• Accueil
  • > Recherche : polars mai 2015
( 5 mai, 2019 )

Bilan livresque première semaine de Mai

Mes livres lus durant ma semaine de vacances. L’avantage de ces congés, on peut alterner entre nouveautés, anciens livres stockés dans la PAL. De bonnes surprises, de moins bonnes …

 

 

À la lumière du petit matin de Agnès Martin-Lugand

Un vrai coup de coeur pour ce roman d’Agnès Martin-Lugand, et pourtant je n’avais pas accroché à ses précédents, les premiers et j’avais stoppé cette auteure.

La phrase de l’éditeur : « Peut-on être heureux quand on se ment à soi-même » m’a inéluctablement fait penser à plusieurs personnes que je côtoie ou que ma route a croisées.

L’histoire quant à elle est douce, bien écrite, elle emporte tout simplement. C’est celle d’Hortense, professeur de danse et la maîtresse d’un homme marié. Elle ne vit que pour lui, que par lui, quand il veut, quand il peut, mais est-elle heureuse pour autant ?

Elle va se tordre la cheville et cet élément du destin va tout changer pour elle.

Un livre qui se lit vite, sans surprise question suspense, mais qui procure un état de bien-être. Une très belle découverte !

8A32AA81-6CCF-4A3B-B310-85B0AEA62A68

***

Surface de Olivier Norek

Je ne suis pas une fan de Norek et j’avoue , cette fois, avoir été agréablement surprise ! Le personnage central, Noémie, est diablement bien amené, plein de sensibilité avec en arrière plan une intrigue policière rondement menée.

On quitte enfin le côté obscur de la banlieue ou des zones sombres pour plonger dans la campagne, et je préfère vraiment !

L’histoire : lors d’une interpellation, une flic, Noémie va prendre un coup de fusil en pleine tête qui va lui faire perdre la moitié de son visage. Brisée, gueule cassée, démolie par le regard de ses collègues, des autres, brimée par sa hiérarchie, elle va s’éloigner dans le fin fond de l’Aveyron avec une nouvelle équipe. Pensant y passer un mois, une histoire ancienne va l’inciter à reprendre du collier.

Petit point que j’aurais évité, le clin d’œil à d’autres auteurs Jacques Saussey, Claire Favan … un peu indélicat dans le contexte ! Voire un peu dérangeant ! Heureusement que je ne suis pas célèbre car voir ainsi mon nom m’aurait déplue.

E2DF067C-E680-468F-856C-F0180D296BA5

***

 

Élévation de Stephen King

Alors là, on est loin des Stephen King habituels ! Déjà c’est un tout petit livre et ensuite l’histoire n’a rien à voir avec la plume du roi du best-seller ! En clair, je n’ai pas du tout aimé !

L’histoire présentée par l’éditeur :

Dans la petite ville de Castle Rock, les rumeurs circulent vite. Trop vite.

C’est pourquoi Scott Carey ne veut confier son secret à nul autre que son ami le docteur Bob Ellis. Car avec ou sans vêtements, sa balance affiche la même chose, et chaque jour son poids diminue invariablement. Que se passera-t-il quand il ne pèsera plus rien ?

Scott doit également faire face à un autre problème : les chiens de ses nouvelles voisines ont décidé que sa pelouse était le lieu idéal pour faire leurs besoins. Entre le couple et Scott, la guerre est déclarée. Mais lorsqu’il comprend que le comportement des habitants de Castle Rock, y compris le sien, envers les deux femmes mariées met en péril le restaurant qu’elles ont ouvert en ville, il décide de mettre son « pouvoir » à contribution pour les aider.

C6D99C0B-2C26-4836-809D-50D3F8AA599C

***

 

Le voile des apparences de Natacha Calestree

Un roman publié en 2015 qui dormait dans ma PAL et une bonne surprise !

On retrouve Yoann Clivel de la PJ déjà rencontré dans un précédent « le testament des abeilles ». Là, on le retrouve ( je devrais plutôt dire on le trouve car je ne me souviens pas du premier) en flic dépressif suite à la mort de sa collègue et à celle de son père dans le passé. Un polar qui passe bien en vacances mélangeant paranormal et mystère. Sans être un coup de coeur, cela reste une bonne lecture.

 

00670E3E-E027-4466-9952-E9A7649576D0

***

Succion de Yrsa Sigurdardottir

Le retour de nos deux acolytes l’inspecteur Huldar et la psychologue Freyja sur une enquête bien tordue. C’est un polar islandais plutôt doux en soi, loin des récits bien sanglants des auteurs français, peut-être simplement parce que dans ce pays, le taux de criminalité est le plus faible du monde ?

J’aime beaucoup les polars nordiques où l’écriture est fluide, où l’ambiance est celle « de là bas », où surtout l’intrigue est calme et ne fait pas bouillir les méninges. Un polar reposant, idéal pour des vacances reposantes.

24541458-3DF7-4E02-9962-3CBB3F57D826

 

 

 

( 19 février, 2015 )

Sortie de Carla.

CARLA est en vente en Édition numérique depuis aujourd’hui. Un pas dans la cour des grands. Jusqu’à maintenant, je me terrais, fidèle à moi-même dans l’édition alternative qui ne m’engageait pas trop. J’aime bien plus œuvrer dans l’ombre que dans la lumière. Vous commencez à le savoir. J’ai même refusé une vraie maison d’édition spécialisée dans les polars à cause de cela. Ma liberté d’écrire et de penser m’est tellement précieuse. Et j’ai rencontré par hasard, mais est-ce vraiment un hasard, mon éditrice. J’ai tout de suite su qu’avec elle, je garderai mon authenticité, ce que je suis. Notre chemin qui dure depuis plus de huit mois ( et oui, on ne publie pas dans une « vraie » maison en deux clics comme en autoédition ) m’a beaucoup fait progresser. Je me suis surtout lancée dans un genre nouveau : le roman. Quelques semaines d’écriture puis des mois de réécriture.
 Je m’attends à vos questions. Pourquoi le choix des Ateliers de Grandhoux alors que n’intéressais aussi d’autres petites maisons d’édition déjà connues ?
 Tout d’abord parce qu’une maison d’édition à droit d’éditeur qui se lance fut, pour moi, un défi de plus et j’adore surfer depuis toujours sur des défis. C’est le moteur de ma vie, dans mon travail, mes relations avec les autres. J’aime réaliser l’impossible. Ensuite, je suis convaincue que le numérique est l’avenir même si je resterai toujours une amoureuse du livre papier et que j’espère voir ce roman voir en version papier d’ici fin 2015 ( un nouveau défi ?) .
La version numérique de CARLA va permettre à tout le monde de se l’offrir. Son prix est bas. L’histoire est sympa et sa présentation, par période de vie offrira la possibilité d’être lue sur liseuse entre deux pauses, deux réunions ou même dans le métro.
CARLA est le roman idéal pour se vider l’esprit, pour oublier ses soucis, même si j’y glisse mes idées et mes convictions pour changer les mentalités de certains. Je ne vais pas jouer les marchands de tapis mais s’il n’y a qu’un livre, un seul, à lire ce mois-ci, c’est celui là.
Je remercie tous ceux qui furent là avec moi pour me soutenir durant tous ces mois. Ils sont dans ma page de remerciements bien sûr mais j’ai pu en oublier. Merci à vous qui me suivez sur ce blog. Vos commentaires, vos messages quotidiens me poussent à toujours aller plus loin.
ROUGE était le début d’un rêve que je pensais irréalisable et même sans publicité, sans com, ses ventes ont dépassé tous mes espoirs. CARLA est la continuité, la concrétisation de ce rêve. Une éditrice reçoit chaque jour une pile de manuscrits. Avoir été choisie, moi la petit instit œuvrant dans l’ombre, la petite gribouilleuse, est un véritable honneur et je l’en remercie du fond du cœur.
Elle croit en CARLA . J’y crois aussi. À vous d’y croire et de vous laisser emporter  pour un joli voyage à travers les mots.
Vous pouvez le commander sur le site des Ateliers de Grandhoux
|