• Accueil
  • > Recherche : karine giebel
( 19 février, 2017 )

Ma passion pour les romans policiers

Mon amour pour les romans policiers n’est plus un secret, je suis tombée amoureuse des livres lorsque j’avais dix ans et que je me suis plongée dans la collection du Club des cinq ou des Alice ( détective). J’ai toujours aimé les histoires mystérieuses, les personnages intrépides qui vont au bout de leur quête. J’aime ces intrigues où l’on ne découvre pas le coupable, où nous sommes menés en bateau jusqu’à la dernière ligne, ce que j’essaie de faire moi-même dans mes propres polars. Je cherche toujours ce qui peut tant m’attirer tout comme mes lecteurs. Est-ce le frisson de trembler face à un serial killer prêt à décimer une ville ? Le besoin d’avoir peur.
Ma vie est jalonnée de lectures, tous ces personnages qui ont marqués ma vie, Arsène Lupin, Gaston Leroux, Agatha Christie, Miss Marple, et tant d’autres.
Aujourdhui, je lis toutes sortes de romans, mais ma priorité reste les polars.
Chaque année, un nouvel auteur voit le jour pour notre plus grand bonheur !
Vous êtes nombreux à me demander la liste de mes auteurs fétiches.
Difficile de faire un choix, mais je donnerai les suivants.

Jean-Christophe Grangé qui m’a vraiment permis de définir la structure du vrai polar moderne.
Franck Thilliez
Maxime Chattam
Harlen Coben
Karine Giebel (pas tous ses ouvrages)
Karin Slaughter
Donatto Carrisi
Mo Hayder
Bernard Minier
Dan Brown
Robin Cook
Patricia Cornwell
Michel Bussi
Et bien d’autres …

S’évader dans la lecture peut s’avérer une vraie bouée de sauvetage. L’année où j’ai lu le plus de livres fut certainement celle où mon fils était en chimio nous obligeant à rester des heures à veiller sur son sommeil, que ce soit à hôpital ou chez nous. Sans les livres, je ne pense pas que j’aurai pu me sortir la tête de l’eau. Un grand respect à tous ceux qui procurent ainsi un petit souffle de bonheur grâce à leur plume, et j’espère y contribuer un peu.

( 26 mars, 2016 )

Coin littéraire

Deux sorties récemment acheté qui me laissent sur ma faim ( et pourtant ce sont théoriquement des maîtres du genre).
En clair, lisez si on vous les prête, vous passerez un moment sympa mais rien hors du commun,  ne dépensez pas vos deniers durement gagnés pour ces romans. Je m’interroge tout de même sur ces grands auteurs qui soudainement ne produisent plus de bons textes. Écrivent-ils toujours pour le plaisir ou bien serait-ce cette obligation de fournir un manuscrit à une date précise qui limiterait leur créativité ?

De Force de Karine Giebel

L’histoire est simple au départ. La fille d’un grand chirurgien se fait agresser et est sauvée par un charmant jeune homme que le père embauche comme garde du corps.
L’histoire se passe presque en huit clos avec peu de personnes. Tout tourne autour de lettres que reçoit le père. Qui se cache derrière tout cela ?
L’histoire est sympa même si ce n’est pas mon roman préféré de Giebel. J’ai vu mieux de sa part mais cela reste tout de même un bon polar attachant que j’ai lu avec plaisir jusqu’au bout.

Trois jours et une vie de Pierre Lemaitre.

« À la fin de décembre 1999, une surprenante série d’événements tragiques s’abattit sur Beauval, au premier rang desquels, bien sûr, la disparition du petit Rémi Desmedt.
Dans cette région couverte de forêts, soumise à des rythmes lents, la disparition soudaine de cet enfant provoqua la stupeur et fut même considérée, par bien des habitants, comme le signe annonciateur des catastrophes à venir.
Pour Antoine, qui fut au centre de ce drame, tout commença par la mort du chien… »
Le résumé nous met de suite dans l’intrigue et même si le démarrage est bon, l’histoire traîne en longueur et est triste, presque ennuyante. Je fus déçue car je m’attendais à vraiment mieux d’un ancien Goncourt. Même la fin me laisse perplexe. Franchement, très décevant.

|