là, on va écrire n’importe quoi : des mots qui blessent parce que l’on veut inconsciemment rendre les coups que l’on nous a donnés. Trouvez des mots qui apaisent, trouvez des mots qui font du bien, des mots qui font rêver, des mots qui font un livre. Ne pas se décourager ! Croire en ses rêves !

 

10/ Quels sont vos auteurs préférés ?

Des milliers de Zola, en passant par Hugo, à Robin Cook ou bien des auteurs autoédités découverts ! Lire, c’est exister !

 

11/ Que lisez-vous en ce moment ?

Le Cercle de Bernard Minier

 

12/ Pouvez-vous nous parler de votre dernier livre publié ?

Rouge est un roman policier sortant des normes. La plupart des polars sont à tendance sombre. Le méchant est trouvé, on ne sait pas toujours pourquoi il est devenu ainsi, mais l’important est de savoir qu’il sera puni. J’ai voulu sortir de ce schéma avec Rouge. J’ai voulu montrer, qu’il y a toujours une raison, même infime, un brin de paille microscopique qui a pu mettre le feu à une folie destructrice. Cette brindille est souvent ignorée, jugée sans importance et pourtant c’est elle qui est la vraie clé. J’ai voulu faire comprendre pourquoi une personne ordinaire, adorable, sympathique peut un jour se transformer subitement en monstre. Notre société jugera « ce monstre », critiquera ses moindres faits et gestes sans songer un seul instant à celui qui a tenu l’allumette pour mettre le feu à ce brin de paille ? Alors qui sera le plus coupable ? Celui qui a commis l’acte ou celui qui a pris son brique ? Mes personnages dans Rouge fonctionnent tous ainsi. Ils ont cette double facette. Une vie bien rangée, bien réglée et des secrets bien cachées.

 

 

•         13/ Travaillez-vous de nouveaux projets ?

•          ROUGE est le premier volume d’une trilogie. Le second tome BLANC est terminé et actuellement en correction. Nous y retrouverons certains personnages de ROUGE. L’action se passera dans le Sud de la France. BLANC comme l’innocence, comme l’enfance. Je reçois chaque jour des messages demandant la suite.. Il y en a une … Bientôt …

 

 

1...248249250251252...259
« Page Précédente  Page Suivante »
|