• Accueil
  • > Recherche : passé appelle
( 30 mai, 2014 )

Édition mode d’emploi

On passe des jours voir des mois à écrire un livre. Lorsqu’il est prêt, on se heurte trop souvent aux portes fermées surtout si l’on n’a pas déjà vendu au moins deux ou trois livres.
C’est ainsi ! Les français se méfient des jeunes auteurs ! Les libraires aussi ! Cela limite l’accessibilité à ce réseau littéraire.
Quel éditeur choisir ?

En fait il y a d’un côté ce que certains appellent les  » vrais » éditeurs qui publient du Chattram ou du Gange. Bref, le commun des mortels n’y aura jamais accès ! Ou il devra attendre des mois, voir des années ! Pour exemple, Rouge envoyé en août 2013 avait reçu l’aval d’un grand pour 2016 !!!!
À part ceux qui ont une patience d’anges ou qui sont sûrs d’eux, sinon on ne mise pas son avenir si loin … Surtout quand on prend des années !
Ensuite, il y a les éditeurs réclamant une somme astronomique pour se faire éditer, pouvant aller jusqu’à 5  000 €. À fuir ! On ne doit jamais payer pour être édité ! Ce n’est même pas la garantie d’avoir ensuite une bonne publicité !
Ensuite viennent les éditeurs alternatifs comme Edilivre. Tout est gratuit. Le livre est de qualité ! Mais tout n’est pas rose ! Beaucoup d’erreurs, beaucoup de clash avec certains auteurs qui attendent leur validation ! Et moi, côté DA, j’attends toujours mon chèque qui dans le contrat devait arrivé en mars ! Il paraît que c’est pareil avec les grosses maisons d’édition ! L’argent !
 
Ensuite il y a auto-édition qui laisse l’auteur libre de ses ventes. J’ai rencontré beaucoup d’auteurs auto-édités et c’est un système qui fonctionne très bien si on a du temps à y consacrer !
En résumé : l’édition c’est comme la vie. Il n’y a aucune solution idéale. Des inconvénients, des qualités. Il faut faire le tri, faire ses choix, rester très vigilant, trouver ce que l’on veut, ce que l’on cherche et surtout pourquoi.
À mon avis, le plus important est de présenter aux lecteurs un joli livre avec une histoire passionnante ! Peu importe le moyen d’y parvenir ! L’important reste d’aller jusqu’au bout, de réussir et surtout de s’accrocher ! Tenir son livre dans ses mains est la plus belle récompense et un tel plaisir !
Ne renoncez pas à le vivre !
( 2 mai, 2014 )

Votre avis …. et scoop !!!!

Je rajoute à mon post l’info du jour : Contrat reçu pour BLANC !!! Y’a plus qu’à signer et c’est parti !!! Toujours aussi contente de voir mon bébé sélectionné !!!!
Alors là, je vais faire dans l’inédit !!! Une lectrice m’a suggéré d’écrire un petit roman du style
Demain j’arrête ou Cendrillon me perdra sur la vie d’une copine de mon héroïne Adelyse. Bref un livre de 200 pages maniant humour et suspense … L’idée m’a plu !
Je vous livre le début … Ce n’est qu’un brouillon !
Les  chapitres seront sur les thèmes que peuvent rencontrer les jeunes femmes de cet âge.
Qu’en pensez-vous ?
Mon prologue 
Il n’est guère poli de débuter par « je » pourtant c’est ce que je vais faire aujourd’hui … Vous aurez déjà ainsi un premier à priori sur ma petite personne ! Je m’appelle Carla. Voilà, c’est dit ! J’imagine votre tête en lisant ces quelques lignes, vous demandant pourquoi je vous interpelle ! Ce n’est pas faux … Je suis culottée ! Mais si je ne l’avais pas fait, vous seriez vous arrêter sur une parfaite inconnue croisée dans la rue ? Non, non, ne vous fatiguez pas à me fournir des excuses bidons ! Je connais la réponse ! Allez, je vais vous appâter ! Je ne suis pas une parfaite inconnue ! Carla, cela ne vous dit rien. Normal, elle n’a jamais écrit mon nom dans son journal ! Mais si je vous parle d’elle, vous allez tout de suite pousser des grands  » ohhhh  » ou des  » Wouah  » je vais voir apparaître un grand sourire sur le visage de certains, une ombre de transpiration sur le front d’autres … 
Je suis Carla, la meilleure amie d’Adelyse !
Ah ! Étonnant ! J’ai maintenant toute votre attention ! Je sais ! Je suis loin d’être une blonde pulpeuse et sexy comme ma copine. Vous avez devant vous une nana de vingt-sept ans bien tassées, rousse , les cheveux courts, bouclés, coupés au ras des épaule. Pas le genre sur qui vous allez vous retourner en passant ! Mais bon, si vous mettiez vos lunettes et bien vous verriez que j’ai de très jolis yeux bleu-violet, couleur très rare ! Je suis d’allure sportive, musclée et d’un poids correcte. On me dit jolie, mais lorsque je sors en compagnie d’Adelyse, je semble insignifiante. Je pourrais en être jalouse ! Même pas ! 
Je suis juste moi, Carla.
J’ai plein de qualités que vous découvriez si vous vous asseyez à mes côtés pour m’écouter. 
Mais j’ai un défaut, un gros ! Celui d’enregistrer tout ce qui se passe. Pas avec un Dictaphone, je vous vois venir, non avec ma tête ! Je suis un vrai ordinateur ambulant. Je n’oublie jamais un nom, ni un visage. C’était pratique lorsque je faisais mes études à la fac mais dans la vie courante, croyez-moi, il vaut mieux parfois oublier ! On s’évite bien dans ennuis ! Car ça, c’est tout à fait moi, il y a une embrouille quelque part, et vous pouvez être sûre que je m’y retrouve ! 
Justement ma vie est un roman à elle toute seule alors j’ai envie de vous raconter certaines de mes anecdotes ! Ne vous inquiétez pas, il m’arrivera de vous confier certaines choses sur Adelyse … Mais cela restera entre vous et moi, bien sûr !
L’aventure vous tente ? Tournez vite la page !
Si vous avez des idées de thèmes … Je suis preneuse !!! Merci à celle (qui va se reconnaître) qui a eu cette lumineuse idée ! Je me suis bien amusée hier à écrire plusieurs chapitres de la vie de Carla !!!
( 1 mars, 2014 )

Guerre des livres

Depuis quelques temps, j’assiste, médusée, sur le réseau Facebook à une véritable guerre des mots entre les auteurs, qui ont déjà publié plusieurs ouvrages, seuls ou en auto édition et les nouveaux … Mépris déguisé, à peine voilé des premiers envers les seconds …

Je ne parle même pas des «  vrais » auteurs, ceux- qui se nomment ainsi, qui ont la tête aussi grosse qu’un ballon de baudruche ! Attention à l’explosion !

L’un d’eux justement m’a envoyé un mail via mon blog me disant : «  Madame, ne venez pas jouer dans la cour des grands ! J’avais la même idée de roman en tête ! Mon livre aurait été plus prestigieux » (Albin Michel)

J’ai eu envie de lui répondre : «  Tu l’avais en tête mais toi, tu ne l’as pas écrit ! »

J’ai opté pour l’indifférence …

Stop à toutes ces bêtises.. Un livre reste un travail énorme fait par un être humain qui y met bien plus que son temps, qui y laisse son âme …

Pourquoi cette animosité ? De quoi ces auteurs ont-ils donc peur ? De la concurrence ?

Cessons de rêver ! Le monde de l’édition est blindé, la société est en décadence, le monde ne lit plus, préférant se fondre dans des jeux vidéos où il perd peu à peu sa propre identité.

Alors messieurs, mesdames, cessez de critiquer un mot mal orthographié ou une phrase mal tournée ! Regardez plutôt la profondeur du contenu, de ce qui est ressenti, de l’idée qui est portée …

J’ai beaucoup lu durant ces quinze jours de vacances … Des romans de « vrais auteurs  » comme certains diront, et puis j’ai acheté beaucoup de nouveaux romans que ce soit d’auteurs autoédités ou publiés par Edilivre. Et bien, chers collègues de plume, vous valez tous ces grands écrivains dont on nous rabâche sans cesse les vertus à la télé, qui font la une des top lecture. J’ai adoré des petits romans de vie comme je les appelle, des romans initiatiques qui nous font réfléchir, et certains romans simplement là, pour nous faire passer un bon moment et rêver …

Alors merci à vous tous..

J’ai beaucoup écrit aussi durant ces deux semaines parce que je me sentais en osmose avec les mots grâce à ces savoureuses lectures … BLANC est presque terminé … Disons que la dernière ligne droite se fera aux prochaines vacances.

 

Je vais repartir travailler avec dans ma tête de jolis personnages rencontrés comme Elisa, Elena, Mark, Emily, Chabline et j’en oublie !  … Les auteurs reconnaîtront leurs héros … Deux nouveaux livres m’attendent pour ce we .. Deux nouveautés de jeunes auteurs que j’ai commencées et et je me régale alors chers collègues, serrons nous les coudes contre ceux qui ne pensent qu’à critiquer ceux qui sont plus petits qu’eux … Encore faut-il prouver qu’ils sont, eux, plus grands que nous …

 

( 18 janvier, 2014 )

le pardon

993818_597570300325747_1153986187_n

 

 

Merci pour vos messages et commentaires … Je ne vais pas cesser de le dire jusqu’aux vacances de Février, je suis débordée ! Pour Ludovic qui m’a envoyé un fort joli manuscrit ( 150 pages) : FONCE ! C’est excellent !

pour Lynda : ton roman d’amour est sympa mais améliore-le ! un peu trop simpliste ! Cela fait roman Harlequin et tu rêves d’un roman poignant … Mets y tes tripes. Continue ! Pour les autres, je m’y mets dans l’ordre d’arrivée de vos PDF. Par contre merci de ne plus en envoyer avant mi Février .. J’en ai plus de vingt à lire …

Sinon je vais aujourd’hui répondre à Geneviève qui me dit :

Sur votre quatrième page de couverture vous parlez de trahison d’amitié et vous semblez avoir pardonné. Comment avez vous fait ? Moi j’en suis incapable.

C’est une question qui revient souvent alors je vais lever un peu le voile.

Je déteste l’injustice et surtout ne pas comprendre ! Là, je peux devenir tenace ! Mais bon, on a tous nos défauts. A côté de cela, je suis très fidèle en amitié. Je garde des liens avec des amis datant de ….1970, 1976, 1978, 1986, etc bref de mon enfance à aujourd’hui … Ma vie fut jalonnée de rencontres. Certaines magiques, uniques. Toutes  se sont inscrites dans le livre de ma vie. Ces amis existent toujours, plus nombreux avec le temps qui passe … L’écriture de Rouge m’en a fait découvrir de nouveaux … Clin d’œil à Jean Claude qui veille sur ma prose, à Cécilia qui veille sur ma pub … Et à tous ceux qui m’ont soutenue. Je vous aime tous …

J’ai traversé beaucoup de moments  difficiles  dans ma vie, aucun de mes amis ne s’est  éloigné. Parfois, j.ai passé des années sans recroiser certaines routes mais  naturellement, le contact a ressurgi un jour, au coin d’une rue, via FB. Les amis sont des liens sacrés qui ne se cassent jamais et reviennent embaumer chacun de nous  de leur parfum d’amitié. C’est pour cette raison que je suis capable de pardonner, non d’oublier, juste de pardonner.

La vie est un labyrinthe bien compliqué. On s’y perd, on se trompe parfois  de routes mais jamais on ne se trompe d’amis. Les vrais, ceux que j’appelle un peu « les âmes sœurs « ,  le resteront toujours au fond de nos cœurs. J’ai vécu comme chacun d’entre vous une trahison d’amitié  violente, (c’est pourquoi Geneviève et d’autres m’ont interpellée sur ce sujet ) .  Ce fut douloureux. Cela a fait mal. Je dirai que ce fut même plus destructeur qu’une trahison d’amour parce que je n’ai pas su pourquoi . Mais oui, Geneviève, j’ai pardonné. Parce que sinon je serai encore figée et je n’aurai pu avancer. Je suis une idéaliste, convaincue qu’il y a toujours des fleurs qui repousseront même sur la cendre ! Je crois en la vie, je crois en mes rêves.

Internez moi pour trop aimer, pour trop faire confiance, pour trop croire que tout a une raison d’être, pour continuer à tendre la main même si on nous la brise à chaque poignée … Une amitié a pu nous faire souffrir, a pu nous anéantir, la flamme qui a enclenché cette amitié, ne pourra jamais s’éteindre s’il reste des souvenirs, des moments magiques dans nos mémoires.

Gardez le meilleur de vos amitiés ! Oubliez les déceptions, les coups de gueule … oubliez les doutes … Réapprenez à faire confiance et vous vous sentirez tellement plus légers …

Ne pensez qu’aux moments où vous avez pu être heureux …

C’est la même chose en amour ….

Petitfleur m’a écrit une longue lettre, poignante …. Une histoire d’amour très triste … Pardonne jeune fille … La vie est bien trop courte pour se faire une guerre sans fin …

Si on veut être soi-même en paix, il faut accepter que l’autre ait pu se tromper ou vous voir différemment sans chercher à comprendre pourquoi. Parfois, il n’y a pas de réponse. Il faut juste accepter de recommencer autrement. Et ça tout le monde le peut ! Il suffit de le vouloir …

Je terminerai par cette citation trouvée sur le net :

Les amis sont les anges qui nous soulèvent quand nos ailes n’arrivent plus à se rappeler comment voler.

 

Merci à mes amis d’Hier et d’Aujourd’hui … et à ceux de demain de traverser ma vie ….

 

( 30 décembre, 2013 )

la route vers une nouvelle année

A la veille du dernier jour de l’année, on se doit toujours de faire un bilan de nos vies, de nos idées, ou de nos projets.

Pour répondre à ceux qui suivent mon blog, je vous lis. Mais je me retrouve débordée de MP et de manuscrits . Je les lirai tous, promis, mais je rappelle juste que je ne suis pas écrivaine de métier … Donc je compte sur votre patience … Je m’engage juste à ne pas vous laisser tomber …

2013 … J’avais débuté l’année 2013 plein de flammes, de punch, puis je me suis retrouvée enfermée malgré moi dans une spirale infernale où la chute fut douloureuse  …

Je ne sais toujours pas pourquoi ce revirement . Je crois que je ne le saurais jamais. Il y a des choses que l’on doit accepter de vivre sans les comprendre. J’ai naïvement cru qu’il suffisait d’être honnête, d’être soi-même pour que la paix règne. J’avais oublié que « les Autres » ne pensent pas comme moi.

Je dois pourtant TOUT à une de ces personnes, un ami, enfin je pensais qu´il en était un. Par lui, j’ai réappris le son des mots, la musique qui jaillit d’un livre. « Avant » je me contentais juste de lire des romans simples, comme celui que j’ai modestement écrit, et je me suis retrouvée noyée dans des phrases magnifiques. Cet homme m’avait ouvert un univers magique. Malgré toute la douleur qui a suivi, il fut à un moment T une de mes plus belles rencontres … J’ai gouté la profondeur du Mot. J’ai eu envie de partager les miens que je gardais cachés … J’ai tenté l’impossible sans trop y croire, j’ai essayé …

Clin d’œil de remerciements à Cécilia et Jean-Claude qui furent là même, surtout, quand j’ai douté ….

J’ai laissé un peu de moi dans cette année 2013 et  j’en garde une cicatrice indélébile mais je sais  que derrière les pires souffrances jaillissent toujours les fleurs les plus belles … J’espère que ROUGE sera l’une d’elles …

C’est un livre  plein d’imperfection, comme toutes ébauches mais c’est mon PREMIER roman, né pour toucher le cœur des individus les plus durs, créé pour hurler que la souffrance devrait toujours être partagée, dire surtout que si on regarde autour de soi, si on écoute son coeur, on n’est jamais seul … Merci à tous ceux qui ne m’ont pas, eux, lâché la main …

Ceux qui écrivent comprendront ce sentiment puissant qui nous anime de partager nos lignes sans penser à l’argent et je suis désolée que ce point bloque la diffusion massive … Ah si j’étais riche ! Je l’offrirai au monde entier … Juste pour le plaisir de partager …

Comme mon héroïne Adelyse, j’ai écrit car je ne pouvais pas crier !

J’ai écrit ROUGE en pensant à chaque personne qui a souffert, pleuré, que  j’ai pu rencontrer tout au long de ma vie. Il y en a eu beaucoup … J’ai crié dans ROUGE toute la souffrance que chacun de ces personnages m’avait confiée. Rassurez- vous, je n’ai pas vécu moi même toutes ces douleurs, certaines seulement, les autres je les ai juste souvent simplement partagées … Je le redis, mes personnages sont fictifs,  un mélange de rencontres, d’émotions, d’anecdotes et d’imagination. Surtout un grand respect pour chacun de mes héros …

J’espérais toucher quelques « âmes » comme on dit … Les premiers retours d’ebook sont positifs … Vivement que les livres brochés arrivent !!!

Je remercie en particulier  les lectrices qui se sont identifiées à mes héros … C’est mon plus beau cadeau .. Je ne pensais pas, par exemple, qu’une femme pouvait se retrouver dans «  un homme » de mon roman. Ce fut pour moi un réel bonheur de lire cela. Preuve que l’équité existe au moins dans ce domaine !!!

A vous, amis lecteurs, je ne peux vous dire qu’une chose … On ne peut refaire le passé.. Une fois qu’il s’est écrit en lettres de sang sur les pages de nos vies, c’est fini … Rien ne pourra l’effacer …

En 2013, j’ai été à deux doigts de cesser de croire en la vie, ma santé s’en est trouvée très touchée mais je me suis raccrochée, bien malgré moi, parce que l’instinct de survie est le plus fort …parce qu’une petite voix irrationnelle ( ma folie diraient certains) me poussait à penser que quelque part, au fond de moi, brûle une flamme qui s’appelle l’espoir …

Je sais que je peux avancer maintenant autrement … Et vos messages me le prouvent …Merci …

Continuez de commander ROUGE ! En moins d’une semaine, j’ai déjà plus de trente commandes … Vous êtes magiques … FORMIDABLES …

 

Afin que vivent les rêves …

( 21 décembre, 2013 )

Samedi 21 Décembre 2013

Merci pour ceux qui ont déjà posté des commentaires. Cela fait chaud au cœur.

Ce blog est notre fil ROUGE entre vous et moi.

Je suis donc très heureuse de pouvoir vous faire partager mon expérience.

 

Aujourd’hui, je vais répondre à Thomas.

Tout d’abord, on ne se connaît pas mais je ne peux que vous conseiller une chose : ne cessez jamais de croire en vos rêves !

Peu importe pour qui vous écrivez ou pourquoi, l’important est que vous le fassiez …

 

Votre première question :

 

Qu’est-ce qui vous a poussé à écrire ?

Le plaisir d’écrire est en moi depuis que je suis toute jeune. J’ai débuté par des multiples correspondances à travers le monde, des poèmes d’adolescentes, des journaux intimes puis des petites nouvelles que je m’amusais à écrire sur de vieux cahiers d’écolier.

J’en ai encore des tiroirs remplis ! Et oui, on n’était pas à l’ère de l’informatique où tout tient sur une minuscule clé usb.

Et puis la vie a pris plus de place alors on cesse d’écrire pour soi …

A chaque drame de ma vie, j’ai ressorti un nouveau carnet, afin peut-être que l’encre puisse un jour avec le temps s’effacer la douleur.

Par vagues, j’ai construit des courts récits drôles ou tristes au hasard de mes rencontres.

Ils sont restés des années, bien au chaud, protégés par le temps…

Un jour, on fait une rencontre qui change tout. Une personne qui m’a redonné le plaisir des mots. Je suis une grande lectrice, mais j’avoue être plus attirée par la facilité comme les thrillers, les romans pleins de mystère ou ésotériques, que les romans à haute teneur philosophique. Coup de cœur. Ouverture de l’esprit. Ce fut magique. Je redécouvre le son des mots …

Je me suis sentie soudain comme poussée par un besoin de poser à mon tour mes émotions sur le papier.

J’ai ressorti mes cahiers bien abimés, j’ai relu, trié, mélangé, assemblé, créé des personnages nouveaux imaginaires. Et j’ai aimé ça ! Ensuite, j’ai inventé une trame pouvant permettre à ces personnages d’exister.

Qu’est-ce qui m’a donc poussée à écrire ? Une allumette que l’on gratte faisant jaillir une toute petite flamme minuscule. J’aurais pu choisir de la souffler et de passer à autre chose, mais j’ai voulu qu’elle vive ….

 

Si j’ai un seul conseil à donner : ne jamais renoncer !

 

ROUGE n’est pas destiné aux gros intellectuels, à ceux qui aiment les phrases tordues dans lesquelles on se perd. Je laisse cela aux Prix Littéraires.

ROUGE est pour vous qui sortez épuiser de votre travail, pour vous qui ne savez pas où vous en êtes, pour vous qui pensez que la vie ne vaut pas la peine d’être vécue.

J’ai juste voulu faire un livre que tout le monde peut lire.

Un livre où chacun pourra se reconnaître dans une situation vécue, un chagrin ou un amour.

Un livre où lorsque vous aurez tourné la toute dernière page, vous pourrez dans un sourire dire juste : « Et si … »

 

Qu’est-ce qui me pousse à écrire : La vie ! Tout simplement la vie … Se dire que même dans l’obscurité la plus totale, il y a toujours une lumière quelque part qui brille au fond de nous … on l’appellera amour ou amitié …. Il ne faut surtout pas qu’elle s’éteigne …

 

Comment avez-vous réussi à être éditée?

 

Comme tout un chacun, j’ai envoyé de nombreux manuscrits à de nombreuses maisons d’édition. Certaines m’acceptaient mais sous des délais de deux ans de publication.

Vous l’avez compris ! J’ai un travail et donc je n’écris pas pour l’argent. Donc une si longue attente était contraire à la réalisation de ce livre.

Certes, le livre aurait sûrement plus de succès dans une grosse maison d’édition, mais peu importe.. Je voulais juste ce lien, ce fil rouge .. Pas être connue, juste partager …

J’ai choisi Edilivre pour son ouverture en particulier sur les réseaux numériques. Un livre, pour vivre, doit être lu et les versions Ebook sont idéales pour toucher le maximum de lecture dans le train ou le RER.

Mon manuscrit fut accepté … Pas de frais à payer … Tout est pris en charge par la maison d’édition …

 

Maintenant, c’est vous qui me suivez qui ferez la suite !

Achetez le, venez en discuter, partagez vos idées !

C’est ça la Culture !

Je le redis, si cet ami ne m’avait pas fait redécouvrir le pouvoir des mots, ROUGE n’aurait jamais existé !

Croyez en vous !

Croyez en ROUGE !

 

Afin que vivent les rêves.

 

1...45678
« Page Précédente
|