• Accueil
  • > Recherche : aimons amour impossible
( 14 juillet, 2019 )

S’aimer soi-même pour aimer l’autre ?

Avec certitude, je dirais que l’on ne peut pas aimer les autres si on ne s’aime pas soi-même. Malheureusement dans notre société, les gens sont de plus en plus égoïstes, centrés sur eux, simplement parce que dans leurs inconscients, ils ne s’aiment pas. Ces individus ont tellement été blessés, en général dans leur enfance, qu’ils ont construit une armure solide comme un roc. Pourtant , au fond d’elles, ces personnes sont en demande d’amour, prêtes à tout pour tomber amoureuses même de la première personne qu’elles rencontrent susceptible de combler ce vide. Seulement, aimer l’autre, ce n’est pas juste désirer l’autre, ce n’est pas vouloir le ou la garder en cage pour exister, ce n’est pas vouloir être aimé.

Aimer passe par s’aimer, c’est à dire être ce que l’on est vraiment, sans floriture, sans masque, sans mensonge. S’aimer, c’est accepter notre propre imperfection, nos rides, nos cheveux blancs, nos kilos en trop, nos grains de folie, nos coups de gueule, c’est être pleinement conscient que l’on ne détient pas la vérité et que nous sommes des êtres imparfaits, capables d’erreurs. Si nous nous aimons, nous pouvons accepter nos faiblesses et ainsi pardonner aux autres leurs erreurs.

Trop d’hommes se pensent au-dessus des lois, au-dessus de la réalité, prenant leurs propres intuitions ou ressentis pour ce qui est, simplement parce que réaliser qu’ils ont fait une erreur de jugement leur est impossible et reviendrait à briser cette image « parfaite » de ce qu’ils sont, qu’ils ont mis des années à forger. Ces personnes ne s’aimant pas, ne peuvent aimer les autres et s’enlisent dans une spirale sans fin où elles attendent que les autres les aiment comme elles veulent, et si cela ne fonctionne pas sur le schéma qu’elles ont dessiné, décidé, la relation amicale ou amoureuse va vite tourner au cauchemar. Ainsi naissent les relations toxiques que nous avons tous rencontrées un jour.

Cela ne veut pas dire que s’aimer soi-même empêche de tomber dans ces pièges, mais cela permet d’amortir la chute. À savoir : Je m’aime donc j’aime les autres sans limite sans les contraindre, je n’attends rien d’eux, car je me suffis à moi-même.

Ainsi le bonheur que l’on partage autant avec ses amis que ses amoureux est véritable. Ce n’est pas la résultante d’un vide ni d’un besoin encore moins d’un désir, c’est juste l’évidence d’un bien-être qui va pouvoir se vivre dans un équilibre total.

 

6573CB79-4449-4F41-B948-9E54C7BCCD8F

( 9 octobre, 2017 )

Cette douleur dont on ne peut se débarrasser.

Quand on ne peut éviter la douleur on essaie de la comprendre, et malgré cela, elle s’incruste dans chaque fibre de notre corps. Je ne parle pas de la douleur physique qui parfois est un peu comme une piqure de rappel qui nous fait dire, j’existe, non , l’autre, celle tapie dans l’ombre, cachée et qui sournoisement revient sans crier garde.

Qu’est-ce qui nous empêche tant d’avancer ? Qu’est-ce qui nous pousse à continuer d’avoir mal en repensant à une personne ou à un échec ? Pourquoi rien n’efface cette souffrance ?

Telle une feuille de papier qui s’est coupée en deux, notre vie s’entoure de souffrance lorsque nous ne sommes plus « complète ». Ce peut-être un deuil, un amour, une relation, peu importe. Il ne faut pas croire que l’on souffre plus en quittant une personne après des années de vie commune, certains amours naissants laissent des traces indélébiles. Souffrir, c’est accepter un cercle de vie, un lien avec l’amour passé. Nous souffrons, donc nous avons aimé, donc nous sommes vivants, donc est-il judicieux de se débarrasser de cette douleur qui au final nous rassure sur notre existence. La douleur n’a pas vocation d’être comprise ni d’être jugée, tout comme l’amour. Ces émotions sont intimement liées. Si nous n’avions pas tant aimé cette personne, nous ne souffririons pas, mais ne serions-nous pas moins vivants ? Si à l’inverse, cet amour, unique, qui pour nous s’inscrivait comme une évidence, laisse des cicatrices, c’est que cela valait la peine d’être vécu, cela signifie surtout que nous sommes humains. Tristes ceux qui ne ressentent pas la douleur d’aimer, qui n’ont jamais ressenti les feux de la passion, qui n’ont jamais rêvé de vivre un rêve impossible.

Certaines douleurs ne disparaitront sans doute jamais, prendre conscience simplement de cette réalité est un premier pas. Elle existe, elle fait partie de nous, mais nous l’acceptons,  nous l’aimons, et au final, nous sommes ce que nous sommes à travers elle. Elle peut nous rendre plus réceptif, plus emphatique, plus aimant, elle peut maintenir un espoir, un lien, un petit rien, un peu comme si cette douleur n’était que la pointe du crayon permettant de dessiner le bonheur de demain.

 

60408CE3-F221-487E-BC9E-B5D9AEA4C4A1

( 12 août, 2017 )

Les limites de l’amour

Est-ce que l’amour excuse tout ? On se croirait un peu dans un conte de fées où tout est beau, tout est gentil. Ce n’est pas parce que l’on met une couche de Nutelas sur une tranche de gâteau cramé qu’il sera mangeable. Il faut que le dessert soit bon et solide pour qu’une erreur soit effaçable.

Tomber amoureux n’est pas quelque chose que l’on choisit. Cela arrive même souvent quand on ne l’attend pas hormis quand on est jeune et que l’on est avant tout amoureux de l’amour et non de la personne. Ensuite, l’amour va se confondre avec désir. Désire-t-on quelqu’un que l’on aime ou à l’inverse aimons-nous quelqu’un que l’on désire ?

On aime souvent passionnément, sans le vouloir, à fond. Il est celui dont on rêve, l’unique, celui dont on a rêvé toute notre vie. L’amour va s’écrire doucement, tendrement. Seulement le grain de sable va se mettre en travers, trahisons, mensonges, déception, le piédestal de l’homme idéal va s’effondrer. Elle va découvrir des cadavres du passé, parfois une ex envahissante ou pire une épouse toujours présente. Il aura beau dire être amoureux, cela excusera-t-il tout ?

Vous qui me connaissez, vous savez que je reste une éternelle romantique. Je suis une grande amoureuse qui aime avec un grand A, à la folie, qui excuse tout, bêtement parfois. J’ai envie de dire, peut-être pour ne pas paraître trop naïve que si deux âmes se sont trouvées, bien au-delà des corps, tout est autorisé, l’amour n’aura aucune limite. Les plus grands amours sont ces êtres qui vont se chercher dans la difficulté, se fuir, se trouver, se séparer pour mieux se retrouver.

La facilité en amour est rarement gages de durée, juste celle de deux solitudes qui vont se trouver. Par contre, l’émotion intense qui réunit deux personnes qui ne l’avaient pas cherchée, cette relation impossible pourra peut-être se construire sur le temps, si l’oubli n’a pas effacer cette émotion.

Tout pardonner ? Pardonner une trahison, une rupture, c’est possible si l’amour est encore là, dans l’ombre, alors on peut pardonner. On n’oubliera pas. Il faudra du temps pour effacer les mots blessants, les mensonges, les coups bas, mais ces petits papillons dans le ventre, cette sensation que l’on avait oubliée, le jour où on le revoit, le jour où les regards se croisent, parfois juste lorsque l’on entend sa voix, alors on pardonne tout, pour un temps.

Qui peut dire qu’il n’a jamais fait d’erreurs ? Qui n’a pas de cadavres cachés ? Qui a une vie parfaite ? L’amour est toujours une prise de risques qui accepte l’erreur possible. Je dirais même pire, plus on a touché l’erreur et plus la relation amoureuse cachée ou non aura une base solide, simplement parce que pardonner à l’autre n’est pas si difficile au fond, ce qui est beaucoup plus dur reste de se pardonner à soi-même de s’être laissé blesser par l’autre.

( 31 décembre, 2016 )

Je vous souhaite …

Qu’il est doux de souhaiter à ceux que nous aimons ou que nous avons aimé les voeux les plus doux, ceux qui réchauffent le coeur, ceux qui font du bien à l’âme. Peu importe si ces souhaits ont une chance de se réaliser, mais les recevoir simplement, parce qu’ils furent pensés, dits, reste le plus important.

Alors, même si ce sont des voeux vieux de plusieurs années, je reprends une fois de plus ceux du grand Jacques, parce que ces mots résonnent en moi, parce que je vous les dédie à vous, à toi, à tous ceux qui ont compté dans ma vie.

« « Je vous souhaite des rêves à n’en plus finir.
Et l’envie furieuse d’en réaliser queques-uns.
Je vous souhaite d’aimer ce qu’il faut aimer,
et d’oublier ce qu’il faut oublier.
Je vous souhaite des passions.
Je vous souhaite des silences.
Je vous souhaite des chants d’oiseaux au réveil,
et des rires d’enfants.
Je vous souhaite de respecter les différences des autres parce que le mérite et la valeur de chacun sont souvent à découvrir
Je vous souhaite de résister à l’enlisement,
à l’indifférence
et aux vertus négatives de notre époque.
Je vous souhaite enfin de ne jamais renoncer à la recherche, à l’aventure, à la vie, à l’amour,
car la vie est une magnifique aventure et nul de raisonnable ne doit y renoncer sans livrer une rude bataille.
Je vous souhaite surtout d’être vous, fier de l’être et heureux,
car le bonheur est notre destin véritable. »

Je rappelle que ces voeux de Brel furent entendus pour la première fois sur Europe le 1er Janvier 1968 , hier quoi …

Bonne année 2017 et surtout n’oubliez pas qu’exister, c’est toujours aller plus loin, c’est survivre à des choix impossibles.

( 21 août, 2016 )

Pourquoi un amour peut être impossible à oublier ?

Nos vies sont jalonnées d’amour et de passions que nous vivons plus ou moins sereinement et puis, un jour, l’une d’elles va nous plonger dans ce drame, l’impossibilité d’oublier.
« Voilà, c’est fait. J’ai replongé dans cette nostalgie. Pourquoi ne puis-je l’oublier ? Des années que nous ne sommes plus revus et il continue à hanter mes nuits. Ce fut tellement unique cette relation, ces mois à croiser nos routes, à effleurer nos rêves puis ce jour où il a enfin osé m’embrasser, malgré sa situation. J’ai beaucoup aimé dans ma vie, j’ai embrassé de nombreuses bouches, mais Lui, c’était différent, non qu’il embrassait mieux qu’un autre, mais simplement parce qu’il était Lui »
Extrait des Confidences de Carla.

 

Pourquoi comme Carla, ces amours sont si forts ? J’aurais tendance à dire que ce sont les fantasmes, les regrets voire les remords qui laissant place à l’imaginaire rendent cet oubli impossible. L’idée même que cet amour puisse être impossible renforce son désir d’exister et par là même s’oppose à la raison. Le souvenir de ce qui aurait pu être et qui n’est pas, rend au final cet amour unique. C’est aussi pour cette raison, que nous auteurs, nous adorons écrire sur cette émotion à la fois unique et si fréquente, qui touche tout le monde grands et petits. Cet amour en général ne fut pas choisi, il arriva, prit possession de l’âme et s’y installa. Des signes parfois offerts au compte goutte suffirent à faire s’envoler l’imagination. Nous sommes tous susceptibles de vivre une telle histoire un jour, la rencontre qu’elle ait durée un jour, une semaine ou un an. Sa force réside dans son impossibilité à durer induisant à la fois ce désir et cet espoir.
Une histoire achevée, sauf si les deux protagonistes ne l’ont pas choisie, ce qui est rare, l’est pour de bonnes raisons. On ne cesse pas de se voir si on s’aime vraiment, si on est bien ensemble. Il y a toujours une raison. Laissons donc les fantômes du passé dormir sauf si comme Carla, ce ne fut pas un choix mais une obligation, alors un amour impossible devient un deuil impossible. Que faire ? Espérer juste que cette attente ne soit pas vaine et surtout ne jamais oublier que nous sommes responsables de ce que nous donnons à aimer, de la raison pour laquelle nous aimons et de ce que nous attendons de l’amour.

 

Les Confidences sont en préventes sur les sites fnac et Amazone

|