• Accueil
  • > Recherche : vie se paye citation
( 4 mars, 2019 )

Toucher le sommet

« Quand vous êtes au sommet n’humiliez jamais ceux qui sont en dessous, vous pourriez les croiser en redescendant. »

J’aime beaucoup cette citation qui exprime fort bien ce dédain de certains envers les plus petits. Une anecdote me revient, celle d’un éminent chef de service lorsque j’étais stagiaire puéricultrice à saint Michel, toute jeune, toute timide, un dimanche ( on bosse le we dans ce type de profession) je me suis retrouvée affublée à la tâche d’apporter le café à ce grand ponte que tout le monde craignait. Seulement voilà, je ne savais pas faire le café, n’en buvant pas ( je ne sais toujours pas , mais vive l’expresso de nos jours), et déjà je n’aimais pas trop ces ordres machistes. Alors, quitte à me payer un zéro pointé à mon stage, j’ai préparé un thé parfumé et avec mon plus beau sourire, je l’ai proposé au grand monsieur, scotché que l’on n’ exécute pas ses ordres pour finalement, le voir  partir dans un immense éclat de rire. Pour l’anecdote, il a adoré mon thé !

J’ai croisé de nouveau ce monsieur vingt ans plus tard dans le centre où mon grand-père était soigné pour son hémiplégie. Le grand homme avait fait une attaque et même s’il conservait ses facultés, sa superbe avait bien baissé d’un cran voire de deux !

 

Moralité, croire que l’on touche le sommet n’est qu’une illusion. Il m’a toujours semblé beaucoup plus important de toucher le coeur des autres plutôt qu’un hypothétique pouvoir.

Souriez à votre boulanger, à votre facteur, à l’éboueur, à vos voisins, à vos amis, car ensemble vous atteindrez le sommet, celui de la sérénité.

 

CAC91BBB-2C13-4543-AF21-0BBB14461661

( 15 décembre, 2017 )

Non à la violence envers les femmes

 

Les différents scandales de violence envers les femmes ont poussé de nombreuses lectrices à m’écrire sur ces hommes qui jouent des sentiments des femmes,  qui s’en délectent, « des salauds » comme m’a cité une lectrice. Qu’elle se rassure, je méprise aussi ces personnes, ces individus au demeurant « parfaits », qui savent se tenir en société, qui se sont façonnés un couple idéal, absolument charmants, à tel point que l’on croit en eux, aveuglement. Ces hommes qui n’ont pourtant envie que d’une seule chose qu’on les admire. Pas besoin d’être psy pour se douter qu’ils souffrent d’un sérieux problème lié à leur enfance, un besoin narcissique d’être mis en avant. Au fond, ils n’aiment pas, ils ne savent pas aimer, ils ne peuvent pas aimer. Ils se contentent de prendre sans donner. Leur force est inébranlable. Ils iront toujours jusqu’au bout afin d’atteindre leur but. Leur résister ? Vous allez le payer des mois voire des années. Certaines femmes me parlent même de vengeance à vie, ne pouvant plus vivre sans cette ombre qui plane, cette peur au ventre.

Ces salauds sont addictifs. Ils séduisent avec subtilité, sachant très bien ce qui vous fera craquer. Ils sauront dire les mots qu’il faut, les promesses dont vous rêvez, qu’ils ne tiendront jamais. Démasqués, ils jugeront qu’ils ont changé, que c’était une erreur, et nombreuses sont les femmes qui vont y croire encore, stupidement.

Ces hommes, qu’ils soient ou non des pervers narcissiques, agissent tous de la même manière, jouant au jeu du chaud/froid, des cadeaux puis des attaques. On les reconnaît à cette particularité, ils refusent toute communication. La victime se trouve alors coincée, obligée pour s’en sortir de tenter de savoir, de comprendre, commettant ainsi des erreurs dont l’autre va se délecter pour l’enfoncer davantage. Ils prendront un malin plaisir à distiller des phrases toutes faites . « Elle ne peut qu’être folle. » « Elle est responsable de tout, regardez moi … » et le pire, c’est que je suis convaincue que ce type d’individu est persuadé de ses affirmations. Il y croit. Se remettre une seule seconde en question le conduirait à s’autoriser à être fragile, ce qu’il ne peut pas faire. Pour exister, il ne peut vivre qu’en écrasant l’autre, contrairement à ses propos en société où il affirmera qu’il déteste toute forme de pouvoir. Logique puisqu’il est « le pouvoir ».

Vous me demandez régulièrement si ces hommes peuvent changer. Je ne pense pas, et pourtant je suis de nature optimiste. Je pense qu’ils ont de telles blessures liées à leur petite enfance ou à leurs premières relations amoureuses, qu’ils ont choisi de se blinder derrière une armure. Comme ils sont en général arrogants, pour ne rien arranger, ils refuseront d’aller se faire aider et resteront dans un cercle vicieux, reproduisant souvent d’une femme à l’autre le même schéma comportemental.

Ces hommes qui jouent avec le coeur des femmes sont à fuir. Je sais, ce n’est pas simple, car ils savent y faire, mais il est impératif de ne jamais se perdre. Le jour où on se rend compte que l’on n’est plus « soi-même », que l’on a trop aimé quelqu’un qui portait un masque, il faut réagir, et fermer définitivement sans regret, sans regarder en arrière un chapitre de notre vie. Le bonheur ne se construit pas sur un jeu. Notre santé, notre avenir dépend de cette porte que l’on claque. Un pervers narcissique la laissera toujours entrebâillée, histoire de s’assurer d’une possibilité, au cas où sa vie deviendrait trop ennuyeuse. Une seule arme, l’indifférence !

Je conclurais par cette citation de MF Hirigoyen

« Le pervers narcissique essaie de pousser sa victime à agir contre lui pour ensuite la dénoncer comme « mauvaise ». Ce qui lui importe c’est que la victime paraisse responsable de ce qui lui arrive. »

 

NB Pour rendre à César ce qui lui appartient, l’inverse existera aussi, femmes perverses, manipulatrices, dominantes.

|