• Accueil
  • > Recherche : amour réciproque
( 17 décembre, 2018 )

L’amitié

Je lisais dernièrement une jolie citation sur l’amitié qui ne donnait que des superlatifs à l’amie ou l’ami, du style, une amie, c’est …

Dans l’absolu, j’étais totalement d’accord, mais la réalité est-elle la même ?

« Une amie sait te remonter le moral quand tout va mal », j’ai envie de dire, oui, si elle le sait, car même aux amis, beaucoup de personnes ne veulent pas dire que cela va mal, beaucoup s’imaginent que « l’autre » sait, ou simplement ne veulent pas déranger. Dans l’idéal, effectivement, les amis savent dire les mots qu’il faut à condition d’avoir perçu le mal être chez l’autre. J’ai envie de dire qu’à quinze ans, c’est facile, car on ne vit que pour l’amitié, mais adulte, chacun a sa propre vie, et si l’autre ne vient pas cogner à notre porte pour demander de l’aide, on ne peut nécessairement le savoir.

« Elle te fait rêver quand tu ne veux plus espérer. » Là encore, je m’interroge, est-ce le rôle de l’amitié de faire rêver ? N’est-ce pas pousser l’autre dans l’illusion ?

Plutôt que ces jolies phrases toutes faites, j’ai plutôt envie de donner ma propre version de l’amitié, qui n’engage que moi. Déjà, l’amitié est un sentiment réciproque entre deux personnes. Je ne crois pas qu’une amitié unilatérale peut perdurer, fondée sur des passions communes, des goûts souvent similaires même si on peut tout à fait être amis avec des personnes différentes de nous. L’amitié est totalement dénuée d’exclusivité, et c’est important. La vraie amie ne sera pas jalouse d’une autre amie. Dénuée également d’attirance sexuelle sinon on va flirter avec la relation amoureuse amicale et non plus l’amitié avec un grand A.

Pour moi, l’amitié repose sur la confiance absolue. Trop de personnes, à l’ère des réseaux sociaux, se disent des amies et s’amusent à faire des captures d’écran pour ensuite s’en servir comme d’une arme. Ces personnes sont indignes du mot « amies ».

Ensuite, être amis, c’est s’engager, non pour satisfaire un besoin d’un moment ni pour combler une solitude, mais s’engager dans la durée. On n’est pas amis juste un mois pour satisfaire un ego. L’amitié se doit d’être honnête et authentique.

En amitié, le mensonge, les magouilles, les manipulations ne doivent pas exister.

On peut ne pas être d’accord, mais on ne peut pas mentir à l’autre, s’immiscer dans sa vie, lui faire volontairement du mal.

Trop de personnes mélangent les bonnes copines qui sont là pour aller danser ou au cinéma, et les amies qui seront dans l’ombre, prêtes à sortir les griffes si quelqu’un veut détruire cette amitié.

Une amie ou un ami seront toujours là si on les appelle au secours, tout en restant discrets si on a besoin d’espace. Ils ne jugeront jamais nos actes, se contentant d’écouter, de donner leurs avis si on leur demande. En tous les cas, ils ne nous lâcheront jamais la main sur un coup de tête ou une dispute, car il ne faut pas se leurer, même en amitié, on peut parfois se fâcher, mais la vraie amitié devrait résister à tout. « la vraie amie, c’est celle qui nous serre dans ses bras ». Alors là, je ne suis pas tout à fait d’accord n’étant pas tactile. Je peux aimer mes amis, être là pour eux, et ne pas savoir les réconforter physiquement, mais leur donner mon énergie et mon amour psychologiquement .

En tous les cas, l’amitié est un lien précieux qu’il faut savoir préserver encore plus que l’amour, une valeur vraie, peut-être une des rares qui reste aujourd’hui.

 

EBFA59EA-F83B-4CBC-9EE3-5F87DD5BC546

( 11 octobre, 2018 )

La confiance

La confiance est une des choses qui me semble le plus important dans notre relation avec l’autre. Faire confiance n’est pas toujours chose facile surtout lorsque l’on s’est déjà fourvoyés. Sans elle, rien n’existe, rien n’est possible. La confiance contrairement à ce que l’on croit ne peut se détruire en un claquement de doigt, elle va, certes, s’égratigner, mais si on croit en l’autre, on ne va pas couper ce lien.

La plus belle confiance est celle que l’on partage dans une relation d’amitié, où les confidences vont s’inscrire avec la durée, où on apprend à connaître l’autre, où on lui fait cadeau d’un mot, d’un autre, où cette confiance augmente avec le temps passé à s’écouter. Parfois il n’y a nul besoin de se voir ni de s’écrire, on sait juste que « l’autre » est là, toujours, dans l’ombre, prêt à surgir si on appelle au secours.

Seulement, parfois, on se trompe de partenaire d’amitié, et cette dernière ne peut survivre sans une amitié réciproque.

Nous sommes dans une époque où tout va trop vite, où tout le monde se dit amis après un déjeuner ou un verre partagé. Je suis d’un autre temps, celui où on apprend à regarder les autres, à écouter leurs silences, à aimer leurs imperfections. Là, la confiance est nécessaire. Elle s’inscrit de manière indélébile. Si j’offre ma confiance, c’est un cadeau, un vrai, certainement fait de matière précieuse.

Qu’est-ce qu’un véritable ami ? Une personne qui est là pour nous quoiqu’il advienne, sans rien dire, sans juger surtout. Quelqu’un qui va automatiquement réagir si l’absurde s’invite dans nos vies, dont la présence sera là, omniprésente mais discrète. L’ami sera celui qui s’éclipsera doucement lorsque nous vivrons un nouvel amour, lorsque nous réclamons des moments de solitude. On doit pouvoir avoir confiance en nos amis les yeux fermer, pouvoir à travers leur simple sourire panser nos craintes, pouvoir surtout savoir qu’ils seront là, toujours.

 

J’ai l’immense chance d’avoir des amis merveilleux que je remercie. J’en ai d’autres aussi qui ont trahi ma confiance, qui ont lâché ma main sans regret, sans même venir me parler, en jugeant simplement sur des faits non fondés, et puis il y a aussi tous les autres, ceux qui se disent nos amis, ceux à qui ont offre soutien et confiance et pour qui on n’est au final que des pions sur un échiquier, interchangeables.

Et puis il y a les parasites, ceux qui s’incrustent sur les réseaux pour combler leur vide …

En tous cas, vous l’avez compris, lorsque je donne ma confiance, si vous en prenez soin, elle grandira avec le temps et sera à vie !

 

4893953E-A63C-4DC1-BB6C-625E69A47CEE

( 28 août, 2018 )

L’amour à sens unique

 

L’amour est la plus belle chose qui existe, qui peut faire rêver, qui peut pousser à se surpasser, mais aussi qui peut faire violemment souffrir. Une relation à sens unique est vouée à l’échec. Cette situation peut s’avérer frustrante, destructrice.

Un amour à sens unique est comme une porte fermée qui refuse de s’ouvrir. On ne tombe pas amoureux par hasard, tout comme on ne choisit pas de qui on tombe amoureux. Cela arrive, tout simplement. Seulement parfois, cet amour si violent, si fort, l’autre n’en a que faire. Soit il refuse cet amour parce qu’il n’a aucun sentiment, soit il va juste se vautrer dans du sexe et sera paniqué face à ces sentiments, soit encore c’est un manipulateur.

Cette relation pourtant est unique, ce coeur qui bat plus vite quand vous le voyez, cette impression de vous liquéfier entre ses bras, ou simplement lorsque vous attendez qu’il se décide. Seulement voilà, il ne se décidera peut-être jamais.

Peut-être pas faute d’amour, mais surtout faute de courage. Et on se retrouve avec un amour à sens unique qui va vite boire la tasse.

Le pire sont les amours à sens unique où vous aimez à en crever, et lui ne le sait pas ou bien encore pire, lui ne veut vraiment pas le savoir. Alors commence une vraie descente aux enfers, car quoique vous fassiez, vous ne pourrez jamais effacer cet autre qui vous obsède. Vous seriez prêt à tout donner pour juste un nuage de bonheur, vous seriez prêt à pactiser avec le diable pour vivre un moment de véritable amour partagé.

L’amour non réciproque s’invite aussi dans des couples institutionnalisés. Parfois, on s’éloigne. Un des deux continue d’aimer. Et là encore la douleur s’installe et ne part plus.

Le doute, ce fichu doute, danse sur le sable, mais la certitude tue.

Aimer, je le redis, est une chose merveilleuse. Seulement, le véritable amour ne devrait jamais faire souffrir. Si votre coeur saigne, c’est qu’il est temps d’oublier, de passer à autre chose, simplement parce qu’à un moment vous avez cru que cet autre était exceptionnel, merveilleux, sans défaut. Vous l’avez idéalisé. Vous avez idéalisé cet amour, vous l’avez façonné. Malheureusement, ce n’était pas le moment, il vous a échappé, mais la vie, votre vie n’est pas terminée.

Comptez le temps que vous avez perdu à l’attendre. Il n’est revenu ? Il ne vous a pas appelée ? Il est temps de fermer le chapitre. Il ne vous a jamais aimée.

 

F3C28A4C-6742-41EF-AA75-6B8D6E7FC27E

( 17 mai, 2018 )

Ces personnes qui vous rendent meilleures.

On a tous en mémoire une personne qui par son charisme, son dévouement ou sa philosophie, nous a rendu meilleur. Que ce soit en amour ou en amitié, ce sera cette personne qui va s’imposer comme une évidence, non par rapport à une attirance physique ou sexuelle, mais juste parce que notre coeur et notre raison vont nous pousser à mieux connaître cet autre. Ce sont des relations merveilleuses où tout se joue en quelques notes, souvent sans besoin de mots, où chacun comble certainement des manques. Ce sera le peintre que nous allons croiser et qui va nous pousser dans une direction artistique, l’amoureux des mots qui va réveiller notre don de plume, le casse cou qui va nous pousser à laisser nos peurs etc Chacun va rencontrer dans sa vie une ou plusieurs personnes qui vont lui permettre d’avancer, de se surpasser. Ce sont ces êtres avec qui on va se sentir bien tout simplement. La différence avec des vrais amis réside dans cette attirance réciproque qui fait que le temps n’a aucune importance. Les routes peuvent se séparer, puis se retrouver, tout sera toujours magique, que l’on se soit vu la veille ou dix ans plus tôt. Ces rencontres sont rares, elles ne sont pas préméditées, elles ont simplement cette qualité, celle d’exister, et entre nous, c’est magique. Elles peignent nos vies en couleur …

 

A3952CE8-49F9-4BB7-AF80-E818D7FBEAA8

 

 

 

( 2 mars, 2018 )

À qui peut-on vraiment faire confiance ?

 

Il est de plus en plus difficile de faire confiance. Serait-ce dû à l’ouverture sur le monde via les réseaux sociaux ou simplement à l’égoïsme humain de plus en plus fort de nos jours ?

Dans ma vie, j’ai toujours fait confiance aveuglement, pendant longtemps je ne me suis pas trompée sur les autres, la confiance était réciproque, sincère, spontanée, jusqu’au jour où … J’ai bien essayé d’offrir une seconde chance voire plus, mais je me heurtais à un mur, l’ami qui n’en était pas, cette autre qui ne cessait de mentir. Je ne savais plus qui croire.

J’ai enfin appris et accepté que je n’étais pas responsable de n’avoir pu anticiper les réactions de ces personnes, que j’étais à des années lumières de ce qu’elles étaient, simplement parce que le mensonge et la volonté de nuire n’ont jamais fait partie de mon vocabulaire.

Sans confiance, les relations sont impossibles. Je les ai donc stoppées, et quel bonheur, cette liberté !

J’ai beaucoup réfléchi ces derniers temps sur cette confiance universelle, et je pense qu’il faut surtout se faire confiance à soi-même. Ce n’est pas parce que l’on s’est trompé sur une ou deux personnes que toutes ne sont pas fiables. Il faut simplement rester prudent, sans devenir pour autant parano.

Il est important de ne faire confiance que si on le sent vraiment, tout en gardant une parcelle de doute afin de ne pas se briser. Cela implique la confiance dans tous les domaines, professionnels, médicaux … Je pense entre autre au secteur médical qui est de plus en plus en problème. Les médias parlent tant d’erreurs médicales, de nouveaux médicaments qui ont de graves effets secondaires , de médecins qui ne s’investissent pas ou qui n’ont aucune empathie, alors faire confiance est difficile. Il ne faut pas hésiter à changer de médecin jusqu’à trouver le bon, car douter ne pourra conduire à une guérison.

Pareil avec l’alimentation, on ne sait plus quoi manger. Il y a tant de pesticides, de cochonneries que si on se pose trop de questions, on ferait sans cesse la diète, et on ne peut malheureusement pas manger que du bio ( clin d’oeil à un ami … )

 

En résumé, faire confiance est primordial dans toutes relations, mais il faut se laisser le bénéfice du doute au début d’une relation, autant en amitié qu’en amour. Ne pas foncer tête baissée simplement parce que le feeling passe bien, car les manipulateurs rentreront directement dans cette faille.

Prendre le temps surtout de faire connaissance, de poser des pierres afin de savoir s’il est vraiment sincère. Notre société va vite, trop vite, tout le temps. Il faut savoir prendre son temps, créer comme le Petit Prince, du lien, du vrai.

Ensuite, et seulement à ce moment-là, on peut donner sa confiance à l’autre.

Ne surtout jamais oublier qu’une confiance brisée peut se réparera une fois, mais pas à l’infinie, et un jour, on passe à autre chose, tout simplement.

( 11 février, 2018 )

Il l’aimait trop …

 

Que ne fait-on pas par amour ? Les faits divers narrent souvent des histoires de personnes qui à trop aimer, ont dérapé. Heureusement, le passage à l’acte reste rare, ce qui est rassurant, il n’en demeure pas moins que se pose la question de trop aimer …

L’amour est quelque chose de beau, de sain, et nous ne devrions jamais devenir une victime de l’amour. Aimer ce n’est pas donner trop ni se perdre dans une relation. C’est pathologique. Trop de personnes compensent les fractures de leur enfance en aimant trop, en sur protégeant leur partenaire jusqu’à les priver de leur liberté.

Une amie me disait dernièrement que son amoureux l’aimait à la folie, la preuve, « il lui interdisait de sortir sans lui ». Comment dire ? Où se trouve cette magnifique preuve d’amour ? Dans une prison d’amour ?

L’amour c’est un don réciproque et permanent que l’on soit dans une relation institutionnalisée ou une relation plus discrète. Ceux qui me disent que les femmes qui aiment sans rien attendre en retour, sans rien espérer, sont heureuses,  je ne peux qu’être dubitative sauf si elles sont en couple et ont donc déjà une stabilité. Tout comme une plante, l’amour a besoin d’eau pour vivre, de contacts, même si la distance sépare certains, le lien ne doit pas être rompu sinon il se meurt.

Autant on peut choisir de se sacrifier ( et Dieu sait que je n’aime pas ce mot) pour l’autre, en le laissant partir ou en lui offrant la sécurité dont il a besoin, autant la vision d’Héloise attendant Abelard est tout de même irréelle. Ce n’est pas aimer que de vivre ainsi en nonne en attendant le retour de l’hypothétique amant. C’est aimer l’amour, aimer son symbolisme, mais non aimer la personne. Comment peut-on aimer une personne avec qui on ne partage rien ou plus rien ? On n’est plus dans l’amour, mais dans l’obsession. C’est un sujet que j’aime beaucoup traiter dans mes romans, car beaucoup trop de personnes mélangent les deux, et s’y perdent. Il est important de voir la réalité en face, de ne pas toujours rejeter sur l’autre nos propres frustrations. Bien sûr on a pu s’éclater avec une personne et pourtant après on ne ressent plus rien, on a pu aussi tomber amoureux d’une personne qui ne nous aime pas, trop aimer c’est s’accrocher alors qu’il n’y a plus d’espoir, alors que lors du dernier face à face tout fut dit, parfois même avec brutalité.

Alors allez-vous me dire, c’est si mal d’aimer trop ? Rien n’est mal si on n’en souffre pas. L’important étant de ne jamais laisser d’espoir à une personne si tout est vraiment fini. Ne pas entretenir de rêves irréalisables. En clair, aimer c’est être simplement honnête envers les autres et envers soi-même.

( 19 novembre, 2017 )

L’amitié est-elle toujours réciproque ?

Nous avons tous besoin d’amis pour nous construire. Nombreux psychiatres ont fait la constatation que la plupart des psychopathes n’ont eu que très peu d’amis, n’en éprouvant pas le besoin. Nous avons besoin d’amis sur qui compter, car seuls, nous ne sommes rien. Des amis « vrais » pour nous, qui ne posent pas de questions, qui nous prennent dans leurs bras juste pour nous soutenir. Ce sont des vrais amis.

Et puis, il y a les autres, ceux qui se disent nos amis simplement pour combler un vide, ceux qui ne sont là que pour raconter leurs petites misères, pour demander conseil, pour combler leur propre manque d’amour familial ou leurs blessures du passé. Ceux-là ne sont pas de vrais amis, ce sont même, pour certains, des personnes nocives qu’il faut fuir avant d’être avalés. Nous en rencontrons tous dans notre vie, ces personnes qui nous bombardent de sms ou de mails quand elles vont mal, et le jour, le seul jour, où nous avons besoin d’un retour, d’un geste de pure confiance, il n’y a plus personne.

Ne croyez pas que seuls les jeunes sont égoïstes, ce comportement est de plus en plus courant dans notre société où chacun veut que l’on pense comme lui, que l’on réagisse comme lui.

Parfois, je me demande ce que je fais encore dans ce monde, certainement trop gentille, je fais spontanément confiance, et je me retrouve trop souvent face à « de faux amis » que j’aide, que je remets sur pied. Ces amies toxiques, je n’en veux plus, j’ai donné, je choisis les vraies amitiés, celles qui ne demandent rien, qui savent sans rien dire, qui n’ont pas besoin d’être là tout le temps, mais qui sont comme notre ombre prêt à nous rattraper si on trébuche, la main tendue si on tombe. Ces amies qui ne jugent pas, qui ne critiquent pas, qui nous aiment pour ce que nous sommes vraiment avec nos faiblesses, nos défauts, nos failles.

Les vraies amitiés se basent sur l’authenticité, la confiance, la sincérité. Je suis très fière d’avoir de vrais amis qui se reconnaîtront et j’espère qu’ils sont également fiers de notre amitié.

 

( 24 juillet, 2016 )

L’amour est-il toujours réciproque ?

Amusée en lisant sur un post des échanges vifs à propos de cette célèbre phrase de Lacan  » L’amour est toujours réciproque » prononcé le 21 novembre 1972 lors d’un séminaire. Rendons à César ce qui lui appartient, la phrase exacte était :   »L’amour, certes, fait signe, et il est toujours réciproque. » Prendre une phrase hors contexte induit inexorablement un désir de montrer aux autres ou à une personne ce que l’on voudrait qu’il soit. La déduction faite ensuite rapidement conclut que l’amour est réciproque et donc toi, qui me lis et que j’aime, tu ne peux que m’aimer. Ah si c’était si simple !
S’il suffisait d’aimer pour être aimé en retour, le monde se conjuguerait en un arc en ciel de bonheur. Malheureusement l’amour reste un acte narcissique dans lequel trop de personnes se perdent, incluant l’autre dans leur propre sentiment.  » Je t’aime donc puisque je t’aime cela devient ton affaire, tu es responsable de cet état puisqu’il y a quelque chose en toi qui fait que je t’aime. » J’ai envie de dire  » Et alors ? C’est ton problème, pas le mien. »
J’aime beaucoup plus une autre phrase de Lacan :  » Aimer c’est donner ce que l’on n’a pas à quelqu’un qui n’en veut pas. »
Trop fréquentes les relations de notre époque favorisées par les messageries ou les textos, permettant à chacun de se construire un amour qui au final n’existe pas. Rapidement les personnes y apposent le mot « aimer » ou le « nous » révélateur d’une vraie relation qui au final répond juste à un manque des deux individus. Pour l’un ce sera un brasier de fantasmes permettant de mettre du pigment dans une vie devenue terne, pour l’autre ce sera un pansement sur des plaies, un moyen de remplacer un amour perdu.
Réciproque ? J’ai beau tourner ce mot dans tous les sens, je ne pense pas que l’amour soit toujours réciproque voire pire je pense qu’il y a toujours un des deux qui aiment plus que l’autre. Tomber amoureux, c’est se donner des ailes, s’envoler toujours plus loin. C’est une façon d’exister de nouveau, mais trop nombreux ceux qui tombent dans le piège de cette chute, ne tombant pas amoureux de la dite personne mais simplement de l’amour, car il faut bien se l’avouer, l’amour c’est si bon ! On en redemande …
L’amour est ce que l’on va chercher à réaliser, ce que l’on veut chercher à réaliser, cette union que nous voulons rendre réelle alors que l’on sait au fond de nous que sauf miracle, elle est irréalisable. J’ai lu un commentaire disant que l’amour cherche à suppléer l’absence de rapport sexuel. Pour moi, c’est totalement utopique et peut conduire à de grosses dérives et là je m’oppose totalement à Lacan qui dit que l’amour est totalement asexué. On n’est pas au Moyen-Âge et faire l’amour reste la plus jolie communion amoureuse qui existe. Comme je l’ai écrit souvent dans mes romans, ma phrase fétiche, on ne choisit pas de tomber amoureux mais on ne peut pas non plus forcer une personne à nous aimer voire à nous désirer. Il n’existe pas de programmation de l’amour, juste des signes, des choix à faire et alors, seulement alors, parfois avec du temps, beaucoup de temps, l’amour sera réciproque.
Disons plutôt à l’autre : « Si tu veux un jour tomber amoureux de moi, sache que je t’aime tout simplement. « 

|