( 29 août, 2019 )

Lecture d’un roman coup de coeur

Quand la nuit devient jour de Sophie Jomain

Par ce roman, je suis sortie de ma zone de confort et quelle surprise ! Un véritable coup de coeur !

Un livre sur l’enfer de la dépression, sur sa descente aux enfers, sur ce miroir que sont les autres qui ne la comprennent pas, sur ce manque d’amour peut-être tout simplement.  C’est un livre sorti déjà il y a quelques années, dont on n’a pas tant entendu parler, un vrai bijou !

C’est l’histoire de Camille une jeune femme de i vingt-neuf ans en grave souffrance psychologiquement et qui veut mourir. Elle commence son histoire par : Je  vais mourir dans trois mois. Le 6 avril 2016. Par euthanasie volontaire assistée. »

 

Que dire de Camille ? Que si on est un temps soit peu emphatique, on va être touché par cette jeune femme qui choisit volontairement de mourir alors qu’elle est en bonne santé, que ce livre met en avant des problèmes graves de société comme l’anorexie, la boulimie, la dépression et remet en lumière le lourd débat sur l’euthanasie, sur le choix de mourir dans la dignité et la question : ce choix pourrait -!l s’appliquer à  tous les cas ?

Un très joli roman, une très belle fin, car l’auteure laisse le lecteur la choisir . On ne sort pas de ce livre sans un petit battement au coeur et qui se termine par cette phrase dont l’auteure en a fait le titre « Quand la vie devient le jour ». Un livre à lire écrit sur un sujet qui donne la chair de poule mais dans un style qui a une vraie « âme »

B61EA0E0-8EC1-4115-A3D5-26EB9F1E186D

( 23 avril, 2016 )

Apprivoiser l’absence

imageLes années passent, ton visage, aujourd’hui n’est plus que flou et je ne me souviens plus que de tes grands éclats de rire, de ton odeur lorsque tu venais te caler dans mes bras, de tes yeux noirs lorsque tu n’étais pas content. Pour n’importe qui, cela ferait vingt-huit ans, pour moi, c’était juste Hier que le crabe t’a emporté, mon enfant, mon amour.
Sache que même si j’ai apprivoisé l’absence, chaque seconde, chaque minute de ce dernier jour de ta vie sonne encore comme une chanson pleine de mélancolie.
Mon amour à jamais.

Christophe. 5 Mars 1985-23 Avril 1988

( 31 janvier, 2016 )

Lectures de Janvier.

Comme chaque mois, je vais un petit bilan des livres que j’ai lus ce mois-ci, un peu moins qu’avant vu le nombre de manuscrits qui me furent proposés par la maison d’édition à qui je donne un coup de main. Des livres bien différents, et pas de gros coups de coeur. Voici, mes avis :

Max de Sarah Cohen-Scali
Résumé :
« 19 avril 1936. Bientôt minuit. Je vais naître dans une minute exactement. Je vais voir le jour le 20 avril. Date anniversaire de notre Führer. Je serai ainsi béni des dieux germaniques et l’on verra en moi le premier-né de la race suprême. La race aryenne. Celle qui désormais régnera en maître sur le monde. Je suis l’enfant du futur. Conçu sans amour. Sans Dieu. Sans Loi. Sans rien d’autre que la force et la rage. Je mordrai au lieu de téter. Je hurlerai au lieu de gazouiller. Je haïrai au lieu d’aimer. Heil Hitler! »

Max est le prototype parfait du programme « Lebensborn » initié par Himmler. Des femmes sélectionnées par les nazis mettent au monde de purs représentants de la race aryenne, jeunesse idéale destinée à régénérer l’Allemagne puis l’Europe occupée par le Reich.
Glaçant, effrayant, dérangeant du début à la fin. Je ne trouve rien à ajouter sauf qu’il donne la chair de poule. Un livre propagande sur l’extermination monstrueuse des juifs. Se lit facilement. On n’en sort pas indemne.
L’effet Papillon de Adler Olsen

Résumé :
Marco, un adolescent de quinze ans, a passé toute sa vie au sein d’une bande de jeunes voleurs exploités par son oncle Zola. Un jour, alors qu’il essaie de sortir de la clandestinité, il découvre le cadavre d’un homme, lié à des affaires de corruption internationale, dans le bois derrière les maisons de son ancien clan, et doit fuir, poursuivi par son oncle qui veut le faire taire.
Parallèlement, l’enquête du Département V sur la disparition d’un officier danois, piétine. Du moins, jusqu’à ce que Carl Mørck ne découvre qu’un jeune voleur, Marco, pourrait avoir des informations pour résoudre ce cold case.
Déjà traqué par la bande de Zola, Marco déclenche malgré lui un tsunami d’évènements et se retrouve avec des tueurs serbes et d’anciens enfants soldats sur le dos. Aucun moyen ne sera épargné pour l’éliminer et gagner le département V de vitesse.

Mon avis
Je suis une fan des enquêtes de Olsen mais j’avoue que malgré un début prometteur, je me suis vite essoufflée et je n’ai pas fini ce livre avec plaisir.
Il n’y a aucun suspense, tout est joué d’avance. On ne retrouve plus le rythme du Département V. Livre qui pour moi est bâclé. J’ai tout de même eu du plaisir à retrouver les inspecteurs toujours plein d’humour et de blagues potaches. J’espère que le prochain sera mieux car ce fut une déception.
Ne t’arrête pas tome 1 et ne regarde pas tome 2 de Michelle Gagnon

Un vrai coup de coeur pour ce roman, tome 1, bien écrit, haletant que l’on a du mal à fermer.
J’ai été emportée par cette histoire pourtant très simple mais mettant en scène une situation assez angoissante, dans un monde qui pourrait être celui d’aujourd’hui. Il s’agit d’une série jeunesse bien construite, agréable à lire.

Par contre, je n’ai pas du tout accroché sur la suite « Ne regarde pas » que j’ai trouvé trop à l’identique. On assiste à la poursuite du projet Perséphone, Noa et Peter chacun de leur côté, déjà c’est une grosse erreur littéraire, s’entraident pour trouver des entrepôts où sont les adolescents SDF qui se font kidnappés et ouvrir le corps pour subir tout un tas d’expérimentations médicales. En somme, ce qui était prévu à la fin du premier tome, aucune surprise de ce côté là. Rien de nouveau durant tout le livre. Je me suis ennuyée ferme.

Pour moi le second tome fut fait trop vite dans un souci encore une fois de décision éditoriale. Résultat une franche déception. Dommage ! Il y avait du potentiel.
Le crime était signé de Lionel Olivier

Prix du Quai des Orfèvres 2016

J’avoue vu le prix que je m’attendais à un vrai petit bijou,comme quoi les prix peuvent être porteurs de frustration. Auteur de polars moi-même j’esperais  l’exceptionnel.
Ce roman reste pourtant un bon polar bien construit avec une bonne intrigue et l’immersion dans le 36 est fort sympa. Je noterai un bémol, la difficulté à reconnaître les personnages dont on passe du nom au surnom. Un bon moment de lecture mais pas un coup de cœur ni un grand cru littéraire d’où ma surprise encore de ce prix.
La lecture quant à elle reste facile, agréable et ce livre mérite d’être découvert pour son milieu policier.
Code 93

Polar dont l’immersion dans le département de Seine saine Denis est fort réaliste et l’histoire est plutôt bien construite. On sent le premier roman, pas complètement abouti et c’est un peu dommage, tout comme les personnages un peu trop caricaturaux ( la blonde cheveux courts du style camionneur est limité misogyne). Un peu trop cliché par moment mais l’étude de ce département est complète et j’ai bien
accroché au dénouement qui surprenant donc un bon bilan !

( 28 décembre, 2015 )

Retour sur 2015 : mes écrits.

 

Toujours en mode bilan, cette fois de mes écrits et publications de cette année.
Carla fut un moment fort lors de sa parution en version papier à l’occasion du salon du livre de Paris. Vous êtes nombreux à me demander pourquoi sa publication fut stoppée, tout simplement parce que ce n’était qu’un coup d’envoi, le lancement en papier de la maison d’édition les Ateliers de Grandhoux. Une suite ? Le second tome est écrit. Une autre aventure à vivre en 2016 peut-être ? Ce n’est plus de mon ressort :)

Le dernier volet de ma trilogie policière BLEU est sorti ensuite en Avril. Moins de ventes , juste une centaine, que pour ROUGE ayant un peu boudé,  faute de temps et de soucis personnels, la communication et la promotion. Tous les retours de lecteurs furent positifs et encourageants. Je n’écris pas pour faire du chiffre mais des heureux.

Durant toute l’année 2015, je me suis attaquée par vagues à mon essai Hashimoto, mon amour qui a vu le jour début Septembre 2015 aux Ateliers de Grandhoux. Cet ouvrage était important pour moi car il clôturait un cycle, donnant un sens à un non-sens. Là encore, une aventure au parcours difficile, souvent critiquée et attaquée sur les réseaux sociaux sans raison et l’immense satisfaction, malgré les aléas du diffuseur qui n’a pas respecté ses délais, qui n’a fait aucune diffusion nationale dans les grandes surfaces, d’avoir atteint mon but. Des retours de malades heureux, certains se sentant libérés grâce à ces quelques lignes et dernièrement des messages chaleureux de médecins. Que demander de plus à un tel livre ? J’espère qu’en 2016, il continua son petit bonhomme de chemin mais au fond, peu importe. Il a eu le mérite d’être. Vous avez été nombreux à me souligner qu’un tel ouvrage nécessiterait une publicité et une communication continuent ce qui s’avère difficile. Seules les grosses maisons d’édition ont le personnel pour une telle envergure. Je n’en veux pas à mon éditrice pour cela. J’ai signé ce contrat en connaissance de cause, autant pour elle que pour moi et surtout j’ai réalisé mon objectif. La maladie est mieux connue, des inconnues me remercient même dans la rue.

Mon prochain polar ? Vu que ma plume reste rarement au repos, j’ai également écrit durant l’été et l’automne 2015 une nouvelle aventure policière de l’inspecteur Bourgnon  » NOIR, Aux frontières de l’âme . » qui sortira courant 2016 aux Editions Edilivre.

Mes projets ? Je me suis lancée il y a quelques semaines un nouveau défi : écrire une dystopie pour les jeunes. Le démarrage fut difficile car c’est un genre que je ne lis pas mais il me semblait important de voir si j’étais apte à me diversifier. Je suis assez contente du résultat. Je m’amuse beaucoup à taquiner ce style particulier qui me plonge dans l’univers fantastique. Si j’arrive à le finaliser, je pense le publier en auto-édition pour le fun sauf si une maison d’édition spécialisée dans le fantastique s’y intéresse. J’aime écrire et l’important pour moi reste d’être lue par le maximum de lecteurs donc il me semble nécessaire de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier sinon on se retrouve enchaînés voire écœurés du monde de l’édition et on se détourne de la passion d’écrire.

Ensuite ? J’ai une autre idée pour une future aventure de mon cher Antoine, encore plus tordue comme mes lecteurs les aiment et aussi une idée pour un roman romantique-historique.
Pas le temps de m’ennuyer en 2016 …

En résumé : 2015 fut une excellente année, très productive et qui amorce de jolies choses pour 2016.
Je compte sur vous pour être au rendez-vous ! D’accord ?

|