• Accueil
  • > Recherche : passé appelle
( 7 octobre, 2022 )

Ceux qui brisent nos rêves

Dans une vie, on en rencontrera toujours, de ces briseurs de rêves, ceux qui éteignent les lumières que nous avons dans nos yeux, ceux qui soufflent sur notre flamme, jusqu’à la faire vaciller. Vous en connaissez tous. Ils usent de ces mots qui détruisent : tu ne réussiras jamais- tu ne peux pas- c’est trop tard pour toi- tu fais de la m****, et j’en passe. Notre monde négatif plonge les autres dans l’échec simplement parce que c’est plus facile de pousser les autres, que de leur tendre la main, plus simple de rabaisser l’autre. Je les appelle des « assassins de rêves », ces personnes nocives que chacun doit suivre jour après jour, minutes après minutes. Il faut laisser les rêves s’inviter même s’ils sont irréalisables, car d’eux va naître autre chose, quelque chose de peut-être différent, mais quelque chose de beau, quelque chose qui va nous faire simplement sourire.

9BA662BE-F0FB-4D7B-ABFE-741C3EB05B2E

( 31 août, 2022 )

Mes lectures de l’été juillet-août 2022

L’été. C’est le moment de replonger dans de vieux bouquins, de glaner des livres en dessous de notre PAL, de découvrir de nouveaux auteurs, parfois totalement inconnus, alternant entre un bon vieux livre papier et un numérique, histoire de garder une vue correcte. Un vrai bonheur ! 16 livres. De belles découvertes, de moins bonnes également, le jeu de la vie, tout simplement. Quelques rentrées littéraires fin août.

Ainsi gèlent les bulles de savon de Marie Vareille
Édition CHARLESTON

4/5

Un petit livre très gentillet, qui se lit facilement durant des vacances. Je n’ai pas ressenti l’émotion de certaines lectrices qui disent avoir pleuré, avoir été bouleversées. J’ai lu des romans bien plus émouvants. L’histoire reste banale, trois vies, trois époques qui vont se télescoper. C’est bien écrit, cela se lit facilement.

Un livre sympa !

*****

Comme deux gouttes de sang de Nicolas Nutten
Éditeur ‏ : ‎ Les Nouveaux Auteurs

5/5

Voilà une merveilleuse découverte prise au hasard de ma PAL. J’ai beaucoup aimé ce polar d’un auteur inconnu dont je n’avais pas entendu parler. Un polar rondement mené par des enquêteurs attachants, une intrigue qui tient bien la route. Un dénouement à la hauteur de toute l’histoire. J’ai vraiment apprécié cette lecture et je la recommande.

*****

Réparer les vivants de Maylis de Kerangal

Folio

5/5

Voilà un vieux bouquin lu sur les conseils d’un ami. Le style est vraiment excellent ! J’ai beaucoup aimé le plongeon dans les différentes vues des membres de la famille ou du personnel médical, en rapport avec ce drame, la mort d’un jeune homme de 19 ans. On assiste au dilemme terrible du don d’organes, et ce livre invite à s’interroger sur un sujet tabou, la transplantation cardiaque, son utilité, et surtout l’importance de donner son accord de son vivant.

Les personnages et leurs ressentis sont parfaitement décrites par Maylis de Kerangal.

Après on peut se demander pourquoi certains passages s’étiolent sans apporter à l’histoire, mais bon, c’est le jeu de l’écrivain.

*****

Michael l’invisible de Jean-Philippe Vest

Édition Souffles Littéraires

 

COUP DE COEUR

5/5

Que dire après avoir lu un tel roman ? On a tendance à rester sans voix un peu comme si on avait reçu un uppercut. Je ne m’attendais pas à un tel livre ! Quelle histoire ! Une histoire pas comme les autres que celle de Gabriel. Une histoire que l’on suit un peu comme un jeu où des indices sont semés, cherchant nous aussi à trouver LA vérité.

J’avais débuté ce livre avant mes vacances. Les cent premières pages. J’avais trouvé « sympa » ce retour sur cette star même si je ne suis pas une inconditionnelle. Sur le sable chaud, j’ai repris ma lecture, et là, j’ai plongé dans la véritable essence du livre. Impossible ensuite de le refermer. Alors que les non-fans se rassurent, ce livre est bien plus profond qu’un simple livre sur une star.

Vous l’avez compris, j’ai eu un énorme coup de coeur pour ce livre ( et pourtant je suis super difficile ! C’est une histoire particulière, diablement bien écrite, qui emporte loi, très loin, pour finir par une merveilleuse leçon de vie, voire philosophique de vie, avec laquelle je suis en parfait osmose.

Alors n’hésitez plus ! Si un seul livre vous fait de l’oeil cet été, ce doit être celui-là !

 

« On peut s’épanouir dans l’imagination et l’espoir. La vie, ta vie est ce que tu veux qu’elle soit. C’est seulement ta manière voir le monde et d’appréhender les événements qui compte. Le reste n’a aucune importance. »

 

« On ne vit pas dans le passé : on y puise en revanche les leçons qui nous font grandir et la force de surmonter les obstacles qui se présentent. On ne vit pas non plus dans le futur, mais malgré lui et ses incertitudes. Le seul moment où l’on existe , c’est le présent. Et ce présent est une fiction -ta fiction : c’est toi qui décides ce que tu veux voir, faire et croire. »

*****

Le trou de Yrsa Sigurdardottir

Actes Sud

3/5

J’ai suivi toute la série qui je trouve s’essouffle un peu. L’histoire reste sympa mais superficielle.  Un peu déçue…

****

Blackwater tome1 la crue de Michael McDowell

Les éditions Monsieur Toussaint Louverture

3/5

Sur les conseils d’une amie, j’ai lu ce roman, à la fois fantastique et classique, un peu étrange, il me faut bien l’avouer. Extrêmement bien écrit, avec une couverture magnifique. Je n’ai par contre pas ressenti l’engouement de certains même si j’ai passé un bon moment avec ce premier tome. Je n’ai rien trouvé d’extraordinaire hormis le personnage de la jeune femme rousse, et j’avoue que je m’attendais àun peu plus de rythme et de mystère. C’est une saga ( il y a une suite) et c’est lent, très lent. Je pense que c’est un livre qui a beaucoup surfé sur une excellente publicité ( et c’est tant mieux), mais le revers de la médaille, on s’attend à un très haut niveau.

Lirais-je la suite ? Par curiosité, certainement, et peut-être aurais-je une bonne surprise !

****

Le complot du Vatican de Berry

Édition Cherche Midi

5/5

J’adore ce genre de roman thriller-historico-ésotérique comme je les appelle, basé sur des faits tout en partant en digression. J’ai passé un excellent moment un peu comme si je regardais un film. J’ai apprécié ce nouveau personnage, Nick, bien sympathique donnant un rythme soutenu à ce livre. Bref, j’ai adoré tout comme beaucoup de romans de cet auteur. J’avoue pourtant férue de peinture, je ne connaissais pas l’Agneau mystique de Jan van Eyck que je suis immédiatement allée voir sur google. Intéressant, instructif, détendant, que vouloir de plus ?

*****

Tout près de moi de Lisa Jewell

édition Hauteville

5/5

Un bon rythme dans un style addictif, qui se lit très rapidement, une lecture idéale pour les vacances, sans prise de tête. J’ai adoré cette ambiance qui devient prenante et angoissante jusqu’à la dernière ligne où finalement on reste avec un questionnement. Une histoire qui tient vraiment la route !

Résumé de l’éditeur

Clare revient de loin : son mari a mis le feu à la maison qu’elle occupait avec ses deux filles avant d’être interné. Après ce drame, elle croit avoir trouvé le lieu idéal pour prendre un nouveau départ : un appartement avec un jardin partagé au cœur de Londres. Les résidents forment une communauté soudée, et Virginia Park est un lieu charmant, à l’abri du monde, avec des cachettes au détour de chaque sentier. Ses filles pourront y jouer en toute sécurité.

Mais une nuit d’été, l’impensable se produit. Alors que Clare a passé la soirée chez ses voisins, sa fille aînée, âgée de 13 ans, est retrouvée inanimée dans un bosquet, à moitié dévêtue. Qui a pu s’en prendre à elle ? La menace vient forcément du voisinage.

******

Des nouvelles du nord de Paname de Carnet de routines Jimmy Trapon

 

Plongeon total hors de ma zone de confort pour livre dont je n’attendais rien et qui au final s’est révélé une lecture facile à lire, m’immergeant avec le personnage principal, dont le quotidien restait un tourment permanent. Un roman tourmenté, avec parfois une pointe de cynisme qui ne laisse pas indifférent. Il faut bien sûr se fondre dans un vocabulaire châtié qui pourrait heurter certains, mais c’est pourtant ce qui fait de ce livre un ouvrage poétique comme si la vulgarité si bien tournée ajoutait un plus d’originalité.

J’ai particulièrement aimé le fait que le livre se referme sur une note d’espoir alors que j’avais peur d’une fin noire et sombre.

Un livre original à découvrir !

*****

La vie mensongère des adultes d’Elena FERRANTE

GALLIMARD

3/5

Je découvre cette écrivaine n’ayant jamais lu aucun livre d’elle et je reconnais que je ne suis nullement déçue. C’est un roman psychologique, basé essentiellement sur Giovanna autour de laquelle va se jouer des vies, celle de ses parents, celle de Vittoria, des vies pleines de mensonges, des vies qui vont la faire grandir. Bien écrit, je le conseille pour la fluidité livresque très agréable même si l’histoire ne m’a pas transcendée.

*****

L’ingénieur et l’artiste de CLR

KDP

5/5

Excellent !

J’attends toujours avec impatience les parutions de LCR, toujours une invite à la réflexion philosophique, que j’aime particulièrement. Le thème de ce livre, vous l’avez compris en lisant le titre du livre, est les mathématiques et le hasard ou pourrait-on dire, les mathématiques ou le hasard ? « Peut-on ne pas choisir sans raison, sans cause ? » Bonne question que pose l’auteur et qu’il va tenter de démontrer au cours de ce livre s’appuyant sur des histoires qui va titiller notre propre perception.

J’ai beaucoup aimé les anecdotes distillées avec une pointe d’humour, à savoir peut-on tuer son conjoint par hasard ? Certaines affirmations nous incident à fermer le livre un instant pour effectivement se poser la question face à des affirmations :« Pour moi, le pur hasard, comme je te l’ai dit, c’est le non choix. »

Dans cette œuvre littéraire, nous retrouvons les thèmes chers à l’auteur comme la notion de choix, la méditation, l’éducation. J’ai particulièrement aimé les passages sur la peinture. « Lorsque je peins, le hasard banal et ses probabilités n’interviennent pas ou peu, seul le hasard absolu, c’est-à-dire l’imprévisibilité agit en arrière-plan, une couleur s’oppose naturellement à une autre ou la complète, je ne choisis pas, les formes, les teintes s’imposent à moi. »

Je vous laisse à votre tour méditer sur ces phrases puis lisez le livre de CLR pour avoir sa vision personnelle.

« En science, le hasard est lié à la notion de probabilités. »

« Le bonheur arrive par hasard, sans qu’on l’ait recherché. »

« Les différences attirent davantage que les similitudes. »

« Pour réveiller les gens, il faudrait quelqu’un qui les secoue, un enseignant, un ami, un maître zen, par exemple. »

****

La bible perdue de Igor Bergler

Fleuve éditions

3/5

 

Voilà un pavé de presque six cents pages qui se lit plutôt bien même si le livre comporte quelques longueurs. C’est un thriller ésotérique comme on dit, avec des énigmes à la Dan Brown, bien menées, sur le thème de Dracula. Beaucoup de recherches de la part de l’auteur au niveau historique et pour qui aime l’Histoire, c’est passionnant ! Seulement  voilà, gros bémol, les explications sont longues, trop longues à rallonge  à tel point que l’on finit par perdre l’intérêt. Le personnage du professeur Charles Baker est bien sympathique et on le verra bien poursuivre une nouvelle quête à condition que l’auteur cesse des descriptions sans fin. Tout le monde n’est pas Victor Hugo.

Cela reste un roman à lire, sans vitesse surtout, car la base est intéressante, quitte à ne pas s’attarder sur les longueurs.

*****

Là où chantent les écrevisses de Delia Owens

Édition Point

4/5

Ce livre très poétique est vraiment un roman qui rend hommage à la nature au travers de l’histoire de Kaya une gamine des Marais que l’on va découvrir au fil des ans. Une belle histoire même si ce ne fut pas pour moi le bouleversement de certains.

****

Le livre des soeurs de Amélie Nothomb ( rentrée littéraire)

Albin Michel

3/5

Lire du Nothomb, c’est lire un livre très court ( 80 pages numériques), bien écrit, mais pas exceptionnel. J’avoue ne pas comprendre cet engouement pour cette autrice. L’histoire est assez insipide, sans grande originalité, celle d’une fille terne que des parents n’ont pas assez aimé et qui m’a aimé sa soeur à la folie.

Cela aurait tellement pu être mieux ! Un livre fait simplement pour vendre comme doit le vouloir l’éditeur !

Et pourtant, ça se lit. La fin n’est même pas interessante. Une déception, quoique non, un livre quin’est plus à la hauteur de ses premiers et c’est dommage.

****

Un miracle de Victoria Mas ( rentrée littéraire)

Albin Michel

2/5

J’avais aimé le style littéraire du «  bal des folles » de cette autrice, aussi la curiosité m’a poussée à lire ce second roman. Autant j’avais accroché dès le départ dans l’asile de la Salpétrière, autant là, je n’ai ressenti aucune émotion, me forçant à lire jusqu’au bout dans l’espoir d’une chute qui allait me laisser sans voix. Ce ne fut pas le cas. C’est bien écrit, mais …

*****

Le suspect de Fiona Barton

Fleuve noir ( Pocket)

5/5

Voilà un livre offert par une amie pour mon anniversaire que j’ai vraiment beaucoup aimé!

Extrêmement bien écrit, avec une intrigue captivante, je n’ai pas lâché le livre jusqu’à la dernière page.

L’histoire est celle de deux filles parties en Thaïlande retrouvées mortes, d’un jeune homme survivant, d’une journaliste Kate Waters qui se retrouve dans une enquête qu’elle n’avait pas prévue.

Excellent !!

****

EN APARTÉ de Isabelle Alma FRANC

BoD

5/5

Excellent !

J’ai adoré le premier livre de cette autrice EN APARTÉ. Un livre qui peut déranger par son originalité, par sa présentation. Un livre qui se lit comme une poésie qui berce, qui interroge, qui pousse à se poser les bonnes questions sur la vie, la différence, mais surtout un ode à l’Amour … qui transcende le temps. Bravo ! Un excellent roman à découvrir !

*****

 

Des livres que je ne noterai pas :

 

  • Ex Tenebris de Gilles Milo-Vacéri

Les éditions du 38

Déception. J’avais adoré les premiers romans de cet auteur.  Celui-ci est fade, mal écrit.

  • Après de Stephen King : pas accroché du tout.
  • L’anomalie ( hum les prix Goncourt, ce n’est vraiment pas mon trip) et impossible d’avancer dedans

09BD5951-FE24-43AD-A89A-5D943A1629EE

 

 

 

 

( 29 juillet, 2022 )

Mon investissement face à la MCL

Pas si facile d’être passeur de vérité, de vouloir dire ce qui est, de faire connaître ce que fut « sa » souffrance. Lorsque j’ai écrit le livre « Elle s’appelait Simonne », j’avais fait cette promesse à ma petite maman. J’espèrerais vraiment que son chemin dans cette maladie bien pourrie ait un sens, parce que pour moi, il n’y en avait pas ! Rien n’en a eu tout au long de cette maladie. Je voulais, elle voulait qu’il en existe un. Les mots furent difficiles à sortir, mais ils ont jailli, comme si la douleur pouvait éclabousser le monde afin d’éveiller les consciences. Durant ces trois ans, j’ai reçu des dizaines de messages de lecteurs me remerciant d’avoir posé les mots sur une souffrance qui était la même pour eux ou leurs malades.

Je me suis par ailleurs heurtée à l’inertie des associations qui n’ont pas joué le jeu. Un peu de communication n’aurait pas fait de mal à ce recueil, mais bon, les gens sont ainsi. Je me suis beaucoup investie « dans l’ombre » laissant la lumière à ceux qui en ont besoin.  L’important n’est-il pas au final que cette aide, si modeste soit-elle ait pu en soulager certains ?

Tristement, je dois bien le dire, je continue à naviguer sur les groupes et témoignages sur les réseaux sociaux dans l’espoir secret un jour de voir une lumière d’espoir, d‘apprendre que cette maladie ne serait plus incurable, qu’une porte existe et que ce n’est pas celle de la fin.

Alors je reste, dans l’ombre. Je réponds à ceux qui m’écrivent, je pense à ceux qui ont participé au recueil dont le conjoint ou la compagne sont maintenant partis. Je pense à ma maman qui n’est plus et même si parfois c’est pesant, car la maladie reste un fardeau, j’espère que du haut du firmament, elle se réjouit. J’ai écrit pour elle, sa maladie, pour vous, ceux qui avaient besoin d’entendre, alors continuez à écouter ce qu’elle avait à vous dire …

Merci à tous !

 

https://www.amazon.fr/Elle-sappelait-Simonne-sappelle-DCL-ebook/dp/B087G1QTBZ

4A2E2D45-BC90-4146-BF7A-9BA482891127

( 28 juillet, 2022 )

Cet attachement nocif au passé

Certaines personnes ont la fâcheuse tendance à ne vivre que dans le passé, ruminant une haine souvent injustifiée ou à l’inverse fantasmant sur des ex qui pourtant ne subissaient pas leurs éloges lorsqu’ils étaient ensemble. Je les appelle les «  jamais contents ! » Ils sont épuisants pour les autres. Ils réalisent complètement le dicton :  « L’herbe est plus verte ailleurs ! » Ils ont dans leur lit une femme ou un homme qu’ils disent aimer et pourtant ils vont s’empresser dès que cette dernière a le dos tourné d’aller téléphoner à leurs anciens coups de cœur ou simplement remplir leur téléphone de photos de leur ancienne compagne qu’ils disaient détester. ( je mets au masculin car cela semble plus courant chez les hommes même si certaines femmes y sont sujettes) Autant pour un roman cela fait des personnages haut en couleur, autant dans la réalité je m’interroge sur de telles attitudes. Quel besoin de s’attarder ainsi sur le passé ? Peut-être est-ce un moyen de rester celui ou celle que nous étions plus jeunes ?  Une chose est sûre, chaque expérience que nous avons pu vivre, que nous avons subi même en serrant les dents a fait de nous ce que nous sommes. Ce qui ne veut pas dire pour autant qu’il faut s’arrêter sur le passé, car comme vous le savez, pour moi seul l’Instant est important. Ne nous encombrons pas la route ! Elle est bien assez cahoteuse !

14359CC1-B6B1-4467-B763-E7A672686231

( 25 juillet, 2022 )

Les souvenirs

Chaque année, après avoir pris un an, c’est un peu la claque des souvenirs qui remontent …

images d’hier se rappellent à ma mémoire. Des bougies soufflées lorsque nous en avions moins sur le gâteau que sur les doigts d’une main, celles soufflées en présence de nos disparus, celles que des larmes noyaient … tant de bougies déjà, bien plus qu’il ne nous reste d’années à vivre. Les souvenirs peuvent être aussi bien un soulagement qu’une douleur. Les souvenirs restent gravés dans notre mémoire comme des images, comme si notre cerveau les avait stockées. Même si cela fait mal, il ne faut pas endiguer le flot de souvenirs qui s’invitent lorsque nous tournons les pages de notre vie, et surtout plutôt que déprimer sur le temps qui passe, il faut s’attacher au temps qui nous reste afin de nous permettre de créer de nouveaux souvenirs. N’empêche que le retour des vacances s’avère toujours un peu difficile, alors je vais plonger dans ces souvenirs puis faire un saut hors de l’eau vers le soleil et la vie !

( 14 juin, 2022 )

Il est temps de …

3 ans aujourd’hui ma petite maman que tu as quitté ce corps qui devenait si lourd à porter, une fin terrible où ils n’ont rien trouvé de mieux que de te laisser mourir de déshydratation. Fichu pays où on n’autorise pas les personnes à partir dans la dignité. Le temps a passé, car il passe toujours. Les aiguilles ont continué de tourner. Moi, je suis juste restée, une fois encore, avec un grand vide, celui de nos conversations, celui du temps que nous partagions. Un manque.

Je t’avais promis d’écrire ton histoire, je l’ai fait, d’aider une association qui fait des recherches sur cette maladie, je l’ai fait.

Seulement, il est temps pour moi de fermer cette porte qui me ramène à ma peine. Ton livre continuera son petit chemin, ou pas, peu importe. J’ai rempli ma promesse. Mon deuil est fait. L’avenir m’attend …

« Je me souviens encore de ce jour où elle est venue m’annoncer qu’elle était malade. Elle m’a balancé sans prendre de gants qu’elle était atteinte de la maladie de Parkinson, me laissant bouche bée, sans comprendre. Je n’avais rien vu. Elle trottinait comme un lapin, n’était jamais malade. Elle m’avait bien expliqué cette histoire de petits pas repérés par plusieurs médecins, mais à son âge, cela ne m’avait pas alarmée. Elle était extrêmement sereine. Je me rappelle de cet échange étrange, presque détaché, où elle me faisait juste part d’un fait avéré sur lequel il n’était pas utile de discuter. Elle a juste terminé avec un sourire : « Ouf ! Je ne suis pas Alzheimer ! »

Ah ! Si tu avais su ma petite maman !

Je te laisse partir aujourd’hui, sache juste que je continuerai de penser à toi, parce qu’une maman, cela ne s’oublie pas … Je t’aime !

 

https://www.amazon.fr/Elle-sappelait-Simonne-sappelle-DCL-ebook/dp/B087G1QTBZ

B3B8434C-9F3F-42A9-A32B-15B3C031812E

( 19 mai, 2022 )

Déjouer le destin

Contrairement à certains, je ne crois ni au Destin ni à la fatalité convaincue que nous avons tous notre libre arbitre, nos choix. Peut-être avons-nous une ligne de vie, peut-être, mais cette dernière ne peut être définitive. Je crois aux choix, à ces intersections où nous avons plusieurs routes qui s’offrent à nous. Je crois pertinemment dans les noeuds du destin, ces obstacles qui vont nous faire tomber, trébucher, déraper, mais qui nous feront toujours retomber sur nos deux pieds. Déjouer les pièges du destin, c’est toujours se relever, surtout lorsque l’on nous pousse à quitter la route. Cela s’appelle simplement la résilience, ne pas lâcher le fil rouge, jamais, ne pas reculer, jamais, ne pas rester coincé sur une marche.  Et surtout ne jamais s’encombrer du passé. Il a juste eu le mérite d’exister, cela ne veut pas dire qu’il faut vivre dedans, le plus important, c’est le présent !

03D00869-5458-4C52-AA95-8E9B836C60B6

( 31 mars, 2022 )

Mes lectures de mars 2022

Comme chaque mois, je vous présente mes lectures. De belles découvertes, de moins belles, curieusement pas toujours les têtes d’affiches qui m’ont fait vibrer !

 

Peurs en eau profonde d’Olivier Descosse

XO édition

5/5

C’est totalement par hasard que j’ai découvert ce livre d’un auteur pour moi inconnu, et j’ai adoré ! Les personnages, Chloé Latour, commandante de la brigade criminelle et Jean Sardi, chacun avec ses blessures m’ont séduite, un peu comme si à la dernière page, je quittais de vieux amis. Le style est agréable, l’histoire passionnante, avec ce thème des plongeurs qui m’a un peu fait penser aux livres de Cussler. L’intrigue policière est bien menée, sans s’essouffler avec régulièrement des rebondissements qui rendent le livre encore plus intéressant.

Une très belle découverte !

******

La quatrième feuille de Christophe Royer

Taurnada édition

4/5

Merci à Joël et à Taurnada édition pour ce SP. Ce n’est pas le premier livre de cet auteur et j’étais impatiente de découvrir en avant-première ce roman.  Je dois avouer que le début m’a semblé traîner en longueur, lenteur extrême, on ne sait pas où on va.  Heureusement, je n’ai pas lâché le livre, ne le faites pas ! Le rythme va monter en crescendo jusqu’à un énorme rebondissement qui m’a laissée sur le flanc.

L’écriture est agréable, fluide, facile à lire, et l’histoire plutôt sympa, celle de trois amis de jeunesse au cours de plusieurs années.  La chute est savoureuse, alors n’hésitez pas, même si je le redis, je déplore un début qui aurait dû être plus soutenu.  Cela reste un très bon livre.

L’histoire :

Aujourd’hui, Sophie a tout pour être heureuse : un mari aimant, une famille attentionnée, une amie fidèle, un travail qu’elle adore et une belle maison sur les rives du lac d’Annecy.

Pourtant, à la veille de sa première exposition photo, plusieurs faits troublants vont faire ressurgir des événements tragiques de son passé…
Un flic détruit par sa première affaire, une bande de copines inséparables, un amour toxique…
Et si le cauchemar recommençait ?

*****

Les douleurs fantômes de melissa da costa

Albin Michel

2/5

J’avais adoré «  Tout le bleu du ciel » et j’avoue de pas y avoir retrouvé l’émotion qui m’avait tellement touchée. Je déplore ces sorties plus ou moins imposées par les éditions à un rythme régulier, ce qui nuit à la profondeur des récits. C’est le cas pour celui-là qui est sympa à lire, mais juste sympa. Une histoire au demeurant plutôt banale même si on y retrouve les personnages d’un livre précédent de l’auteure.

Cela m’a un peu fait penser à une histoire Harlequin, avec une fin heureuse, prévisible. Mais voilà, il manque dans ce livre l’émotion avec un grand E. Dommage !

*****

Curieuses histoires de la propreté de Martine Magnin

Éditions Jourdan

5/5

Quel plaisir ce voyage au monde de la propreté !  Pourtant férue d’Histoire, que d’anecdotes j’ai découvert. Le style est savoureux, pétillant, piquant, et ce livre un puits de connaissances, certainement le fruit d’un énorme travail de recherche. L’ouvrage en lui-même est superbe, une couverture divine pour l’amoureuse de la peinture que je suis.

Un livre que je recommande fortement !

Il serait très utile dans les salles de classe pour initiation à l’instruction civique par le biais de la propreté !

*****

Signatures de  Tom Clearlake

Moonlight édition

4/5

Je ne me souviens pas avoir déjà lu un livre de cet auteur, en tous les cas ce fut une bonne pioche ! J’ai beaucoup aimé le thème, l’intrigue, les rebondissements, les fausses pistes. Le style est facile à lire et bien écrit ce qui est agréable.

Les personnages sont attachants en particulier Marion. Le personnage également de Bernard, écrivain face à la page blanche qui va se trouver embrigadé dans un jeu redoutable est fort bien analysé.

Quelques longueurs au milieu du livre, entre autre avec justement le personnage de Bernard, mais heureusement une fin à la hauteur, même si cette dernière nous invite, qui sait, à une suite possible …

*****

L’affaire Alaska Sanders de Joël Dicker

Édition Rosie&Wolfe

3/5

Pour ceux qui ont adoré le premier livre primé de Dicker, ce roman va les charmer. Personnellement, j’avais apprécié les précédents ouvrages sans avoir le coup de cœur national de beauté.

Je trouve que ses livres sont longs, dans le sens où l’auteur s’éternise, revient en arrière et au final sans rien apporter de nouveau.

Avec l’affaire Alaska Sanders, c’est la même chose. Cela se lit plutôt bien, car le style est agréable et bien écrit, mais que de retours en arrière en particulier sur l’affaire Harry Quebert. Peut-être utile si on n’a pas lu le livre mais vraiment pénible sinon.

En clair cela se lit, mais ce n’est pas le livre de l’année !

En plus pour un éditeur que de fautes d’orthographe et de syntaxe ! Ça pique vraiment les yeux.

Déçue ? Non car je n’attendais rien de ce livre trop plébiscité toujours signe de marketing et non de qualité.

« On ne rencontre pas un ami. Il se révèle à vous. »

*****

Matrices de Céline Denjean

Malgré d’excellentes critiques, je n’ai pas réussi à rentrer dedans. Je reprendrai peut-être plus tard.

 

*****

Maëlys de Jennifer De Araujo

Robert Laffont

5/5

J’ai hésité à lire ce témoignage, peur du côté médiatique, peur du côté patho, mais non, un très beau témoignage d’une histoire qui pourrait être un simple polar, mais qui n’en est pas un. Et puis qui n’a pas eu le coeur serré en voyant sur nos écrans le sourire de cette petite fille ? Qui n’a pas eu envie de vomir face à ce monstre qui l’a brisée ? Il n’y a rien à dire de plus. Juste des mots qui ne peuvent ressentir, comprendre que ceux, comme moi, qui ont perdu un enfant. À lire, en souvenir d’une petite fille qui n’aurait jamais dû mourir.

« Ma fille.

Tuée.

À 8 ans et demi.

Dans la nuit du 26 au 27 août 2017, Maëlys, une petite fille d’à peine 8 ans et demi, disparaît lors d’un mariage à Pont-de-Beauvoisin, en Isère. Il est trois heures du matin ; la terre s’ouvre sous les pieds de Jennifer De Araujo, la mère de l’enfant. Il y a la panique, les recherches, puis les soupçons : un invité de dernière minute, étrange et secret, avec qui Maëlys a parlé durant la réception. Il s’appelle Nordahl Lelandais.
Très vite, les indices s’accumulent. Plus ils accablent le suspect, et plus la recherche de la vérité se fait pressante pour la mère de Maëlys. Avec son conjoint Joachim et leur aînée, Colleen, elle veut savoir ce qui est arrivé à sa fille. »

 

****

Advantis de Magalie Malbos

livre autoédité

Intrigante couverture. Avantis, un roman court, percutant.

Une histoire au demeurant classique, qui se passe dans un immeuble à Toulouse où deux hommes sont empoisonnés et où la suspecte a disparu.

Une enquête sympathique, bien écrit, un peu plus longue qu’une nouvelle ce que j’ai apprécié n’aimant pas les nouvelles et rondement ficelée.

« De la poudre de Datura, très utilisée en Colombie, notamment. Le pays d’origine de Jimena. Mortelle en cas de forte dose, à cause des molécules de scopolamine et d’atropine que contient la plante. Exactement ce qui avait tué Rustaud. » ( fort intéressant ! Je ne connaissais pas :)

****

Merci Grazie, Thank you de Julien Sandrel

Calmann Levy

5/5

Voilà un délicieux roman feel good ! Une histoire charmante, celle de Gina, une adorable mamie dont le vice est de jouer au Casino. Et un jour, elle va gagner le gros lot. Mais plutôt que de garder cet argent elle va remercier tous ceux qui ont jalonné sa vie.

Je le redis ! Un livre délicieux, je n’ai pas d’autres mots, tellement positif que cela fait du bien et drôle ce qui n’est pas négligeable !

J’ai adoré ! Un livre qui ne prend pas la tête, du pur bonheur !

FD0D2523-EFB7-4450-A125-671B0A723DEA

( 4 février, 2022 )

Que penser de KDP ?

Régulièrement, je reçois des messages me demandant ce qu’est KDP. Effectivement, c’est du jargon éditorial ! KDP est tout simplement une plateforme permettant de publier gratuitement des livres électroniques, des livres brochés et des livres reliés. Ce n’est pas un éditeur même si de nombreuses maisons d’édition y déposent leurs ouvrages. Ce service met en vente en ligne le livre dans le monde entier, ce qui le rend accessible aux lecteurs de toutes nationalités. L’auteur garde tous les droits sur votre livre, ce qui n’est généralement pas autorisé par une maison d’édition traditionnelle. Ce système s’appelle de l’autoédition.

Les inconvénients : La support est exclusivement Kindle ce qui va poser problème pour les détenteurs d’une liseuse d’une autre marque.

Pas de visibilité dans les grandes enseignes, mais c’est également le cas de beaucoup d’autres plateformes voire de maisons d’édition.

Beaucoup de travail pour mettre le livre en ligne surtout quand on n’est pas trop doué !

Les avantages : Financièrement, l’auteur fixe le prix et ne s’occupe pas de la distribution.

Les bénéfices, dits droits d’auteurs, sont versés chaque mois à l’auteur.

Aucun engagement, une liberté totale.

Au final, le rendu reste de très bonne qualité, à bas prix. Un bon moyen de publier un livre si on ne désire pas passer par une maison d’édition.

35F52F54-248F-4AF8-8DC3-BC7FC03B3BBD

( 12 décembre, 2021 )

Savoir se relever

Tomber fait partie de la vie. On ne peut passer une existence sans tomber plusieurs fois. On peut choisir de s’enfoncer, de s’enliser, puis de couler ou bien de nager afin de rejoindre la rive. Cela s’appelle la résilience. J’ai toujours fait en sorte de ne pas choisir la facilité, et malgré les épreuves, je me suis toujours relevée. J’en ai fait mon moteur de vie. La résilience s’apprend. Elle n’est ni innée, ni facile, et demande beaucoup d’efforts. Les gens ont tendance à dire que les blessures cicatrisent en cas de résilience, je pense qu’aucune douleur ne guérit totalement, juste elles s’estompent, parce que c’est un moyen de se protéger. Et puis, se relever, c’est simplement mettre de la distance avec le passé en faisant de l’instant présent une force.  Rien n’importe plus que ce présent. Nous sommes tous capables de cette résilience !  Il suffit de croire en nous.

2226C034-E3C4-4266-910D-D8B62D7B6ACF

12345...12
Page Suivante »
|